Israël à un cardiaque : "Allez mourir à Gaza"

Publié le par Adriana Evangelizt

On voit là toute la cruauté et toute l'inhumanité de ce régime sioniste, la honte des juifs diasporique.et universalistes. Malheur à tous ceux qui soutiennent cette diablerie. Ils ne leurrent personne avec leur "démocratie" bidon. Là-bas ce sont les sionistes religieux talmudiques qui font la Loi. Tout est donc basé sur le reniement de l'autre. Ils veulent s'accaparer de toute la Palestine et prennent plaisir à massacrer les Palestiniens. Ce sont des assassins. Et la communauté internationale est aussi coupable qu'eux. Personne ne sera épargné. Tous ceux qui les ont soutenus paieront pour toutes les abominations commises.

 

Israël à un cardiaque : “Allez mourir à Gaza”

 

Un homme, malade du cancer, Na’el al-Kordi, est décédé à Gaza alors qu’il était en attente de la décision de l’Etat d’Israël. 7 autres patients en situation critique attendent toujours à Gaza.

A son audience du 12 novembre 2007, la Haute Cour israélienne n’a pas voulu mettre en cause la politique israélienne à propos de l’accès aux soins des malades de Gaza, ni l’action coercitive du service général de Sécurité (GSS - services secrets israéliens, le Shabak) à l’encontre des malades aux postes frontaliers : elle a reporté de 7 jours sa décision concernant les malades en situation critique.

Voici les trois demandes de PHR-Israel (*) à l’attention de l’Etat, déposées devant la Haute Cour de Justice (HCJ), le 7 novembre 2007 :

  • Que l’Etat autorise l’entrée immédiate de onze malades dont l’état est critique pour qu’ils reçoivent des soins indisponibles à Gaza.
  • Que l’Etat assure en tant que question politique, l’accès de tous les malades ayant besoin de soins médicaux indisponibles à Gaza dans des centres médicaux en dehors de Gaza.
  • Que le GSS cesse immédiatement de ne laisser sortir les malades de Gaza que s’ils acceptent de devenir des informateurs sur les autres Palestiniens.

Prononcé de l’audience du 12 novembre 2007 :

  • La Cour ne répond qu’à la demande n° 1 et refuse d’aborder les questions politiques.
  • L’Etat déclare qu’il ouvrira, pour les malades, le passage de Kerem Shalom en Egypte dans les jours qui viennent. Ce qui n’est pas encore fait à ce jour.
  • La Cour donne deux jours à PHR-Israel pour préciser quels sont les malades qui peuvent, physiquement, se déplacer via l’Egypte et ceux qui ne le peuvent pas.

La Cour donne 5 jours supplémentaires pour indiquer quels sont les autres malades.

Résultats sur le terrain :

  • Un malade du cancer, Na’el al-Kordi, décède le 17 novembre à Gaza.
  • Le 18 novembre, l’Etat déclare que le passage avec l’Egypte à Kerem Shalom ne sera pas ouvert, contrairement à l’engagement qu’il a pris devant la Cour.
  • 5 des malades déclarés antérieurement « menaces à la sécurité » sont autorisés à sortir. Parmi eux, 3 seulement ont quitté réellement Gaza à ce jour. Les deux autres restent, bloqués par la longueur de démarches bureaucratiques.
  • 5 malades supplémentaires n’ont pas l’autorisation d’entrer (voir ci-dessous le détail sur leur état de santé)

Réponse de l’Etat, le 19 novembre :

  • Kerem Shalom ne sera pas rouvert.
  • Les 5 malades qui restent n’auront pas l’autorisation ceci en raison de « considérations liées à la sécurité ».

PHR-Israel exigera en urgence une seconde audience devant la Haute Cour.

Les 5 malades à qui on refuse l’entrée :

