Les dirigeants du PS et la Palestine : Quel courage !

Publié le par Adriana Evangelizt

Le PS est complètement infiltré par les sionistes comme tout le reste. Même France-Télécom est gravement touché, place privilégiée pour avoir les numéros sur liste rouge. Seulement là, il va y avoir une petite surprise... bientôt... rira bien qui rira le dernier !



Les éléphants du PS boudent la contribution sur la Palestine

Le site www.bakchich.info signale que la pétition intitulée « Palestine : l’exigence du courage politique », lancée au sein du PS par la sénatrice Monique Cerisier-Benguiga a recueilli 172 signatures à ce jour, mais pas une seule des "éléphants" du PS. Voir ci-dessous.

"Surprise : aucun éléphant du parti à la rose n’y a apposé son paraphe… pour le moment !", peut-on lire sur http://www.bakchich.info/breve964.html

Voici le texte en question :

Palestine - Contribution pour le congrès de Reims

L’exigence du courage politique

Plus que toutes les autres questions internationales, la question du conflit israélo-palestinien nous interpelle profondément. Soixante ans après la partition de la Palestine, décidée par l’ONU, qui a conduit à la création de l’Etat d’Israël, l’Etat palestinien n’a toujours pas vu le jour. Membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, pays des Droits de l’Homme s’étant montré capable à certaines époques de faire entendre une voix indépendante, la France peut influer sur le cours de l’Histoire. C’est toute une conception de la justice internationale qui est en cause, et qui est en train de céder la place au fait accompli et à la loi du plus fort.

Sur ce sujet essentiel pour l’avenir du monde, nous attendons du Parti Socialiste qu’il donne l’exemple du courage politique. C’est le sens de cette contribution.

Monique Cerisier ben Guiga, FFE, Sénatrice des Français établis hors de France ; Christiane Demontès, 69, Sénatrice Maire, Première Fédérale, Béatrice Patrie, 24, Députée Européenne Aquitaine, Catherine Guillaume, 75 ; Bertrand Heilbronn, 91 ;

1948-2008 : Et l’État Palestinien ?

Quinze ans après les accords d’Oslo, le conflit israélo-palestinien s’inscrit toujours en toile de fond de la politique internationale. Les quinze ans écoulés ont acclimaté l’idée d’un processus devenu une fin en soi, qui pourrait se poursuivre éternellement sans grande conséquence. Pire, la mise en place d’une autorité palestinienne pour la gestion des territoires occupés laisse à penser qu’en quelque sorte, l’Etat palestinien existe déjà et qu’il suffirait de le laisser négocier avec son homologue israélien pour aboutir à un résultat.

C’est ici qu’il faut rappeler quelques évidences. 61 ans après le plan de partage de l’ONU, il n’y a pas d’Etat palestinien et c’est bien l’objet des négociations que d’en établir un. Mais 61 ans après le plan de partage, il n’y a pas non plus de véritables négociations. Ces négociations opposent une puissance occupante à un peuple occupé, sans aucun mécanisme de suivi des engagements, ni par les Etats-Unis qui ne veulent rien exiger d’Israël, ni par l’Union Européenne. Dans ces négociations, l’interlocuteur est tour à tour nié, discrédité avant que d’être taxé de faiblesse. Pas plus que le Hamas islamiste d’aujourd’hui, l’OLP laïque d’hier n’était considérée par Israël comme un interlocuteur valable. Or dans une négociation, on ne choisit pas son partenaire et c’est toujours avec l’adversaire que se conclut la paix. L’invocation de l’absence de partenaire traduit alors le refus de négocier.

Le blocus et la colonisation rendent la paix impossible

De fait ces négociations ne semblent plus impératives aux yeux d’Israël. Alors que le principe de base des négociations était "la terre contre la paix", celles d’aujourd’hui semblent avoir pour horizon "la terre et le calme". Après l’espoir suscité par l’évacuation des colonies, Gaza est devenue une prison à ciel ouvert, privée de tout, soumise à un blocus qui détruit la société civile palestinienne, à des incursions meurtrières et à de terribles destructions. La colonisation de la Cisjordanie prive l’Etat palestinien de toute base territoriale, donc de toute existence possible. La construction du Mur, condamné par la justice internationale, se poursuit, rendant la vie impossible à des milliers de Palestiniens. Pour Israël, il s’agit de gérer la question palestinienne et non de négocier pour une paix durable. En témoigne le regain de la politique de colonisation des territoires occupés, qu’il s’agisse d’implantations nouvelles ou d’extension des colonies existantes, qui isolent Jérusalem, morcellent et fragmentent les territoires, accaparent les terres et les ressources en eau. Depuis Oslo, le nombre de colons a doublé.

