Heil, Feiglin!

Publié le par Adriana Evangelizt

 

 

Heil, Feiglin!


Par Khaled Amayreh



Néanmoins, l'extrémiste le plus dangereux et le plus problématique, surnommé par certains intellectuels israéliens en Israël l'Hitler de la politique israélienne, est Moshe Feiglin, qui prône le nettoyage ethnique ou l'extermination des non-Juifs en Israël-Palestine dans le style de l'Ancien Testament.

Feiglin est très populaire au sein du Likoud et il existe de sérieuses inquiétudes en Israël et même au sein du Likoud qu'il soit élu comme numéro deux du parti.

Avec la société juive israélienne qui dérive vers la Droite extrémiste, notamment en ce qui concerne la question palestinienne, les partis politiques israéliens disputant les prochaines élections, qui devraient avoir lieu le 10 Février, ont radicalisé le ton de leurs discours dans l'espoir que leurs programmes respectifs plairont au plus possible d’électeurs potentiels.

Le parti Kadima et le parti Travailliste, d'anciens partenaires de la coalition, intensifient leur rhétorique à l'égard des Palestiniens, avec des ministres et d'anciens ministres appelant à la reprise des assassinats de Palestiniens.

Par exemple, Shaul Mofaz, largement considéré comme un criminel de guerre certifié, a exhorté le gouvernement israélien de lancer des attaques terrestres et aériennes dévastatrices contre sur Gaza, indépendamment du prix moral et politique qu'Israël pourrait avoir à payer.

Mofaz, qui est responsable de l'assassinat de milliers de Palestiniens innocents quand il était chef d'Etat-Major et Ministre de la Défense, a proposé cette semaine que l'armée israélienne effectue des opérations impitoyables dans la bande de Gaza afin de vaincre le Hamas, qu’il a qualifié de "menace stratégique majeure».

Tzipi Livni, le chef de Kadima, aurait à l'esprit Mofaz pour le portefeuille de la Défense au cas où Kadima remporterait les élections et qu’elle réussirait à former le prochain gouvernement israélien.

Fait intéressant, le Ministre de la Défense en exercice, Ehud Barak, a été notablement moins belliqueux. Cette semaine, Barak a appelé à préserver la fragile trêve avec le Hamas malgré «les provocations», une allusion aux tirs des pathétiques roquettes artisanales sur des colonies juives à proximité de la frontière de Gaza, en représailles aux attaques israéliennes meurtrières qui ont tué plus d'une dizaine de Palestiniens.

Barak, affirment ses collaborateurs, n’est pas intéressé à mettre le feu dans la bande de Gaza avant l'intronisation de l'administration Obama à la Maison Blanche le 20 Janvier, car cela pourrait laisser une mauvaise impression sur le nouveau président.

En outre, Livni et Barak semblent supputer que l'apparition d'un foyer de violence meurtrière dans le sud d'Israël compromettrait gravement la campagne israélienne pour faire pression sur l’Occident pour qu’il force l'Iran à mettre fin ou à suspendre son programme nucléaire.

Israël, qui est largement soupçonné de posséder un arsenal de bombes et d’ogives nucléaires et de systèmes de lancements, a dit qu’une attaque contre les installations nucléaires de l'Iran n’était pas exclue.

En dehors de déclarations sporadiques des dirigeants de Kadima, y compris une remarque sans précédent du Premier ministre sortant Ehud Olmert dans laquelle il a déclaré qu’Israël devra revenir aux frontières de 1967, une grande partie de l'action a eu lieu dans le camp de Droite, où le Likoud est en train de retrouver son ancien statut de premier parti politique d'Israël.

Au cours des derniers jours, un certain nombre d'anciens dirigeants du Likoud, qui avaient soit quitté la politique soit changé de parti, ont décidé de revenir dans leur ancien parti.

Les fils prodigues incluent des personnalités de renom comme Benyamin Begin, le fils de l'ancien premier ministre israélien Menahem Begin et Dan Merridor, un ancien ministre de la Justice. Begin est considéré comme l'expression d'honnêteté et d'intégrité en politique, tandis que Merridor est considéré comme représentant une modération politique, des personnages qui seront un atout précieux pour un gouvernement formé par un Benyamin Nétanyahou bien connu pour sa malhonnêteté et sa pugnacité.

Toutefois, deux autres faucons ont également rejoint le Likoud. Le premier est Moshe Yaalon, un ancien chef d'état-major, qui est également largement considéré comme un criminel de guerre certifié, non seulement par les Palestiniens, mais aussi par les organisations des droits de l'homme dans le monde entier.

Yaalon a été mis en garde contre son entrée dans plusieurs pays européens, dont la Grande-Bretagne et l'Espagne, de peur qu'il soit arrêté pour son rôle dans le massacre de centaines de civils palestiniens.

