Israel démolit des maisons palestiniennes en Cisjordanie, et dans le désert du Négev

Publié le par Adriana Evangelizt



Israel démolit des maisons palestiniennes en Cisjordanie, et dans le désert du Négev



Par Alternative Information Center



Le 29 octobre, les militaires israéliens et la police ont démoli plusieurs maisons dans le village de Umm al-Kheir, en Cisjordanie, près d'un quartier nouvellement construit dans la colonie israélienne de Carmel.

Les démolitions ont d'abord eu lieu dans la section sud du village, mais il y en a eu aussi quelques-unes dans la section nord de la terre de la famille Haslin-Jahalin, située près de la clôture de Carmel.

Le dommage aux propriétés a été total : quatre maisons en pierre, six cabanes en tôle et une maison qui n'avait même pas d'ordre de démolition ont été rasées. Quarante-sept personnes sont devenues des sans-abris, dont plusieurs familles bédouines de la tribu Hazlin-jahalin (réfugiés de la guerre de 1948) qui vivaient depuis à Umm al-Kheir.

En 1981, la colonie de Carmel a été établie dans les collines du Sud de Hébron. A cette époque, 40 dunums de terre appartenant aux habitants palestiniens de Umm al-Kheir ont été confisqués au bénéfice de la colonie, et les habitants de Umm al-Kheir ont par conséquent perdu leurs terres cultivables.

En 2008, la colonie du Carmel a été étendue pour inclure un nouveau quartier englobant 50 dunums de terre de Umm al-Kheir. Depuis l'établissement du nouveau quartier, les colons ont régulièrement attaqué les habitants de Ummal-Kheir, avec l'intention de les chasser de leurs terres.

Le jour suivant, le 30 octobre, 25 maisons supplémentaires ont été démolies et des dizaines de personnes sont devenues sans abri dans le village de Mughayir al-Dir. Le village est situé à 4 kilomètres au nord est de Jérusalem près de la colonie de Ma'ale Mikhmas. 350 bédouins vivent là dans des baraques de tôle et de bois. En septembre 2008, les militaires israéliens ont dit à huit familles de Mughayir al-Dir de quitter leurs maisons. Les habitants ont fait appel des ordres [de démolition] et une décision de la cour était attendue pour le 1er novembre. En dépit de cela, les 25 maisons et une dizaine d'étables ont été démolies par les militaires israéliens.

Selon les autorités israéliennes, le motif de la démolition était que ces maisons étaient construites dans une zone militaire fermée sans permis.

Le même jour, mais cette fis à l'intérieur d'Israël, une maison a été démolie dans le village bédouin non reconnu de Khashm Zanna dans le Négev. A 9 heures du matin, des bulldozers, 150 soldats et 20 membres de la Patrouille Verte paramilitaire sont arrivés pour démolir la maison Abu Gwedar, mettant à la rue 5 personnes.

Environ 2000 personnes vivent à Khazhm Zanna, manquant tous d'accès à l'électricité, à l'eau, au système d'égout, de routes pavées et de services médicaux de la part du gouvernement israélien. Comme ils habitent un village non reconnu, toutes leurs maisons sont définies comme illégales par les autorités israéliennes, et sont donc sous la menace permanente d'une démolition.

Bassam abu gwedar et sa famille sont tous citoyens d'Israël. Selon les autorités israéliennes, l'ordre de démolition a été donné parce que la structure était récente et construite sans permis. Cependant, en tant qu'habitants d'un village non reconnu par l'état d'Israël , il n'existe pas de possibilité légale pour la famille abu Gwedar d'obtenir un permis de construire.

La maison a été construite il y a un an, remplaçant la baraque en tôle dans laquelle ils vivaient avant. Aussitôt que la maison a été construite, la famille abu Gwedar a reçu l'ordre de démolition. Même leur tentative de porter l'affaire devant la cour locale n'a pas aidé. Selon la logique du système israélien, aussi longtemps que leur maison est construite sans permission, elle doit être détruite.

Le 30 octobre aussi, le village non reconnu de Tweil abu Jarwal a été complètement détruit. Situé près de Goral Junction dans le désert du Négev, Tweil abu Jarwal était habité par des membres de la tribu bédouine de Talalaq, qui a été chassée de la région par le gouvernement israélien en 1952 avec la promesse qu'ils pourraient revenir . Après avoir été installés dans d'autres lieux mais sans avoir l'autorisation permanente de vivre dans ces nouveaux lieux, les membres de la tribu Talalaq ont décidé de retourner sur leurs terres et d'établir le village de Tweil abu Jarwal.

Ces deux dernières années, les habitants de Tweil abu Jarwal ont été victimes d'approximativement 20 démolitions de leur village entier, et plus de 100 personnes ont été jetées à la rue maintes et maintes fois.

Sources
ISM

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Nettoyage ethnique

Commenter cet article