Par la poursuite de la colonisation et l’absence de perspective politique, Israël a disqualifié l’autorité palestinienne aux yeux de son propre peuple qui perd confiance en des dirigeants qui n’ont plus les moyens de le protéger et de faire avancer ses droits nationaux. L’absence de tout espoir, c’est la promotion des plus radicaux, c’est le terreau du désespoir et de la révolte. La dégradation des conditions de vie, c’est une population mal nourrie, en mauvaise santé, sans parler du risque d’effondrement du système d’éducation. Le développement de l’économie, de la culture, de l’éducation palestiniennes a jusqu’ici représenté un immense espoir pour les deux peuples. Mais aujourd’hui, c’est un tout autre scénario qui se profile : le chaos, le désespoir, les violences inter-palestiniennes.

Une logique géo-politique inquiétante, un enjeu majeur au plan mondial

Ce qui se profile au-delà, c’est le spectre du "choc des civilisations" qu’il ne suffit pas de nier pour empêcher qu’il advienne. Comment l’impunité totale de l’Etat d’Israël, face aux violations des résolutions de l’ONU, ce sentiment du "deux poids, deux mesures", pourrait-elle ne pas focaliser révolte et indignation dans l’ensemble du monde arabe ?

La politique israélienne ne peut être comprise sans le soutien inconditionnel que lui apporte l’administration Bush. Pour cette dernière, le renforcement de l’Etat d’Israël s’inscrit dans le cadre d’une stratégie régionale visant le contrôle économique, politique et militaire de l’ensemble de la région, laquelle constitue pour les Etats-Unis un enjeu stratégique majeur du fait de ses réserves pétrolières.

Il est fondamental que l’Europe ne se laisse pas entraîner par l’administration nord-américaine dans cette logique de "choc des civilisations". De ce point de vue, l’élection, en France, d’un président de la République atlantiste et totalement aligné sur les positions des Etats-Unis, comme Nicolas Sarkozy, est dramatique. La stratégie américaine de règlement des conflits par la force, au mépris du droit, vient pourtant, encore une fois, de montrer son total échec en Irak. Elle risque d’entraîner l’ensemble de la région dans un embrasement général, jusqu’à l’Iran.

La résolution du conflit israélo-palestinien est un enjeu majeur. Elle est d’abord affaire de morale ou de justice, mais pas seulement. Il s’y joue aussi une part cruciale de la sécurité et de la stabilité aux portes de l’Europe. Il s’y joue la fracture entre un occident fantasmé et une région traumatisée chaque jour un peu plus par la catastrophe irakienne.

Rappeler les fondements du règlement du conflit

La France des Droits de l’Homme mais aussi la France soucieuse de ses intérêts doit s’impliquer dans la résolution de ce conflit, dans l’intérêt des deux peuples, au côté de toutes les forces lucides, courageuses qui nous alertent, y compris aux Etats-Unis (Jimmy Carter, ancien président de la République) et en Israël même (Avraham Burg, ancien président de la Knesset). Dans les deux camps en effet des hommes et des femmes militent pour le respect du droit international et le dialogue entre les deux peuples. Les politiques et les ONG palestiniens et israéliens qui continuent à militer pour la justice, la fraternité, la possibilité d’une coexistence pacifique méritent notre admiration et notre respect. Nous devons leur apporter notre soutien.

En particulier, les forces socialistes, laïques, démocratiques, doivent rappeler les fondements du règlement de ce conflit, connus depuis déjà longtemps :

  • la constitution d’un Etat souverain, en Cisjordanie et à Gaza, avec Jérusalem-est pour capitale ;
  • l’évacuation des territoires occupés par Israël depuis 1967 ;
  • le démantèlement de toutes les colonies ;
  • une solution juste pour le retour des réfugiés, sur la base du droit international

La pérennité et la véritable sécurité de l’Etat d’Israël sont à ce prix.

