Les Forces d'Occupation Israélienne envahissent le camp d'Al Faraa

Publié le par Adriana Evangelizt


Les Forces d'Occupation Israélienne envahissent le camp d'Al Faraa


Par ISM


Dans la nuit du lundi 3 Novembre, environ 400 soldats israéliens ont pénétré dans le camp de réfugiés d'Al Faraa au nord de la ville de Naplouse où ils ont détruit des maisons, lancé du gaz lacrymogène et des bombes assourdissantes et imposé un couvre-feu dans le camp. A 2h du matin, les soldats ont perturbé le sommeil des habitants en envahissant près de 200 maisons et en causant d'importants dégâts et en semant la peur dans le camp.

Les soldats ont occupé 5 maisons à l'intérieur du camp, en enfermant les familles à l’intérieur et en coupant les lignes téléphoniques et électriques mais en empêchant aussi les familles d'obtenir de la nourriture et de contacter leurs proches.

Les maisons d’Abu Sa’aid, de Raed Rashad, de Mahmoud Armin, d’Abrahim Maysoud Souba et d’Ibrahim Abu Skier ont toutes été occupées pendant près de 24 heures par de nombreux soldats.

La maison de Raed a été occupée à partir de 9h du matin et les soldats ont empêché la famille de manger ou de contacter des proches pendant plusieurs heures. Dans la famille, il y a plusieurs enfants en bas âge. Sa maison a été utilisée comme base pour les services de renseignements, le Shabbak, qui ont utilisé une pièce comme salle d’interrogatoire où 15 habitants du camp ont été détenus. Tous ont été libérés sans inculpation.

Peu de temps avant midi, les soldats arpentaient le camp et Mohammed Sawalni (21 ans) a été touché par des balles réelles à deux reprises, une fois dans la jambe et une autre fois dans le bas du dos. Après avoir entendu les tirs, son ami Ali Hassan Mahmoud Tayeh (22 ans) est sorti pour aider Mohammed. Il a reçu une balle en acier recouvert de caoutchouc dans le haut de la cuisse.

Les ambulanciers n’ont pas été autorisés à porter secours aux deux garçons blessés pendant environ 2 heures avant d’être été transférés à l’hôpital Raffidia de Naplouse.

Un autre garçon âgé de 14 ans, Jihad Khalid Farhed, a lui aussi été blessé par une balle en acier recouvert de caoutchouc.

Lorsque les activistes internationaux sont arrivés dans le camp, des soldats et des tireurs d'élite ont pointé leurs armes sur eux et ont tenté de les empêcher de distribuer du pain dans le camp, qui était resté sans nourriture pendant 24 heures.

Les activistes ont été en mesure de prendre contact avec les familles des maisons occupées par les soldats et de leur apporter du pain. Les activistes ont également accompagné les habitants qui avaient besoin de médicaments, puis les ont ramenés ensuite chez eux.

Vers 20h30, les soldats des Forces d’Occupation Israélienne se sont retirés du camp après avoir fait irruption dans 200 maisons où ils ont procédé à des destructions mais sans arrêter qui que ce soit. Les activistes ont pu alors distribuer le pain qu’il leur restait.

Les habitants du camp de réfugiés d’Al Faraa ont été soumis à des journées d'invasion par les Forces d’Occupation Israélienne qui prétendent que des terroristes vivent dans le camp. Toutefois, l'absence d'arrestations montre qu’il s’agit d’une autre stratégie pour semer la terreur parmi la population palestinienne locale.

Le Gouverneur de Tubas, le Docteur Sami Umsalim a déclaré: "S’ils ne venaient pas dans le camp, le camp serait tranquille" et a ajouté que les Israéliens «tentent de porter atteinte à [la paix], par des attaques et des invasions répétées dans les communautés palestiniennes".

Sources
ISM

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article