Affamer Gaza

Publié le par Adriana Evangelizt

Affamer Gaza

par Erica Siverman

« Ouvrez une autre file d’attente ! » exigent des jeunes gens en en frappant avec leurs poings sur la porte d’une boulangerie de la ville de Gaza dans la nuit de lundi, alors que les files d’attente pour le pain sont apparues dans toute la ville.

Les boulangeries étaient en rupture d’approvisionnement pour le blé et la farine, et il était difficile de trouver du riz et du sucre, lesquels se vendent au double du prix habituel dans les magasins. La crise humanitaire à laquelle fait face la Bande de Gaza cette semaine, alors que le blé, les produits frais, les aliments pour bébé et d’autres produits viennent à manquer, n’a fait qu’empirer depuis deux semaines. Karni, le seul point de passage à vocation commerciale pour les importations et exportations à Gaza a ouvert pour moins de 40 minutes lundi après-midi après avoir été fermé pendant près de deux mois. Six camions transportant de la farine et du sucre ainsi que des chargements de pommes de terre et de coca-cola ont été autorisés à entrer, puis Israël a à nouveau fermé le point de passage.

Les fonctionnaires palestiniens déclarent que l’effondrement des livraisons de nourriture fait que l’on se situe largement en-dessous de ce qui est nécessaire pour nourrir 1,4 millions d’habitants, tandis que les fonctionnaires israéliens accusent l’Autorité Palestinienne (AP) d’être responsable du manque d’approvisionnement en nourriture. L’ambassadeur des USA en Israël, Richard Jones, a reçu les fonctionnaires palestiniens et israéliens dans sa résidence dimanche. Le premier ministre israélien par interim Ehud Olmert a cédé aux injonctions américaines et a été d’accord pour une réouverture limitée [de Karni]. Le négociateur palestinien en chef, Saeb Erekat a estimé que « c’est un exemple pratique du penchant israélien pour blâmer la victime. Il y a à peine quelques semaines, Dov Weissglas a ouvertement déclaré l’intention d’Israël d’imposer un régime à notre population déjà appauvrie. Nous espérons que l’actuel manque de pain dans la Bande de Gaza n’est pas la première phase de ce plan. »

L’armée israélienne affirme que la raison de la fermeture de Karni est la présence supposée de tunnels creusés par des militants de la résistance palestinienne et menant au point de passage. L’armée d’occupation menace de maintenir le point de traversée fermé jusqu’à ce que l’ AP creuse plusieurs fossés interceptant les tunnels. Les services de sécurité palestiniens ont creusé quatre fossés, faisant plus de 1,5 kilomètre de longueur autour de Karni, essayant de trouver ces tunnels. Jusqu’ici, aucun tunnel n’a été mis à jour, selon le bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA).

En dépit du retrait unilatéral israélien de Gaza en septembre, l’armée israélienne a gardé la main haute sur Karni en violation de l’accord sur les déplacements et les accès conclu avec l’AP le 15 novembre, et qui stipulait que les ‘passages fonctionneront sans interruption.’ En effet, Karni a été bouclé 60 % du temps cette année, et le prix des produits alimentaires a grimpé de 30 % depuis janvier, selon l’OCHA. Chaque jour de fermeture de Karni coîute approximativement 600.000 dollars d’exportations perdues, selon la Chambre de Commerce de Palestine (PalTrade).

Le manque de nourriture et une crise économique, associés à un chômage record et une situation de non-droit ont créé un environnement insupportable pour les Palestiniens de Gaza et pour les résidents étrangers qui sont presque tous partis en raison de la vague récente d’enlèvements lancée par le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP). Le FPLP a commencé à s’en prendre aux citoyens britanniques et américains après que leur dirigeant Ahmed Saadat ait été enlevé pendant une incursion israélienne contre une prison de l’Autorité Palestinienne à Jericho le 14 mars.

Parallèlement à tout cela, Israël a finalement restitué le 15 mars les 54 millions de dollars provenant de la recette fiscale de l’AP , ce qui couvre à peine les salaires mensuels des près de 150.000 employés de l’AP. Israel avait détourné cette somme - en complète violation du protocole de Paris signé en 1994 en même temps que les accords d’Oslo - avec la volonté de punir les Palestiniens pour la victoire électorale du Hamas.

En attendant, le premier ministre palestinien, Ismail Haniyeh, a soumis ce dimanche au Président de l’AP Mahmoud Abbas la liste du Hamas pour les 24 ministères devant composer le gouvernement, après avooir échoué à convaincre les autres organisations politiques de se joindre au gouvernement. Le FPLP a choisi de rester en-dehors à la dernière minute. L’approbation d’Abbas est prévisible ; mais si l’AP fait face à un effondrement financier, Abbas aura alors la possibilité d’écarter Haniyeh. On s’attend à ce que la liste proposée soit soumise au Parlement pour un vote de confiance cette semaine.

Des militants armé s des brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, liées au Fatah d’Abbas, ont envahi les ministères des finances et des affaires étrangères ce lundi et ont échangé des coups de feu avec les forces de sécurité, protestant contre le paiement en retard des salaires. Deux combattants armés et deux fonctionnaires de sécurité ont été blessés pendant que les employés s’enfuyaient pour s’abriter. Plus tôt le même jour, plus de 50 militants d’Al-Aqsa ont occupé la centrale électrique de Gaza pendant plusieurs heures puis ont tenté de prendre le contrôle d’un hôpital militaire.