Dans l’immédiat, nous attendons de l’Union Européenne :

  • qu’elle refuse toute nouvelle installation de colons,
  • qu’elle exige la levée du blocus de la Bande de Gaza,
  • qu’elle exige la mise en œuvre immédiate de l’accord de 2005 sur la circulation.
  • qu’elle œuvre à la libération des prisonniers politiques
  • qu’elle contribue à l’organisation d’une conférence internationale, pour le règlement du conflit, sur le fondement des résolutions de l’ONU.

L’Union Européenne doit rappeler fermement à Israël que les relations privilégiées permises par les accords d’association sont conditionnées au respect du droit international. Mais il faudrait qu’elle ait le courage politique d’appliquer ses propres décisions. En tout état de cause, les négociations sur l’accord de rehaussement des relations Israël-UE doivent être suspendues tant qu’Israël ne respecte pas ses propres engagements, et que les bases d’un règlement pacifique et mutuellement accepté du conflit ne sont pas concrètement mises en œuvre.

On ne peut pas dissocier la relation UE-Israël des exigences minimales de respect des normes internationales pour la résolution du conflit.

Un courage politique indispensable

Face à la dégradation continue de la situation au Proche Orient, aux enjeux du conflit israélo-palestinien, à la violation continue du droit international par l’Etat d’Israël, le Parti Socialiste doit affirmer des positions claires, conformes à ses valeurs, et loin de tout groupe de pression quel qu’il soit.

Il y a une grande indignation, dans le peuple de gauche, face à cette injustice qui dure depuis des décennies. Répondons positivement, en contribuant à l’unité de toutes ses forces, politiques, syndicales, associatives, en contribuant aussi à éclairer les citoyens sur l’histoire et les enjeux de ce conflit.

Notre parti doit donner un signal fort, à l’occasion de son congrès, pour le respect du droit international au Proche-Orient, en même temps qu’il doit s’élever contre les dangereuses dérives atlantistes de Sarkozy.

Il doit aussi agir dans le cadre de l’Internationale Socialiste, dont sont membres le parti travailliste israélien et le Fatah, pour porter les valeurs du droit international et refuser la logique de colonisation trop souvent acceptée par le parti travailliste israélien.

www.congres-palestine.net

Signataires :

