Surpris au lit avec le Diable

Publié le par Adriana Evangelizt

 Excellent article de Gilad Atzmon...

 

 

Surpris au lit avec le Diable


Par Gilad Atzmon

Les points de passage vers Gaza sont fermés depuis au minimum deux semaines, contraignant l’unique centrale électrique à s’y trouver à s’arrêter de fonctionner, en raison du manque de fioul. La semaine passée, l’UNRWA [Agence de Secours et du Travail de l’Onu] s’est trouvée à court de nourriture, elle a donc cessé de livrer des rations de ravitaillement alimentaire survie à quelque 750 000 habitants de la bande de Gaza.

Bien que la crise humanitaire soit désormais imminente à Gaza, les médias occidentaux se gardent bien de mentionner la catastrophe annoncée. Apparemment, il y a des choses bien plus intéressantes à développer, beaucoup plus intéressantes que ces millions de Palestiniens que l’Etat juif est en train d’affamer…

Toutefois, la presse nous a fait une fleur, en nous indiquant que le ministre britannique des Affaires étrangères David Miliband a passé quelques jours en Israël, cette semaine. Il a été fort occupé par les questions relatives aux avocats, ainsi qu’à d’autres considérations épicières humanistes.
Il désirait proposer une méthode plus claire
d’étiquetage des produits alimentaires originaires de la Cisjordanie occupée et vendus aux consommateurs britanniques.

Cela aurait pu, tout aussi bien, être une opportunité, pour la Grande-Bretagne et l’Union européenne, pour tenter de modérer l’enthousiasme létal d’Israël, mais Miliband ne fut pas du tout à la hauteur.

En fin de compte, ce Miliband est ce qu’on pourrait appeler un humaniste d’épicerie. Sa pensée morale tourne autour de la bouffe et de la digestion éthique. C’est là, apparemment, la forme la plus dégradée, et probablement la plus vile, de la pensée de gauche. Une chose est sûre, déjà : je veux croire que la gauche ne peut continuer à descendre encore plus bas que ça !

Et pourtant, Miliband est quelqu’un de dynamique. En raison de l’escalade de la violence dans la région, il s’est rendu à Sderot, où il fut accompagné par le ministre israélien de la Défense Barak.

Tout de go, il a soutenu la politique criminelle d’Israël, disant [saying] : «Israël doit, par-dessus tout, protéger ses propres citoyens», et comme si cela ne suffisait pas, il en a rajouté une couche : «Si je suis ici, aujourd’hui, à Sderot, c’est parce que Sderot est désormais la ligne de front de la sécurité d’Israël. Il est très important que des pays tel que le mien et d’autres fassent montre de solidarité à l’égard des habitants de Sderot, et c’est ce que je fais, ici, aujourd’hui

Ostensiblement, Miliband n’est pas allé à Gaza. Il n’a pas non plus mentionné le fait que des pays, dont le sien, devraient faire montre de ‘solidarité’ avec des millions de réfugiés palestiniens dépossédés, que l’on bombarde et affame jusqu’à résipiscence. Bien que Miliband se soucie sincèrement d’avocats et d’alimentation éthique, le fait que des millions de Palestiniens soient réduits à manger du sable ne semble pas le chagriner le moins du monde.

Toutefois, Miliband n’a pas pu rester très longtemps au Moyen-Orient, car il a dû rentrer précipitamment. A Londres, il est supposé rencontrer rien de moins que le Président israélien, Mr Shimon Peres, ce vétéran de la politique qui fut le pionnier du projet nucléaire israélien.

L’homme qui a introduit les armes de destruction massive au Moyen-Orient, l’homme qui a plus de sang [blood] sur les mains que n’importe quel homme politique israélien vivant aujourd’hui (excepté le légume Sharon). Miliband devait être à Londres en temps voulu, afin de rencontrer le Président Peres et de dévoiler une plaque commémorative spéciale, au Foreign Office, honorant les diplomates britanniques qui ont contribué à sauver des juifs de l’Holocauste.

Je me demande combien il y aura de diplomates british qui seront honorés pour avoir sauvé ne serait-ce qu’un seul gamin palestinien durant l’Holocauste qu’Israël inflige actuellement aux Palestiniens ? S’il existe de tels hommes politiques et diplomates britanniques, Miliband n’en fera manifestement pas partie ! A lire ce qu’il a osé sortir devant les habitants de Sderot, il s’agit de rien moins qu’un partisan zélé des crimes israéliens institutionnalisés contre l’humanité.

Sur ces entrefaites, le Président Peres s’éclatait, à Londres, cette semaine. Dans le cadre de sa visite, il doit avoir tout un programme de rencontres avec la Reine, le Prince Charles, le Premier ministre Gordon Brown, David Miliband, ainsi qu’avec le chef de l’opposition, David Cameron.

On lui remettra la Grand Croix des Chevaliers, la sixième distinction honorifique en importance, dans le système britannique, servant généralement à honorer des individus ayant rendu des services importants en relation avec des pays étrangers. Apparemment, en Grande-Bretagne, tuer des civils libanais innocents et affamer des millions de personnes, doit être considéré comme un «service important». En Belgique, en revanche, une activité tout-à-fait similaire est considérée comme [a crime against humanity] un crime contre l’humanité

Le Président Peres recevra aussi un doctorat honoraire du Kings College pour ses efforts visant «à promouvoir la paix au Moyen-Orient». Je pense qu’en raison de l’usage, par Peres, des technologies balistiques contre des civils innocents, un doctorat PhD ès-physique aurait sans doute été plus indiqué…

Apparemment, au moment où l’Etat juif est en train d’exercer les formes les plus dévastatrices de crimes contre l’humanité, le gouvernement Britannique, le Parlement britannique, la famille royale britannique et une institution universitaire britannique majeure sont, tous, surpris au plumard avec rien de moins qu’un boucher nucléaire cinglé.

Je suis très impressionné. Plus que jamais, je suis fier d’être Britannique. Une telle ouverture vers la malfaisance est, probablement, la forme la plus achevée de la gentillesse et du pardon britanniques. C’est une chose à laquelle je n’avais jusqu’ici jamais assisté, dans ma patrie.

En contemplant le Parlement, Miliband et la famille royale, force m’est bien de reconnaître que j’ai encore énormément de progrès à faire, en matière de compassion, avant de devenir un authentique citoyens britannique…

Sources ISM

 

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article