Liban - Fneich : La Résistance prête à libérer le territoire si les efforts diplomatiques n’aboutissent pas

Publié le par Adriana Evangelizt



Fneich : La Résistance prête à libérer le territoire si les efforts diplomatiques n'aboutissent pas



Le ministre du Travail, Mohammad Fneich, a affirmé hier que le « gouvernement exprime l’attachement du peuple à arracher son droit sur chaque mètre de son territoire et sur chaque goutte d’eau qui lui revient ».
« Il existe actuellement une opportunité pour que les efforts diplomatiques récupèrent ce droit et prohibent toute agression contre le pays. Soit. Cependant, si de tels efforts n’aboutissent pas (...), la Résistance sera prête et se mobilisera pour faire face à l’ennemi jusqu’à la libération de l’ensemble de notre territoire », a-t-il dit.
Le ministre a en outre invité les Libanais à s’engager dans une nouvelle ère de la vie politique, affirmant qu’il « est inutile de miser sur une force étrangère quelconque ».
« La seule chose qui puisse être utile est que l’on s’arme d’une volonté nationale pour examiner les moyens de sauvegarder notre souveraineté, notre liberté et notre indépendance », a-t-il dit.
M. Fneich a ajouté qu’il est tout à fait « normal » que le droit du Liban à récupérer son territoire occupé « soit mentionné dans la déclaration ministérielle et ce, quelle que soit l’expression utilisée pour exprimer ce droit ».
Le ministre a espéré que la prochaine période soit fondée sur l’entente et la coopération pour consolider l’immunité du pays.
Pour sa part, le chef du Bloc de la Fidélité à la Résistance, le député Mohammad Raad, s’est demandé si la simple parution de la déclaration ministérielle suffira à mettre fin à la crise politique. « Nous pouvons dire du moins que cette phase de la crise s’est terminée, mais il reste beaucoup d’autres. »
La crise, a-t-il précisé, persistera mais de manière plus atténuée, tant qu’il existe « deux logiques, deux visions et deux choix qui s’imposent aux membres du gouvernement : l’option de résistance et de dissuasion et l’option qui mise sur la démocratie américaine ».
« Certains persistent dans leur choix portant sur l’antirésistance, en comptabilisant leurs relations et amitiés internationales. Ils cherchent ainsi à généraliser cette culture auprès de l’opinion publique libanaise et internationale, laissant entendre que la résistance ne bénéficie pas de l’unanimité », a-t-il ajouté.
Selon M. Raad, toute la discussion autour des armes du Hezbollah n’avait d’autre logique, pour les forces du 14 Mars, que de se justifier devant les électeurs. « S’ils reconnaissent, dans la déclaration ministérielle, le droit à la résistance, comment justifieront-ils cela devant leur base électorale », s’est-il demandé.
Et le député d’insister : « La Résistance n’a pas de projet politique propre. Elle veut simplement libérer le pays et contribuer à l’édification d’un État qui exprime l’aspiration de l’ensemble du peuple libanais, toutes communautés et régions confondues ».

Sources
Lorient le Jour

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans ISRAEL LIBAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article