Monique Cerisier ben Guiga, FFE, Sénatrice des Français établis hors de France ; Christiane Demontès, 69, Sénatrice Maire, Premiere Fédérale ; Béatrice Patrie, 24, Députée Européenne Aquitaine, Catherine Guillaume, 75 ; Alain Chenal, 75, Délégué national Méditerranée ; Bertrand Heilbronn, 91 ; François Loncle, 27, Député de l’Eure ; Dominique Aguessy, Belgique, FFE ; Jacqueline Alquier, 81, Sénatrice ; Michèle André, 63, Sénatrice ; Renaud Andrieu, FFE ; Denis Aravantinos, Fontaine les Dijon, 21 ; Kader Arif, 31, Député européen, Secrétaire national aux fédérations, 1er secrétaire fédéral ; Annick Bakhtri, Tunisie FFE ; Yves Banzet, Moscou, Russie ; Gérard Bapt, 31, Député ; Patrice Bedouret, Fontenay sous bois, 94, Adjoint au maire Fontenay sous bois ; Mohand Bekouche, section d’Alger ; Sélim Ben Abdesselem, Drancy, 93 ; Marie-Hélène Benzine, Etats-Unis FFE ; Maryse Bergé-Lavigne, 31, Sénatrice ; Jean-François Berne, Allemagne FFE ; Christian Berthier, 75018 ; Henri Bertholet, 38, ancien député et Maire de Romans ; Marie-Hélène Beye, Mali, FFE ; Emmanuel Biang Nzie, Nantes Nord, 44, Conseiller municipal ; Philippe Blaiseau, FFE ; Brigitte Blang Sarralbe, 57, CF / BF ; Patricia Bodénès, Saint-Herblain, 44 ; Yannick Bodin, 77, Sénateur ; Bernard Bonnechère, Section d’Evreux, 27, membre du C.F. de l’Eure ; Guy Bono, député européen ; Didier Boulaud, 58, Sénateur Maire de Nevers ; Boursier Annick et Michel, Saint Herblain, 44 ; Huguette Boussiquet, 37 ; Yolande Boyer, 29, Sénatrice ; Sylvie Bruand, Chenove, 21 ; Vincent Buard, Cameroun FFE ; Martine Buron, Châteaubriant, 44, Ancienne députée européenne ; Claire-Lise Campion, 91, Sénatrice ; Evelyne Carey, Villebon, 91 ; Jean-Louis Carrère, 40, Sénateur ; Samantha Cavalli, 91 ; Yacine Chaouat, 19ème, 75 ; Jean-Daniel Chaoui, Madagascar, FFE ; Charlery Charlec, Saint Joseph, 972 ; Alexis Corbières, 75, 1er adjoint du 12ième, bureau fédéral ; Amaury Couderc, 91 ; Jean-Philippe Daniel, 3è arrondissement - Flora Tristan, 75 ; Yves Dauge, 37, Sénateur ; Guy de Delcourt, 62, Député Maire de Lens ; Benoît Deslandes, Les Lilas, 93 ; Marc Dolez, 59, Député ; Claude Domeizel, 4, Sénateur ; Fayçal Douhane, 93, Conseil national ; Kheira Drissi, 51 ; Robert Duguet, 91 ; Jacques Dupont, 75 ; Joseph Dupuis, Talant, 21 ; Josette Durrieu, 65, Sénatrice ; Marc-Henri Duvernet, Lons-le-Saunier, 39 ; Claire Edey, déléguée nationale protection internationale ; M’jid El Guerrab, Aurillac, 15 ; Anne Esambert, Paris 3ème, 75 ; Emmanuel, Espanol, 24, conseiller régional ; Léa Filoche, 75019, 75, Conseillère de Paris ; Dominique Fleurat, 36, Conseillère régionale ; Yves-Noel, Francois, Paris 11ème, 75 ; Annick Francois, Paris 11ème, 75, ; Jean-Claude Frécon,, 42, Sénateur ; Annick Frulio, Gif sur Yvette, 91, Conseillère Municipale ; Gérard Fuchs, 76, Ancien député ; Philippe Gailhardis, Villebon, 91, conseiller municipal ; Charles Gautier, 44, Sénateur ; Jean Gernigon, Algérie, FFE ; Thérèse Gernigon, Algérie FFE ; Elyes Ghanmi, Belgique FFE ; Jacques Ginesta, Uruguay, FFE ; Bertrand Gosset, Autriche ; Geneviève Grappe, Doubs, 25 ; Jacques Gutwirth, Allemagne FFE ; Jacques Guyard 75 ; Catherine Guy-Quint, 63, Députée européenne ; Lynda Hammad, Nantes, 44 ; Razzy Hammadi, 94, secrétaire national ; Odette Herviaux, 56, Sénatrice ; Stéphane Hessel, 75, ambassadeur de France ; Virginie Houadec, section12 Toulouse, 31 ; George Irvin, Grande Bretagne, FFE ; Henri