Noël dans le monde: messages de paix en Palestine et d'espoir face à la crise

Publié le par Adriana Evangelizt

Nous vous souhaitons nous aussi de joyeuses fêtes et je tiens à remercier personnellement ceux qui ont répondu à l'appel. Ils ne sont pas nombreux. Un seul Français. En France, la Générosité et la Solidarité sont en berne. Dès que vous avez des problèmes, au lieu de vous aider même dans le minimum, ON vous tourne carrément le dos. Alors merci de tout coeur à mes fidèles lecteurs qui ont fait tout leur possible pour que mon Noël soit meilleur même si la récolte fut très maigre.



Noël dans le monde: messages de paix en Palestine et d'espoir face à la crise



Benoît XVI a prié durant la messe de Noël au Vatican "pour que la paix advienne à Bethléem", la cité palestinienne où la tradition chrétienne situe la naissance de Jésus et que le pape pourrait visiter en mai 2009.


Devant des milliers de fidèles rassemblés en pleine nuit dans la basilique Saint-Pierre, le pape a appelé à prier "pour que la paix advienne à Bethléem, "pour que cessent la haine et la violence" dans le pays "où Jésus a vécu et qu'il a profondément aimé", allusion à la Palestine ancienne aujourd'hui répartie entre plusieurs pays du Proche-Orient.


Noël commémore dans la tradition chrétienne la naissance de Jésus, considéré comme Dieu fait homme pour apporter le salut au monde.


A Bethléem, en Cisjordanie, le Patriarche latin de Jérusalem a également adressé un message de paix dans son homélie prononcée à l'occasion de la messe de minuit. "La paix est un droit pour tous les hommes: c'est également la solution à tous les conflits et à tous les différends. La guerre ne produit pas la paix, et la sécurité", a dit Mgr Fouad Twal à l'Eglise franciscaine Sainte Catherine qui jouxte la grotte, où Jésus est né selon la tradition chrétienne.


A Gaza, la messe de minuit a été célébrée à 18h00 (16h00 GMT) par le père Manuel Moussalem pour protester contre le blocus israélien du territoire palestinien et les violences.


Aux Etats-Unis, le président élu Barack Obama a appelé ses concitoyens à s'unir pour "faire tourner la roue de l'Histoire" et surmonter ensemble la crise économique, dans son message de Noël diffusé mercredi. "Nous devons tous faire notre part pour aider les autres, pour chercher de nouvelles idées et innover, et pour entamer un nouveau chapitre de notre grande Histoire", affirme M. Obama dans ce message radio et vidéo diffusé à 27 jours de sa prise de fonction.


En Grande-Bretagne, l'archevêque de Canterbury, Rowan Williams, chef spirituel des quelque 77 millions d'anglicans dans le monde, a mis l'accent dans son message de Noël sur les "petits gestes" accomplis par tout un chacun et les initiatives locales pour faire face aux maux de l'époque, notamment en ces temps de crise économique.


"L'Evangile nous enseigne une chose dure à entendre, à savoir que ce n'est ni un leader charismatique, ni une campagne politique, ni une guerre destinée à mettre fin à toutes les guerres, qui amènera l'âge d'or", a déclaré l'archevêque de Canterbury.


La chaîne de télévision britannique Channel Four a de son côté annoncé mercredi qu'elle diffusera jeudi soir un message de Noël alternatif du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, destiné à concurrencer celui de la reine Elizabeth II. Tout en présentant ses voeux de bonne année aux Britanniques, M. Ahmadinejad confie que si Jésus était vivant aujourd'hui, il s'opposerait aux "puissances agressives, acrimonieuses et expansionnistes", selon des extraits publiés mercredi.


En Guinée, les militaires auteurs d'un coup d'Etat ont repoussé à vendredi l'entrée en vigueur du couvre-feu, qui devait débuter mercredi soir, "pour permettre aux chrétiens de passer tranquillement la fête de Noël".


Au Luxembourg, le Grand-Duc Henri de Luxembourg, dans son discours de Noël, a marqué son accord avec la réduction de ses pouvoirs décidée par ses sujets pour lui éviter à l'avenir d'avoir à approuver des lois contraires à ses convictions. Souverain catholique, le Grand-Duc Henri, 53 ans, s'oppose pour des raisons de conscience à la légalisation de l'euthanasie, en cours d'adoption par le Parlement.


En Pologne, le Premier ministre Donald Tusk, sa femme et sa fille, ont participé mercredi à un repas traditionnel de Noël offert à des centaines de sans-abris et démunis dans leur ville de Gdansk (nord).


Au Portugal, le ministre de la Justice, Alberto Costa, a dîné mercredi soir, comme il a l'habitude de le faire tous les ans le soir de noël, avec une vingtaine de prisonniers, qui suivent actuellement un programme de désintoxication à la prison de Leiria (centre). Il leur a demandé de se préparer à "une vie de liberté sans crimes".


En Belgique, un vainqueur du dernier tirage de l'Euromillion a fait cadeau pour Noël de 3,75 millions d'euros --la moitié de sa nouvelle fortune-- à répartir entre les familles en difficultés de sa ville. "Le père Noël habite à Riemst", une commune flamande du Limbourg, à la frontière avec les Pays-Bas, titre le quotidien néerlandophone Het Laatste Nieuws, plus gros tirage de la presse belge.


En Suède, Donald, le célèbre canard de Disney, qui n'a rien de suédois, est devenu une véritable institution où, invariablement depuis 1959, des millions de personnes n'imaginent pas célébrer Noël sans regarder ses aventures à la télévision. "De 3,5 à 3,8 millions de Suédois regardent chaque année +Donald Duck et ses amis vous souhaitent un joyeux Noël+", dans le pays de 9 millions d'habitants, explique Ulrika Lundgren Borg, porte-parole de la télévision publique SVT, soulignant que "c'est une tradition complètement associée à Noël".


Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  

Commenter cet article