Interdit d’accès à Gaza, Carter voit un proche du Hamas à Ramallah

Publié le par Adriana Evangelizt



L’ex-président américain veut amener Mechaal à convenir d’une solution pacifique

Interdit d’accès à Gaza, Carter voit un proche du Hamas à Ramallah




L’ancien président américain Jimmy Carter, dont la venue au Proche-Orient a été ignorée par le gouvernement israélien, a annoncé hier qu’il n’avait pas obtenu l’autorisation de se rendre dans la bande
de Gaza. Jimmy Carter n’a pas formellement imputé aux autorités israéliennes le rejet de sa demande, mais tous les points de passage entre Israël et le territoire palestinien contrôlé par le Hamas relèvent de l’État hébreu. « J’aurais aimé (me rendre à Gaza), j’ai demandé l’autorisation, mais elle m’a été refusée. Nous trouverons peut-être un moyen de contourner cela », a dit l’ex-président démocrate, après une rencontre avec des diplomates à Ramallah, en Cisjordanie. Ramallah où il a déposé une gerbe de fleurs sur la tombe de Yasser Arafat, contrairement à George Bush, qui avait ignoré la sépulture du défunt chef de la Résistance palestinienne lors de sa visite à Ramallah au début de l’année.

Peu après, on apprenait que M. Carter avait rencontré à Ramallah Nasser Shaer, ancien vice-Premier ministre du gouvernement formé par le Hamas après sa victoire aux élections législatives de janvier 2006. Nasser Shaer, qui rencontre fréquemment le président palestinien Mahmoud Abbas depuis la prise de contrôle de Gaza par le Hamas, en juin, est une personnalité proche du Hamas, mais n’est pas membre du mouvement islamiste.

Carter, lauréat du prix Nobel de la paix pour son rôle dans la négociation du traité de paix israélo-égyptien de 1979, a ulcéré la classe politique israélienne en annonçant son intention de rencontrer cette semaine à Damas le chef en exil du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal. Il lui est également fait grief d’avoir qualifié de « système d’apartheid » la politique israélienne dans les territoires palestiniens occupés dans un livre paru en 2006. Hier, il a expliqué vouloir se servir de sa rencontre avec Khaled Mechaal, prévue « en fin de semaine », pour « tenter tout ce qui est en (son) pouvoir afin de l’amener à convenir d’une solution pacifique aux différences, à la fois avec les Israéliens et aussi avec le Fateh » du président Abbas. « Puisque la Syrie et le Hamas devront être impliqués dans l’accord de paix final, ils doivent être impliqués dans les discussions qui mèneront à la paix », a-t-il dit.

Un premier incident avait émaillé lundi la visite de Jimmy Carter avec le refus du Shin-Beth, le service de sécurité intérieure dépendant du Premier ministre Ehud Olmert, de coopérer avec les agents du Secret Service américain chargés de la protection de l’ancien président.

Sur le terrain, cinq Palestiniens ont été blessés par des tirs de l’armée israélienne lors d’une incursion dans le sud de la bande de Gaza, a-t-on appris de source médicale palestinienne. Les cinq personnes ont toutes été blessées par des tirs israéliens. « Des hommes armés se sont approchés des forces opérant dans la bande de Gaza. L’armée a ouvert le feu et en a touché un », a indiqué l’armée israélienne.  
 
Plusieurs autres incidents armés se sont déroulés au cours de l’incursion entre des combattants palestiniens et l’armée israélienne. Lundi soir, un responsable de la branche militaire du FDLP a été tué et trois autres Palestiniens ont été blessés lors d’un raid aérien israélien contre le nord de la bande de Gaza.

Deux grandes universités de Gaza, l’Université islamique pro-Hamas, et l’Université al-Aqsa, affiliée au Fateh, ont, par ailleurs, suspendu les cours hier en raison de la crise des carburants qui empêche nombre d’étudiants de se déplacer. La situation de Gaza a empiré lorsqu’Israël a fermé le point de passage de Nahal Oz, seul terminal de transit de carburants vers le territoire palestinien.

Sources
Lorient le jour


Publié dans CONNEXION ISRAEL USA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article