Gaza: les forces israéliennes avancent, 500 morts depuis le 27 décembre

Publié le par Adriana Evangelizt


Gaza: les forces israéliennes avancent, 500 morts depuis le 27 décembre




L'offensive israélienne a fait plus de 500 morts palestiniens en neuf jours dans la bande de Gaza, où les chars israéliens ont pris dimanche le contrôle de plusieurs axes stratégiques, se heurtant par endroits à des combattants du mouvement islamiste Hamas.


"Le nombre de martyrs a atteint 512, dont 87 enfants, et celui des blessés plus de 2.450", a dit le chef des services d'urgences à Gaza, Mouawiya Hassanien. Auparavant, il avait fait état d'"au moins 500 morts".


Les troupes israéliennes, appuyées par des bombardements de l'artillerie et de l'aviation, ont avancé en profondeur dans plusieurs secteurs du territoire palestinien contrôlé par le Hamas, où elles avaient pénétré samedi soir après une semaine de bombardements aériens.


Des combats ont été signalés à la hauteur de Jabaliya, dans le nord de ce territoire exigu de 362 km2, et dans le quartier de Zeïtoun à l'est de Gaza-ville.


Dimanche, 63 Palestiniens, dont au moins 22 civils, ont péri dans les attaques israéliennes. Parmi eux, cinq membres d'une même famille, dont une fille de 14 ans, ont été tués par un obus tiré sur leur voiture par un des chars qui ont pris position sur le site de l'ex-colonie juive de Netzarim, à 3 km au sud de Gaza-ville, selon les sources médicales.


Côté israélien, un premier bilan officiel fait état d'un soldat tué et de 30 autres blessés dans l'offensive terrestre.


Des dizaines de familles palestiniennes fuyaient les secteurs des combats vers des zones plus sûres en voitures ou dans des camions.


L'offensive israélienne lancée le 27 décembre a entraîné une profonde dégradation d'une situation humanitaire déjà précaire dans la bande de Gaza, où s'entassent 1,5 million d'habitants. L'électricité était coupée dimanche dans la plupart des localités et les pénuries de carburant s'aggravaient.


Dans la ville survolée par les avions militaires israéliens, les commerces et administrations sont restés fermés. Les rues sont pratiquement vides, à l'exception de files d'attente devant les boulangeries en prévision d'un siège prolongé.


"Nous tremblons comme nos enfants", confie Yehia Anis Hussein, du quartier de Zeïtoun. "Avant même cette offensive, c'était le blocus qui nous tuait. Cette situation est insupportable".


Le Programme alimentaire mondial (Pam) a dénoncé une situation alimentaire "épouvantable" à Gaza.

Malgré l'offensive terrestre, des activistes palestiniens ont tiré depuis la bande de Gaza 32 roquettes et obus de mortier depuis samedi soir sur Israël, blessant légèrement une femme, a indiqué l'armée.


"Il n'y a pas de combats rapprochés", a affirmé un haut responsable militaire israélien. "L'essentiel de l'opposition est sous forme de tirs d'obus de mortier".


Un haut responsable du Hamas, Moushir al-Masri, a affirmé que "l'ennemi" n'avait "pas réussi à atteindre ses objectifs et que la résistance, avec le peu de moyens dont elle dispose, l'a surpris. Le moment venu, l'ennemi annoncera son échec et la résistance proclamera la victoire".


Le Hamas a qualifié de "farce" l'incapacité du Conseil de sécurité de l'ONU à s'entendre, après quatre heures de discussions, sur un texte appelant à la fin des hostilités à Gaza, essentiellement en raison de l'intransigeance des Etats-Unis.


Un haut responsable du ministère des Affaires étrangères israélien a affirmé que la diplomatie israélienne était parvenue pour le moment à désamorcer les pressions sur Israël en vue d'un cessez-le-feu pour lui donner le temps de réaliser les objectifs qu'il s'est fixés.


Le leader palestinien Mahmoud Abbas, qui reçoit lundi le président français François Sarkozy à Ramallah en Cisjordanie, a affirmé qu'il lui demanderait de "faire pression sur Israël" pour qu'il mette fin à son "agression brutale" à Gaza.


A Londres, le Premier ministre Gordon Brown a évoqué un "moment très dangereux" dans le conflit israélo-palestinien. Le pape Benoît XVI a dénoncé "les nouvelles dramatiques qui arrivent de Gaza" et la Commission européenne a appelé Israël à assurer un "espace humanitaire" pour distribuer l'assistance.


La Russie, qui s'est dite "extrêmement préoccupée" par l'offensive terrestre, a annoncé l'envoi d'un émissaire dans la région, où était attendue dimanche soir une délégation de l'Union européenne pour tenter d'arracher un cessez-le-feu.


Entretemps, les manifestations contre l'offensive israélienne se sont multipliées dans le monde.


Dans le nord de la Cisjordanie, un Palestinien a été tué par l'armée israélienne en manifestant contre l'opération à Gaza, selon des sources médicales.


Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  

Publié dans LE MARTYRE DE GAZA

Commenter cet article