Israël, 94, adjoint au Maire de Fresnes ; Annie Jarraud-Vergnolle, 64, Sénatrice ; Martine Jedidi, Tunisie FFE ; Saber Jendoubi, Nantes Est, 44 ; Wahbi Jomaa, Léognan, 33 ; Charles Josselin, 22, Sénateur ; Marietta Karamanli, 72, députée ; Sophie Kerdjouj, Algérie FFE ; Bariza Khiari, 75, Sénatrice ; Saad Khiari, 75 ; Jean Lacassagne, Périgueux, 24, militant PS/DA ; Bastien Lachaud, 92, 92 ; Serge Lagauche, Créteil, 94, Sénateur ; André Laignel, 36, député européen ; Sarra Laksiri, Sympathisante PS Sisteron, 4 ; François Lamy, 91, Député ; Bertrand Lazard-Peillon, Paris-18, 75 ; Pierre-Yves Le Borgn, 1er fédéral FFE ; Jean-Yves Le Drian, 56, Président de la région Bretagne ; Hervé Le Fiblec, 60 ; Louis Le Pensec, 29, Sénateur ; Raymonde le Texier, 95, sénatrice ; Emmanuelle Le Texier, Bruxelles, FFE ; Laurent Levard, 75, Conseil Fédéral ; Philippe Luxereau, Viroflay, 78 ; Rachid Mammeri, Evreux, 27, Conseiller régional de Haute-Normandie et membre du bureau fédéral de l’Eure ; Fabrice Manzoni, Dijon, 21 ; René Maret, Italie FFE ; Georges Martel, Egletons, 19 ; Didier Mathus, 72, Député ; Jérôme Maucourant, Lyon, section du 5ième, 69 ; Fatiha Mehnana, Rhone, 69 ; Louis Mermaz, 69, Sénateur ; Jean Pierre Michel, Héricourt, 70, Sénateur (70) ; Julien Monier, Evry, 91 ; Michel Morziere, Fontenay sous Bois, 94, Bureau de section ; Jean-Paul Nail, 301 Marseille, 13 ; François Nicoullaud, 75 ; Karim Pakzad, Paris 10, 75 ; Jérôme Pasco, Secrétaire de section adjoint, 27, 1er adjoint au Maire de Conches ; Bertrand Périssé, 75, secrétariat fédéral ; Vladimir Perm 6 ; Jeanne Petermann, Allemagne FFE ; Jean-Claude Peyronnet, Chalus, 87, Sénateur ; Valérie Picquet, section de Bruxelles (FFE) ; Alain Piegay, 21 ; Lionel Pretto 69 ; Jean-Marie Queinnec, 309 Marseille, 13 ; Axel Queval ; Daniel Raoul, 49, Sénateur ; Bruno Rebelle, Montreuil, 93, Conseiller municipal Montreuil ; Farida, Rebouh, Saint-Herblain, 44, adjointe au Maire ; Christine Renaudin-Jacques Talant 21, Conseillère Municipale 21, Membre du secrétariat Fédéral PS 21 ; Thierry Repentin, 73, Sénateur ; Marie-Claire, Retière-Douillard, Rézé, 44, membre CA ; Christine Revault d’Allonnes, Villejuif, 94, CN conseillère régionale ; René Revol, 34, Conseil National ; Alain Rey, Saint Marcel, 27 ; Matthieu Rigal, Berlin, 973 ; Fabrice Romans, Luxembourg, 66 ; Corinne Ronsin, Saint-Herblain, 44, militante ; Gwendal Rouillard, 56, 1er fédéral ; Thomas Rudolf, Rénova(c)tion Socialiste, 67 ; Pierre Ruscassie, 64 ; Patricia Saunier, Champs sur Marne, 77 ; Claude Saunier, 22, Sénateur ; Patricia Schillinger, 68, Sénatrice ; Jacques Schweizer, Gières-Venon, 38 ; Danièle Seignot, 75, Maire-adjointe ; Jean-Christophe Sellin, 31 ; Jacques, Serieys, 12, bureau fédéral ; Danielle Simonnet, 75, conseil de Paris, bureau fédéral ; Umit Sonmez, Nancy, 54 ; Gilbert Soulet, Pertuis, 84 ; Frédérique Sprang, 44 ; Pascal Tallon, Paris 3e ; Catherine Tasca, 78, Sénatrice ; Alain Ternot, Jean Jaurès Paris 19 ; Hervé Tessier Rezé, 44, Secrétaire de section ; Jeannine, Tisserandot, Chenôve, 21 ; Farida Trichine, Mulhouse, 68 ; Emel Türk, Saint-Herblain 44 ; Paul Ursat, PMF-Strasbourg, 67 ; Jean-Claude Valomet, 44 ; André Vantomme, 60, Sénateur ; Guy Vapdepied, 60, Ancien député ; Antoine Vigot 75 ; Jean-Luc Wasse, Kenya, FFE ; Richard, Yung, FFE, Sénateur

CAPJPO-EuroPalestine

Publié dans LA FRANCE COMPLICE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article