Dans le même temps, plusieurs autres personnes ont été blessés par des tirs le long de la voie de communication principale allant du nord et sud de la Bande de Gaza et menant au croisement d’Erez -- le seul point d’accès vers Israël et la Cisjordanie - alors qu’un groupe de combattants armés des Brigades d’Al-Aqsa bloquaient la route en y installant des bombes pour exiger un emploi dans les services de sécurité de l’AP. Le Président Abbas devait utiliser cette route lundi pour rentrer à Ramallah. Des hommes armés ont également brièvement tiré sur le commissariat de police principal de Gaza. Les témoins ont déclaré que les tirs étaient une réponse au passage le long de la route, d’Hosni, général en chef de la police, qui retournait en Cisjordanie.

En fin de compte, l’AP a accepté que les militants ayant installé les bombes le long de la chaussée se voient attribuer des emplois. Le Général de brigade Ismail Al-Ghalban-Ghalban, chef du premier bataillon dans le nord de la Bande de Gaza, a rencontré le secrétaire du Fatah de la même zone, Jamal Abul-Jedian, afin de négocier un arrangement. Les bombes ont été enlevées, la route a été ouverte, et les services de sécurité de l’AP ont repris leurs positions.

Beaucoup, cependant, critiquaient cette solution. L’AP a déjà du mal à payer ses employés, et cependant elle récompense ceux qui menacent d’utiliser la violence, ce qui porte en germe d’autres actes du même genre. De même, du fait que l’AP donne souvent satisfaction aux ravisseurs, les enlèvements sont devenus monnaie courante à Gaza. Une délégation d’officiels égyptiens de haut niveau séjourne actuellement dans Gaza pour tenter de résoudre la crise politique et d’améliorer la sécurité. "Dès le début nous avons estimé que Gaza est essentiel à la sécurité de l’Egypte ; nous devons être impliqués," a déclaré un fonctionnaire égyptien à Gaza, parlant sous le couvert de l’anonymat. Omar Suleiman, chef des services de renseignements égyptiens et le président Hosni Mubarak sont parvenus à un accord avec l’ancien premier ministre Ariel Sharon, accord selon lequel l’Egypte enverrait une délégation avant et après le retrait de Gaza sur la supposition que le retrait de Gaza serait intégral et concernerait toutes les frontières.

La délégation, menée par le général Mohamed Ibrahim, a servi d’interlocuteur entre les groupes palestiniens, imposant avec succès le maintien du cessez-le-feu convenu au Caire au mois de mars passé. La délégation a essayé de convaincre les groupes de la résistance d’adopter une ligne plus modérée, afin de stopper les attaques contre Israel et pour progresser dans le sens de l’unité nationale. La délégation conduite par le général Ibrahim Shukri s’est attelée à travailler étroitement avec le ministre de l’intérieur et des forces de sécurité de l’AP, impliquant une équipe de 15 officiers de renseignement supérieurs égyptiens dont l’objectif est de « reconstruire le soldat palestinien ». Après 5 ans d’Intifada, non seulement leurs armes et équipements doivent être remplacés mais leur moral et leur doctrine militaire doivent être reconstruits, explique le général.

Le géneral Shukri a coopéré étroitement avec le ministre de l’intérieur Nasser Youssef afin de réformer les forces de sécurité préventive et nationale, les aidant à se déployer avec succès le long de la Bande de Gaza au moment du retrait israélien.

Aujourd’hui, la délégation avance vers trois objectifs. Premièrement apporter un soutien constant à l’AP et à Abbas, tout en renforçant l’institution présidentielle. En second, travailler à la reconstruction du Fatah, en considérant que c’était l’entité la plus responsable pour diriger un état palestinien. Troisièmement, en continuant à œuvrer avec le gouvernement mené par le Hamas, le pressant de se conduire de façon pragmatique avec le monde extérieur.

Le Hamas a vaincu le Fatah en janvier dernier lors des élections parlementaires, promettant lors de sa campagne électorale de rétablir la loi et l’ordre dans la Bande de Gaza comme en Cisjordanie. Le Hamas réussira-t-il ?


Erica Siverman
23 mars 2006 - aL Ahram Weekly - Vous pouvez consulter cet article à :
http://weekly.ahram.org.eg/2006/787...
Traduction : Claude Zurbach
Sources : CCIPPP
Posté par Adriana Evangelizt
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Ne voilà t-il pas que l'état hébreux veut affamer la population palestinienne de Gaza sous prétexte qu'elle a voté démocratiquement pour ceux qui souhaitent véritablement défendre ses intérêts et exiger l'application immédiate des nombreuses résolutions des nations unies !!!<br /> Reprenant l'ordre infâme que Jehovah, le Dieu talmudique cannibal donna à moise d'éliminer sans pitié toutes les populations autochtones résidant au delà du jourdain, voilà que l'état hébreux croit en son droit d'exécuter la sentence et bien sûr les faux culs de washington et ceux de la commission européenne sont plein de comisération pour les exécuteurs testamentaires des ordres de ce diabolique Dieu talmudique !!!<br /> Où va-t-on mes aieux, les hébreux sionistes seraient-ils devenu de la race des seigneurs que l'on ose plus leur refuser un crime de plus !!!<br /> Mais qui donc gouverne cette planète...ne serait ce pas une nouvelle engence de vipère produite par ce machiavélique Dieu talmudique !?<br /> <br /> Où sont donc passé les "bons sentiments" des hypocrites de washington et de Bruxelles !!!???<br /> FAudrait arrêter de nous prendre tous pour des cons, s'il-vous-plait !? Dès demain, j'irai retirai tous mes dépôts de la banque des Rothschids, je ne veux en rien être complice de leurs infamies ...c'est mon droit démocratique je suppose...je le ferai donc, et ainsi, je n'alimenterai plus, cette engeance de vipères financière !!!
Répondre