Le mandat de Yaalon en tant que chef d'état-major de l'armée israélienne de 2002 à 2005 a été marqué par de nombreux actes de meurtres de civils à Gaza et en Cisjordanie, y compris le bombardement et l'extermination de nombreuses familles palestiniennes ainsi que le ciblage délibéré des enfants et d'autres civils.

Yaalon est également l'un des principaux promoteurs du bombardement des installations nucléaires iraniennes, avec ou sans le soutien américain.

S'exprimant dans Jérusalem Occupée cette semaine, Yaalon aurait déclaré qu'il avait décidé de rejoindre la Likoud, "parce que je ne peut plus rester à l'écart pendant une période particulièrement critique en Israël."

Yaalon était contre le retrait de l'armée israélienne de la bande de Gaza et est un ardent défenseur de la colonisation juive en Cisjordanie. En ce qui concerne le processus de paix, il estime que les Palestiniens devraient passer de nombreuses années "à s’éduquer à la paix" pendant lesquelles Israël créerait de nouvelles colonies de peuplement en Cisjordanie.

Néanmoins, l’extrémiste le plus dangereux et le plus problématique, surnommé par certains intellectuels israéliens en Israël l’Hitler de la politique israélienne, est Moshe Feiglin, qui prône le nettoyage ethnique ou l'extermination des non-Juifs en Israël-Palestine dans le style de l’Ancien Testament.

Feiglin est très populaire au sein du Likoud et il existe de sérieuses inquiétudes en Israël et même au sein du Likoud qu'il soit élu comme numéro deux du parti.

Cette perspective causerait beaucoup d'inquiétude au leader du Likoud, Netanyahu, qui craint que le caractère de Feiglin ait un impact résolument négatif sur l'image du Likoud, en particulier si le parti forme le prochain gouvernement, comme on s’y attend fortement.

Feiglin défend l'idée du manhigut Yedhudit ou "le leadership juif". Selon ce concept, Israël devrait adopter quatre mesures en vue de régler le conflit arabo-israélien, une fois pour toutes:

Tout d'abord, inciter l'émigration des Arabes d'Israël, de Cisjordanie et de la Bande de Gaza. Inutile de dire qu’inciter l'émigration" est en réalité un simple euphémisme pour parler de nettoyage ethnique génocidaire.

Deuxièmement, Israël aurait à reconquérir et à contrôler de près toutes les parties des territoires occupés et à placer tous les habitants non-juifs sous une dure occupation militaire dure jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus supporter la persécution, ce qui les forcerait alors à partir.

Troisièmement, Israël doit reprendre la judaïsation intensive des territoires, y compris la destruction des lieux saints chrétiens et musulmans.

Et, quatrièmement, Israël doit se dégager du processus de paix puisque ce processus est incompatible avec les règles et les enseignements de la Torah et du Talmud.

Feiglin préconise également ouvertement une guerre totale contre l'Islam pour éradiquer la religion et ses environ 1,5 milliards d'adeptes.

Feiglin est considéré comme un fasciste, même parmi les durs du Likoud. Il y a quelques années, Limor Livnat, un ancien ministre de l'Education, l’a qualifié de "mauvaise graine étrangère, son sang n'est pas de notre sang, sa chair n'est pas de notre chair».

Un journaliste israélien a comparé l'ascension de Feiglin comme numéro deux au sein du Likoud, capable de succéder à Netanyahu comme Premier Ministre, à l'ascension d'Adolf Hitler au pouvoir en Allemagne, il y a près de 80 ans.

Ce qui est plus inquiétant encore, c’est que l'actuel chef du Likoud, Netanyahu, semble tout à fait impuissant à neutraliser Feiglin et ses nombreux partisans au sein du Likoud. Quand Netanyahu a été interrogé sur Feiglin la semaine dernière, il aurait dit : "Je ne peux rien faire à son sujet."

Toutefois, les observateurs en Israël spéculent que Netanyahou cherchera à apaiser Feiglin en s'engageant à arrêter le processus de paix avec les Palestiniens. Netanyahu y a fait allusion pendant des semaines, en disant qu'il croyait en une paix qui serait basée sur la prospérité économique, et non pas sur des concessions territoriales, un euphémisme pour le maintien de l'occupation en l’état.

Maintenant la grande question est de savoir quelle relation aura l'administration de Barack Obama avec un gouvernement israélien dirigé par des gens comme Feiglin et un Netanyahu plus radical qui a le cœur et l'esprit d'un Feiglin, mais la langage d’un éloquent responsable de relations publiques.

Sources : ISM

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LES COLONS EXTREMISTES

Commenter cet article