Le conflit s’invite à Anvers. Pourquoi y dégénère-t-il ?

Publié le par Adriana Evangelizt



Le conflit s'invite à Anvers. Pourquoi y dégénère-t-il ?


Il y a eu plusieurs incidents violents ces derniers jours et la communauté juive commence à s’inquiéter.

La situation préoccupe en tout cas suffisamment Michael Freilich (rédacteur en chef de "Joods Actueel") et Hicham el-Mzairh (Marocain d’Anvers et candidat Open VLD aux dernières élections communales) pour qu’ils aient jugé nécessaire d’organiser une conférence de presse commune lundi après-midi. Leur message : "Les juifs et les musulmans d’Anvers ne partagent pas les mêmes vues sur ce qui se passe au Proche-Orient mais ce n’est pas une raison pour importer ce conflit ici. Nous sommes avant tout Anversois, Flamands, Belges et voisins".


Depuis le début de la reprise des hostilités au Proche-Orient, les dérapages se sont multipliés dans la métropole. Le principal : l’après-midi du 31 décembre, la Ligue arabe européenne (LAE) avait réuni 200 à 250 sympathisants dans la Kerkstraat à Borgerhout - un quartier à forte population immigrée à l’est de la ville - pour une manifestation "statique". C’est lors de la dislocation de celle-ci que se sont produits des incidents, lorsqu’une soixantaine de jeunes ont tenté de rallier le quartier des diamantaires, dont l’accès était barré par la police. Bilan, deux policiers blessés à coup de projectiles (panneaux routiers, pavés..), 18 voitures et une vitrine de magasin endommagées, 13 arrestations administratives mais pas de poursuites judiciaires. Il a fallu l’intervention d’un imam pour que le calme revienne en fin d’après-midi.

Le bourgmestre Patrick Janssens tient la LAE pour responsable ("L’organisateur d’une telle manifestation doit mettre sur pied un service d’ordre qui veille à ce que la situation ne dérape pas lors de sa dislocation"). Il n’envisage pas de lui interdire d’organiser des manifestations, mais bien d’imposer des conditions plus drastiques à la tenue de celles-ci.


Pour Hicham el-Mzairh, ceux qui ont manifesté mercredi dernier à Anvers ne sont en rien représentatifs de la communauté musulmane d’Anvers. "Ce jour-là, il y avait une grande manifestation à Bruxelles avec des organisations de la communauté musulmane, mais aussi une plate-forme comme 11.11.11 Ils avaient demandé à tout le monde d’être solidaire et de venir à Bruxelles pour donner un signal fort à l’Union Européenne. Si un petit groupe organise au même moment une manifestation à Anvers, c’est qu’ils ne sont pas vraiment solidaires. En l’occurrence, ici, il n’y avait pas vraiment d’organisation. Juste quelques individus qui envoient des SMS à des gamins."


Pour Michael Freilich, la LAE est "une organisation antisémite qui voit partout un complot juif mondial". Il se dit satisfait du signal envoyé par la municipalité qui a renforcé de manière visible la présence policière dans le quartier des diamantaires.


Quant à la LAE, elle a regretté dans un communiqué la tournure prise par les événements. Elle juge que ce n’est pas à elle mais à la police de garantir l’ordre public, elle-même ayant fait l’objet d’une plainte pour "constitution de milice privée" il y a quelques années.


Enfin, dès ce week-end, la ville d’Anvers a pris les devants en empêchant une manifestation non autorisée sur la Groenplaats. 93 personnes ont été arrêtées administrativement. Deux d’entre elles feront l’objet de poursuites judiciaires pour détention de cocktails Molotov.



Sources La Libre

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans RACISME

Commenter cet article