  • M.A.W., âgée de 32 ans : elle souffre de jaunisse [par obstruction des voies biliaires] et d’une chalangite en évolution avec une forte fièvre. Elle a accouché il y a un mois et s’est rapidement affaiblie. Sa dernière attaque date du 17 novembre. Elle est renvoyée sur Naplouse, en Cisjordanie.
  • Y.A.H., âgé de 37 ans : malade du cœur avec nécessité d’une opération à cœur ouvert. Il est renvoyé à l’hôpital de Naplouse pour y être opéré. Il avait reçu précédemment une autorisation mais le GSS lui a demandé de fournir des informations sur ses amis et son frère. N’ayant pas voulu répondre, il a dû retourner à Gaza et on lui a dit « Allez mourir à Gaza ! ». Depuis, son autorisation est supprimée. Son état s’est détérioré et il est très faible, avec de grosses difficultés respiratoires, il risque de mourir subitement à tout moment.
  • R.M.T., âgé de 40 ans : malade d’un cancer à la prostate avec métastases. Il a besoin d’urgence d’examens et de soins en raison de l’évolution des métastases. Son état se détériore et il est très faible. Actuellement à l’hôpital Shifaa à Gaza. Il lui fallait partir en Jordanie pour des soins.
  • N.S., âgé de 28 ans : atteint d’une tumeur au pancréas en phase finale. Aucun changement dans son état, il devait allé en Jordanie pour passer des examens et suivre un traitement. Il est chez lui à recevoir des analgésiques depuis que l’hôpital ne peut plus l’aider.
  • Y.M.S., âgé de 20 ans : atteint d’une tumeur au cerveau à cellules géantes, il devait subir une opération d’urgence pour laquelle il lui fallait se rendre à Jérusalem-Est. A défaut d’autorisation, il a été opéré dans la bande de Gaza, à l’hôpital Nasser de Khan Yunis. La tumeur a été enlevée. Il en découle qu’il a maintenant des difficultés majeures, et se trouve dans un état toujours incertain.

La mort de Na’el al-Kordi

On a diagnostiqué chez Na’el al-Kordi, 21 ans, un cancer (séminome) en février 2006. Il a été opéré à l’hôpital Shifaa de Gaza en mars, puis il a suivi une radiothérapie en Egypte, en avril de la même année, et ensuite une chimiothérapie à Gaza. En janvier 2007, son état s’est aggravé et en mars, on a découvert des métastases. Il a été envoyé dans un centre médical en Egypte pour y être traité, tout en ayant des difficultés à suivre des sessions régulières à cause des bouclages répétés du passage frontalier de Rafah vers l’Egypte. Sa tumeur s’était réduite de moitié et il y avait une chance de lui sauver la vie si on l’avait autorisé à se faire suivre et à recevoir les soins appropriés.

Après la fermeture définitive du passage vers l’Egypte, le 9 juin 2007, Na’el a essayé de sortir de Gaza et d’aller à l’hôpital Ichilov en Israël, en passant par Eretz. Mais les autorités israéliennes lui ont refusé l’autorisation de passage pour des « raisons de sécurité ». Des recours au nom de Na’el qui ont été déposés par PHR-Israel n’ont pas réussi à faire annuler cette décision. En octobre, on lui a découvert des métastases dans le foie et diagnostiqué une jaunisse (par obstruction des voies biliaires) ; son état s’est détérioré rapidement.

Bien que trois médecins israéliens aient attesté par écrit que son état était très grave et exigeait des soins sans plus tarder, sauf à mettre sa vie en danger, ceci pour l’audience du 12 novembre, la Cour a refusé d’exiger de l’Etat qu’il lui permette de passer. Le 17 novembre, Na’el est décédé à son domicile à Gaza. Le lendemain, le procureur général israélien informait l’avocat de PHR-Israel que l’autorisation était accordée.

Pour PHR-Israel, le GSS considère la sécurité d’un point de vue étroit et d’une manière manipulatrice, ceci dans le but de permettre au gouvernement israélien de suivre une politique de mesures collectives contre la population civile de Gaza. Le PHR-Israel regrette la décision de la Haute Cour qui s’est défilée et a refusé d’aborder ces questions politiques.

PHR-Israel rappelle au gouvernement d’Israël et à la communauté internationale que refuser de façon délibérée des soins médicaux pour des raisons qui n’ont rien à voir avec des considérations médicales peut, dans des cas extrêmes, constituer un traitement cruel, inhumain ou dégradant tels que définis par la Convention des Nations unies contre la torture. Depuis qu’Israël contrôle l’unique point de sortie de Gaza vers le monde extérieur, il porte seul la responsabilité de l’accès des malades aux soins, indépendamment du statut juridique de Gaza en tant que territoire occupé. PHR-Israel condamne avec force la politique du gouvernement israélien à l’égard de Gaza, ainsi que la carence des gouvernements dans le monde à s’opposer à la politique d’isolement mise en œuvre contre les 1 million 400 000 personnes civiles protégées de Gaza.

 

* Physicians for Human Rights-Israel.

Sur le refus d’Israël de laisser sortir les malades en situation critique de Gaza :

-  A Gaza, la survie de certains malades dépend du blocus israélien - 22 novembre 2007 - Benjamin Barthe - Le Monde.
-  
Pas d’accès aux soins pour les habitants de Gaza - 31 octobre 2007 - IRIN.
-  
Traitement médical contre trahison - 24 octobre 2007 - Saleh Al-Naami - Al Ahram Weekly.
-  
Une ONG israélienne dénonce le chantage sur les malades de Gaza - 17 octobre 2007 - P. Saint-Paul - Le Figaro.


Sources 
Info Palestine 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Publié dans LE MARTYRE DE GAZA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article