La police israélienne reconnaît « fermer les yeux » sur la violence des colons

Publié le par Adriana Evangelizt



La police israélienne reconnaît « fermer les yeux » sur la violence des colons



Uri Blau - Ha’aretz


Les policiers, les soldats et leurs officiers préfèrent "fermer les yeux" au lieu d’intervenir dans les incidents où les colons attaquent les Palestiniens en Cisjordanie.

 

Lors d’une réunion, la semaine dernière, présidée par l’officier responsable des opérations en Cisjordanie, Ronen Yefet, les participants - dont le représentant du Shin Bet, Service de sécurité, un officier haut gradé de la police et des officiers de l’armée - ont fait part d’une récente recrudescence des incidents violents impliquant les colons.

Le représentant du Shin Bet déclare que la violence des colons est « délibérée et planifiée », ajoutant que toute opération des Forces de défense israéliennes (FDI) contre les colons (expulsions ou démolitions) est marquée maintenant « du sceau de la violence ».

Des officiers de police critiquent, lors de la réunion, les FDI pour avoir dit à plusieurs reprises qu’elles ne veulent pas intervenir contre les colons, citant des propos comme « Laissez-moi tranquille, ne m’obligez pas à me mêler à ces types. »

Le responsable des patrouilles militaires en Cisjordanie rétorque que la police préfère, elle aussi, ne pas se coltiner avec les colons. « Quelquefois, les flics aussi évitent d’intervenir contre les Juifs. Par moment, la police se met à regarder ailleurs, pour pouvoir dire "Je n’ai rien vu" ».

Les activités des Palestiniens sont aussi critiquées dans cette réunion. La police dit que les Palestiniens ne conçoivent pas leurs projets agricoles en coordination avec la police, et que cela finit par des frictions avec les colons.

Pendant la première moitié de 2008, particulièrement dans les districts de Samarie et de Binyamin, il y a une augmentation des « troubles à l’ordre public » - terme utilisé pour désigné les dommages causés par les citoyens israéliens aux Palestiniens et à leurs biens, aussi bien qu’aux forces de sécurité israéliennes. Les statistiques présentées à la réunion indiquent qu’il y a eu 429 incidents de ce genre dans la première moitié de cette année, à comparer avec les 587 pour toute l’année 2006 et 551 en 2007.

A la fin de la réunion, le représentant du Shin Bet propose d’engager des discussions avec les colons pour réduire les troubles à l’ordre public. Les dirigeants de la Sécurité recherchent aussi comment limiter les injonctions contre les perturbateurs connus de l’ordre public. La police et les FDI conviennent donc d’établir conjointement des estimations sur la situation. Ils informeront l’ensemble des fonctions de commandement avant toute opération militaire ou de police contre des colons, afin de se préparer pour des réponses brutales.

Selon Danny Poleg, porte-parole de la police pour la Cisjordanie, il y a eu, comme réponse, « de janvier à juillet 2008, 340 cas où des Israéliens (tant de gauche que de droite) ont été poursuivis pour trouble à l’ordre public, comparés aux 313 pour la même période de l’année passée. »

Poleg précise que ces chiffres donnent le nombre des dossiers, pas celui des incidents. Pour ce qui concerne les critiques formulées lors de la réunion, il répond : « Il s’agit d’une réunion parmi beaucoup d’autres organisées par la police avec d’autres organismes avec lesquels elle est en contact régulier, comme les FDI, aussi nous n’avons pas l’intention de faire des commentaires sur ce qui se dit lors de ces discussions internes. » Un porte-parole des FDI intervient : « Les FDI remplissent leur mission en coopération avec la police et le Shin Bet. »

Quelqu’un de l’armée ajoute : « Les irrégularités que nous sommes amenés à connaître dans les activités de la police ou des soldats sont examinées avec à propos. »

Sources Info Palestine

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LES COLONS EXTREMISTES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article