La mort banalisée des Palestiiniens

Publié le par Adriana Evangelizt

Et oui, la mort des Palestiniens est complètement banalisée, la vie des palestiniens a moins d'importance que celle des israéliens. Les exactions quotidiennes de la soldatesque et des services secrets ou de répression ne sont pas classées dans le terrorisme international. On tue des innocents, des femmes et beaucoup de jeunes. Et en plus, ils ont le cynisme de dire "...Nous sommes vraiment désolés lorsque des innocents sont touchés, et nous menons une enquête sur cet incident » alors qu'on sait très bien qu'aucune enquête n'est menée et qu'aucun assassin n'est condamné. Le régime d'apartheid de ce pays est une honte.

La mort des Palestiniens est de plus en plus banalisée

par Pierre Barbancey

Proche-Orient . Sur fond de détérioration accélérée de la situation économique, les incursions israéliennes se poursuivent tuant des civils chaque jour. Abbas veut activer le dialogue national.

L’affaire n’a pas fait grand bruit. Tout juste une « brève » sur quelques radios. Pas un mot aux journaux télévisés. Il ne s’agit pas d’un attentat perpétré par un kamikaze dans une ville israélienne. Non, c’est beaucoup plus banal et aucun gouvernement ne s’en est ému, comme s’il y avait deux sortes de morts civils. Lundi matin, Eitef Zalat, quarante-cinq ans, se trouvait dans sa maison, à Toulkarem, en Cisjordanie. L’armée israélienne d’occupation était en opération et encerclait une maison voisine. Les soldats ont ouvert le feu. « Ma mère a été touchée à la tête et hospitalisée », a déclaré Ansam, la fille de la victime, elle-même blessée, de même que sa soeur. Son décès a été constaté par des médecins. « Nous savons qu’une femme a été tuée et une autre blessée par ces tirs. Nous sommes vraiment désolés lorsque des innocents sont touchés, et nous menons une enquête sur cet incident », a dit une porte-parole de l’armée israélienne, alors que pratiquement aucune enquête de ce type n’a abouti à une quelconque inculpation. aucune enquête sur les morts

En revanche, il n’y aura aucune enquête sur la mort à petit feu du peuple palestinien dont les conditions de vie se détériorent chaque jour davantage depuis que les États-Unis et l’Union européenne (UE) ont suspendu leur aide financière. Les 165 000 fonctionnaires n’ont pas reçu leur salaire d’avril. Israël a suspendu le transfert mensuel des taxes, il assure la collecte pour l’Autorité palestinienne. Ces quelque 44 millions d’euros par mois sont une partie importante du budget palestinien. Les fonds récoltés par des pays arabes et musulmans qui souhaitent venir en aide aux Palestiniens, soit environ 56 millions d’euros, sont pour l’instant bloqués sur un compte de la Ligue arabe, en Égypte.

Jacques Chirac a bien proposé vendredi, en recevant le président de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, un mécanisme impliquant la Banque mondiale qui permettrait la reprise de l’aide financière aux Palestiniens, suspendue par l’UE. Mais il ne doit présenter ses propositions dans la perspective d’une réunion du « quartet » (États-Unis, UE, Russie et ONU) que le 9 mai. Une proposition conditionnée donc par l’approbation de cette structure déjà divisée quant à son rôle après l’arrivée du Hamas à la tête du gouvernement et qui a amené James Wolfensohn, l’émissaire du « quartet » pour le Proche-Orient, à présenter sa démission.

Un dialogue palestinien le 2 mai

Mahmoud Abbas a adressé officiellement samedi des invitations à un dialogue national palestinien le 2 mai « pour discuter de la situation actuelle (dans les territoires palestiniens), renforcer l’unité et faire face au blocus (économique) imposé à notre peuple ». Ce dialogue doit durer jusqu’au 4 mai. Les invitations ont été lancées « aux membres du comité exécutif de l’OLP, au premier ministre et aux ministres, à la présidence du Conseil législatif, à des représentants des groupes et des factions (armées) ainsi que des représentants d’hommes d’affaires, de chefs d’université, de présidents de municipalité, de rédacteurs en chef de journaux locaux et à un nombre de personnalités indépendantes et de représentants d’organisations populaires ». On peut entrevoir le sens de la proposition du président palestinien dans cette précision qu’il donne lui-même sur le contenu des discussions : « La réactivation du rôle de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) », présidée par le même Abbas, seul mouvement considéré comme « représentant légitime du peuple palestinien » et signataire des accords avec Israël.

Sources : L'HUMANITE

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article