Israël prêt à des "semaines" de combats dans la bande de Gaza

Publié le par Adriana Evangelizt



Israël prêt à des "semaines" de combats dans la bande de Gaza


par Nidal al-Mughrabi




GAZA (Reuters) - Israël a rejeté l'idée d'une trêve dans la bande de Gaza et s'est dit prêt à mener de "longues semaines d'action" contre le Hamas alors que l'offensive aérienne contre le territoire palestinien entrait dans sa quatrième journée.


Des véhicules blindés et des soldats ont été massés le long de la frontière, laissant présager une possible intervention terrestre de l'armée israélienne.

Dans le même temps, les frappes aériennes contre les cibles du Hamas se sont poursuivies, tuant 12 Palestiniens, dont deux fillettes de 10 et 12 ans dans la ville de Beit Hanoun située dans le nord de la bande de Gaza.


Selon des responsables médicaux, les raids de l'aviation ont fait au moins 347 morts et plus de 800 blessés tandis que l'agence de l'Onu pour les réfugiés palestiniens faisait état de 62 morts parmi la population civile.


Ces nouvelles frappes aériennes interviennent quelques heures après des tirs de roquettes par des militants gazaouis qui ont tué un soldat israélien près de la frontière et un civil dans la ville d'Ashdod.


A six semaines des élections législatives qui devraient, selon les sondages, voir la victoire du Likoud (droite), le gouvernement affirme que l'objectif de cette offensive reste de faire cesser les tirs contre le territoire israélien.

"Il n'y a pas de place pour une trêve", a affirmé le ministre de l'Intérieur, Meir Sheetrit, sur Radio Israël. "L'armée israélienne ne doit pas interrompre cette opération avant d'avoir brisé la volonté des Palestiniens du Hamas de continuer à prendre Israël pour cible."


"L'armée est prête pour une longue opération, nous nous sommes préparés pour de longues semaines d'action", a précisé le ministre adjoint de la Défense, Matan Vilnai.


LE HAMAS APPELLE À LA RIPOSTE


L'ambassadeur d'Israël en France, Daniel Shek, a précisé que l'arrêt des opérations militaires restait conditionné par la fin des tirs de roquettes sur l'Etat hébreu.


"J'ai dit que l'objectif (était) le rétablissement d'une vie normale pour la population civile israélienne. Un des moyens sans doute possibles (...) c'est un arrêt des hostilités", a-t-il dit sur France Inter.


"Si le Hamas arrête de tirer et peut tenir un engagement à long terme de le faire, je ne vois pas de raison qu'Israël ne soit pas disposé à revenir à cette option", a-t-il ajouté.


De son côté, Faouzi Barnhoum, porte-parole du Hamas, a appelé les Palestiniens à répliquer par "tous les moyens disponibles", y compris par des "opérations de martyrs", autrement dit des attentats suicides.


Mardi, les missiles tirés par l'aviation israélienne ont détruit cinq bâtiments ministériels et un complexe appartenant à l'université islamique dans la ville de Gaza, ont rapporté des témoins.


Un centre sportif du Hamas ainsi que deux terrains d'entraînement appartenant au groupe ont été détruits lors de ces attaques qui ont provoqué des coupures d'électricité dans la cité.


Plusieurs missiles ont touché la résidence d'un haut responsable de la branche armée du Hamas qui ne se trouvait pas à son domicile au moment de l'attaque.


Les bureaux des Comités de la résistance populaire, un autre groupe militant, ont également été pris pour cibles.

Lundi, c'était les locaux du ministère de l'Intérieur qui avaient été visés par l'aviation israélienne. L'immeuble avait été évacué et aucune victime n'avait été recensée.


Depuis le début de l'offensive, les tirs de roquettes des Palestiniens ont fait quatre morts du côté israélien. Les populations ont reçu la consigne de rester chez elles et d'écouter les bulletins d'alerte régulièrement diffusés.


Lundi, l'armée israélienne avait instauré une "zone militaire fermée" d'environ deux à quatre kilomètres de large tout le long de la frontière avec le territoire palestinien.


Les journalistes ont reçu l'ordre de quitter cette zone.

Dans le même temps, Israël a dit qu'il allait autoriser le passage de camions transportant de l'aide humanitaire et une vingtaine de véhicules ont été aperçus mardi matin se dirigeant vers les points de contrôle donnant accès à la bande côtière.


Version française Pierre Sérisier

Sources
Le Monde

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LE MARTYRE DE GAZA

Commenter cet article