Olmert victorieux

Publié le par Adriana Evangelizt

La victoire de Kadima et de son chef Ehud Olmert était bien sûr prévisible. Il était clair et net que Netanyahou se prendrait une veste. Ce dernier ne se rend pas compte que son image de va-t-en guerre est loin de plaire à tout le monde. D'ailleurs les israéliens ne se sont pas vraiment bousculés pour aller aux urnes. Sans doute en ont-ils marre eux aussi des promesses jamais tenues, de la misère ambiante qui ne cesse de grandir et de cette politique suicidaire qui ne mène jamais à la paix... chose à laquelle ils aspirent autant que les palestiniens.

Olmert proclame sa victoire, prêt à négocier avec les Palestiniens

Le parti centriste Kadima a remporté mardi une courte victoire aux élections législatives israéliennes et son chef Ehud Olmert s'est dit prêt à des concessions territoriales et des négociations pour permettre la création d'un Etat palestinien.

Selon des résultats quasi-définitifs annoncés mercredi par la commission électorale centrale après dépouillement de 99% des bulletins, Kadima remporte 28 sièges sur 120, les travaillistes 20, le parti orthodoxe sépharade Shass 13, le Likoud (droite) 11 et le parti russophone d'extrême droite Israël Beiteinou 12.

Les retraités ont créé la surprise en obtenant 7 mandats, alors que les trois listes arabes ont remporté 10 sièges. Les résultats définitifs sont attendus dans la journée de mercredi.

Dans son discours de victoire devant ses partisans à Jérusalem, M. Olmert, Premier ministre par intérim, est revenu sur le thème central de sa campagne: la séparation d'avec les Palestiniens, mais en laissant la porte ouverte à des négociations avec eux pour aboutir à la paix.

Il a cependant averti que faute de partenaire, il s'emploierait à fixer unilatéralement les frontières orientales d'Israël en procédant à un démantèlement de colonies en Cisjordanie occupée et à une annexion de grands blocs d'implantation.

"Je suis prêt à renoncer au rêve d'un Grand Israël. Nous sommes prêts à évacuer des juifs qui vivent dans des implantations pour vous permettre de réaliser votre rêve d'avoir un Etat", a dit M. Olmert. "Mais vous devez renoncer à votre rêve de destruction", a-t-il ajouté dans un appel direct au président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

"Si les Palestiniens acceptent d'agir en ce sens, nous nous asseyerons avec eux à la table des négociations afin de créer une nouvelle réalité dans la région. S'ils ne le font pas, nous prendrons notre destin entre nos mains (...) et dans ce cas-là nous agirons sans l'accord des Palestiniens. Le temps est venu d'agir", a-t-il dit.

Pour M. Olmert, "la démocratie israélienne a parlé. Israël veut aller de l'avant" (Kadima en hébreu). Il a estimé qu'il était temps pour les Israéliens de "mettre de côté (leurs) divisions".

Malgré la déception de responsables du Kadima qui pariaient sur un meilleur score, le ministre de la Défense Shaoul Mofaz a affirmé que son parti avait obtenu un mandat clair pour diriger le futur gouvernement.

"Kadima est le parti qui a gagné les élections et est maintenant prêt à accueillir à bras ouverts tout parti qui voudrait se joindre à nous", a-t-il déclaré.

Ce scrutin, marqué par un taux de participation de 63,2%, le plus bas de l'histoire d'Israël, signe l'effondrement de la droite nationaliste opposée à toute concession territoriale.

Le Likoud et le PNR ne recueillent ensemble qu'une vingtaine de sièges, ce qui les empêche de constituer une coalition susceptible de faire barrage aux retraits unilatéraux de Cisjordanie.

La campagne à tonalité sociale du travailliste Amir Peretz a porté ses fruits, sa formation devenant un partenaire incontournable pour une future coalition dirigée par M. Olmert.

"Nous allons constituer une société nouvelle et le parti travailliste sera l'axe central du prochain gouvernement", a dit M. Peretz devant des militants.

Le chef du Likoud, Benjamin Netanyahu, a reconnu la cuisante défaite de son parti. "Il ne fait pas de doute que nous avons subi un coup dur. C'est le deuxième que nous encaissons en 100 jours après le départ de celui qui nous dirigeait", a-t-il dit en allusion au Premier ministre Ariel Sharon, dans le coma depuis une hémorragie cérébrale début janvier.

M. Sharon a fait défection du Likoud en novembre 2005 pour créer Kadima.

L'Autorité palestinienne a appelé le prochain gouvernement israélien à reprendre les négociations de paix, alors que son nouveau Premier ministre Ismaïl Haniyeh, du Hamas, a rejeté tout règlement imposé par Israël.

Pour M. Haniyeh, dont le cabinet a été investi dans la journée par le Parlement et dont le mouvement Hamas nie à l'Etat juif le droit d'exister, "le peuple palestinien ne peut accepter le plan d'Olmert pour une fixation unilatérale des frontières".

Le scrutin s'est déroulé sous haute surveillance de la police et de l'armée.

Une roquette de type katioucha a été tirée pour la première fois depuis la bande de Gaza contre le territoire israélien sans faire de victime. Le Jihad islamique palestinien a revendiqué ce tir.

Sources : AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans palestine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article