Israël rejette les propositions de trêve avec le Hamas

Publié le par Adriana Evangelizt

Les assassins n'ont pas assez de sang sur les mains. Les juifs du monde entier ne sont pas assez déshonorés. La sionisterie est en branle. Là, ils viennent de signer leur sortie de l'UE et la fin de l'Union pour la Méditerranée. Car s'il en était autrement, c'est une révolte planétaire qui s'abattrait sur le monde. La Palestine va devenir la cause Universelle et l'exemple type du Peuple bafoué, opprimé, meurtri, assassiné dont tous les Peuples du Monde vont se réclamer. Si Voler et Tuer est devenu légitime alors il n'y a pas de raison que tout le monde ne fasse pas pareil. Les élites occidentales ont laissé s'instaurer quelque chose d'abominable et le retour du boomerang leur pend au nez. Il n'y a rien de plus machiavélique et de plus pervers que cette idéologie diabolique.




Israël rejette les propositions de trêve avec le Hamas


Après avoir refusé la proposition française de "cessez-le-feu provisoire", Israël "a décidé de poursuivre l'offensive lancée samedi à Gaza contre le Hamas" et rejette les propositions internationales de trêve.

Le cabinet de sécurité israélien a rejeté, mercredi 31 décembre, des propositions internationales de trêve dans la bande de Gaza et décidé d'une poursuite des opérations militaires contre le Hamas.

"Le cabinet de sécurité a décidé de poursuivre l'offensive lancée samedi à Gaza contre le Hamas", a affirmé un haut responsable israélien.

A l'issue de la réunion, le Premier ministre israélien Ehud Olmert, dont les propos sont rapportés par ce responsable, a affirmé que "l'opération n'a pas été lancée à Gaza pour la finir avec les mêmes tirs de roquettes que nous dénombrions au début de l'offensive".

"Essayez d'imaginer que, quelques jours après l'opération que nous aurions stoppée unilatéralement, un tir de barrage de roquettes frappe Ashkélon !", une ville du sud d'Israel, s'est emporté le Premier ministre.

"Israël a fait preuve de retenue pendant des années. Israël a accordé une chance à la possibilité d'un cessez-le-feu. Mais le Hamas l'a violé", a-t-il poursuivi, toujours dans des propos rapportés par le responsable.

Rejet d'un cessez-le-feu

Israël a examiné mercredi pendant six heures l'éventualité d'une trêve à Gaza réclamée par la communauté internationale, au cinquième jour de son offensive qui a fait 390 morts dans le territoire palestinien contrôlé par le Hamas.

Les propositions de trêve, formulées mardi par l'Union européenne et le Quartette international sur le Proche-Orient (Etats-Unis, UE, Russie et ONU) étaient débattues par le cabinet de sécurité israélien réuni à Tel-Aviv sous la présidence du Premier ministre.

Ce mercredi matin, Israël examinait des propositions internationales en vue de l'instauration d'une trêve permanente avec le Hamas, rejetant l'idée d'un cessez-le-feu provisoire ne garantissant pas l'arrêt des tirs de roquettes palestiniennes, au cinquième jour de son offensive à Gaza.

"Il y a plusieurs propositions soumises par diverses parties" à travers le monde, a indiqué le porte-parole parole du ministère israélien des Affaires étrangères Yigal Palmor.

"Il y a un dialogue avec ces parties dans le but d'aboutir à un projet sérieux de trêve permanente sous certaines conditions" qui permettent un arrêt "total" des tirs de roquettes palestiniennes, a-t-il dit.

"Pour qu'une telle trêve soit envisageable, il nous faut des garanties, des conditions. Il faut que le Hamas cesse ses tirs de roquettes, qu'il cesse de s'approvisionner en armes, qu'il cesse sa course aux armements. Ce sont des conditions indispensables pour qu'une trêve permanente soit envisagée sérieusement", a expliqué Yigal Palmor.

Rejet de la proposition française

Dans le même temps, un haut responsable israélien rejetait mercredi une proposition française de cessez-le-feu provisoire dans son offensive contre le Hamas dans la bande de Gaza.

"La proposition de cessez-le-feu provisoire unilatéral du ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner n'est pas jugée utile car il est évident que le Hamas ne va pas arrêter de tirer des roquettes contre Israël", a expliqué ce responsable sous couvert de l'anonymat.

"Le terme de cessez-le-feu humanitaire nous paraît déplacé car les points de passage avec la bande de Gaza sont ouverts tous les jours pour l'acheminement de l'aide humanitaire internationale", a ajouté le responsable.

Le cabinet israélien de sécurité va se réunir mercredi matin pour discuter de plusieurs propositions de cessez-le-feu dans l'offensive lancée contre le Hamas samedi à Gaza, a déclaré le porte-parole de la présidence du Conseil, Mark Regev.

"Consultations au plus haut niveau"

"Le cabinet de sécurité se réunit ce matin à Tel-Aviv pour examiner des propositions de cessez-le-feu. La nuit dernière il y a eu des consultations au plus haut niveau", a indiqué Mark Regev.

"Le cabinet de sécurité compte 12 ministres et il se réunira en présence du chef d'état-major et des responsables des services de sécurité", a précisé le porte-parole.

Peu avant, le ministre israélien des Affaires sociales Yitzhak Herzog avait déclaré que les dirigeants israéliens examinaient "la demande de Bernard Kouchner", le chef de la diplomatie française, d'un cessez-le-feu de 48 heures.

"Mais lorsque des roquettes tombent sur Beersheva (sud d'Israël), nous nous interrogeons sur les risques encourus", a-t-il dit à la radio militaire israélienne.

Cessez-le-feu durable à l'étude

Interrogé sur un éventuel cessez-le-feu durable, Mark Herzog a répondu: "Nous étudions toutes les possibilités, et il serait erroné de penser que nous faisons preuve de faiblesse parce que nous envisageons une sortie".

Mark Herzog a ajouté: "Notre opération militaire se déroule selon un plan précis, et nous savions en la déclenchant que l'ennemi est une organisation terroriste qui dispose d'un important arsenal et qu'il se cache parmi des civils".

Réunis à Paris mardi soir, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, ont appelé à un "cessez-le-feu permanent" à Gaza, permettant une "action humanitaire immédiate" et une réouverture des points de passage de la bande de Gaza vers l'Egypte et Israël.

Simultanément à New York, le Quartette pour le Proche-Orient a demandé un cessez-le-feu immédiat qui soit "pleinement respecté".

Sources
Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LE MARTYRE DE GAZA

Commenter cet article