Tzipi Livni : «Israël défend les valeurs du monde libre»

Publié le par Adriana Evangelizt




Tzipi Livni : «Israël défend les valeurs du monde libre»


Se rendant à Paris à la recherche d’un soutien, acquis d’avance du Président Sarkozy, Tzipi Livni, ministre des Affaires étrangères israéliennes, déclare sans vergogne qu’Israël est en train de défendre les valeurs du monde libre.

Toute souriante, tant lors de sa réunion avec le Président français que lorsqu’elle s’adressait aux médias français, notamment, lors d’une interview qu’elle a accordée à la chaîne TF 1, Tsipi Livni a poussé le cynisme dans ses derniers retranchements. Elle s’est acharnée à conférer, avec un sang froid glacial, une légitimité à la guerre contre Gaza. «Une guerre qui vise à affaiblir le Hamas, cette organisation islamiste terroriste qui répand la haine et cible les civils», profère-t-elle.

Interrogé sur la disproportion des moyens utilisés par le Hamas et Israël, Tsipi Livni répond : « il n y a pas de crise humanitaire à Gaza. Dès le premier jour, on a ouvert les points de passage. Et ceux-ci sont ouverts de plus en plus fréquemment. Israël et le Hamas, ce n’est pas la même chose. Israël est un Etat qui défend des valeurs, combat le terrorisme et essaie d’épargner les civils. Avant chaque raid, nous appelons les civils et nous leur demandons de quitter la zone. C’est ça notre manière de procéder".

C’est donc ça. C’est une guerre de valeurs qu’Israël est en train de mener contre Gaza. Les valeurs de l’oppression, de l’effusion du sang, de la barbarie, et de la destruction. Les valeurs de la persécution de la personne humaine et de la spoliation de ses terres. Ce sont ces valeurs qu’Israël veut faire triompher avec l’aval de l’Occident, son allié invétéré, dont le président Sarkozy pour qui Tzipi Livni voue estime et considération, étant respectueux de ces valeurs.

C’est au nom de ces valeurs que le Hamas continuera à subir les pires châtiments « tant qu’il ne reconnaîtra pas le droit d’existence à Israël, tant qu’il ne renoncera pas à la violence et au terrorisme, tant qu’il ne reconnaîtra pas les accords précédemment signés entre Israël et les Palestiniens », fulmine l’héritière de Sharon au Parti Kadima.

Israël attend, en effet, du peuple palestinien, dans ses différentes composantes et ses diverses factions, à ce qu'il rentre dans les rangs, à ce qu'il soit soumis et inféodé. Il veut transformer l’ensemble des citoyens palestiniens en des agneaux dociles, sans fierté, ni dignité. C’est pour cette raison qu’il s’attaque à la vaillante résistance palestinienne et qu’il essaie par les moyens les plus inhumains à saper sa détermination. Mais, il n y arrivera jamais. Car, la bravoure et le courage de ces héros de la résistance sont intarissables et invincibles. Ceux qu’Israël présente comme des arabes musulmans barbares et violents sont des gens qui sont prêts à tout pour recouvrer leur indépendance et leur autodétermination. Pour eux, la vie ne mérite pas d’être vécue sous l’occupation, et dans l’humiliation. Ils sont prêts à affronter la puissante machine de guerre israélienne et à s’exposer aux bombes et aux obus pour chasser ces colons féroces de leurs terres.

Les résistants palestiniens sont animés par la foi en la justesse de leur cause et la légitimité de leur combat. Ils sont sincères, intègres et loyaux envers leur peuple. Même s’ils se battent seuls et même s’ils sont lâchés par les leurs, ils n’abandonneront pas, n’abdiqueront et ne capituleront pas.
L’Etat hébreu prend toute la mesure de cette obstination palestinienne, mais il ne se lasse pas de vouloir la briser, et de dissuader ses partisans par la politique de la peur et de la terreur.

La dialectique de la bataille entre Israël et la résistance palestinienne est claire et nette : le premier, en mal de légitimité réelle et aux prises avec différentes menaces dont le péril démographique, est en train de mener une guerre de survie. Il semble prêt à franchir toutes les limites de la brutalité pour perpétuer l’occupation, sioniser tous les territoires occupés et poursuivre son rêve du Grand Israël. La seconde est inexorablement résolue à mettre fin à l’injustice, à l’oppression et à la violence dont est victime le peuple palestinien pendant des années et à lui restituer son territoire, sa souveraineté et sa dignité.

Mais, cette bataille est déséquilibrée et disproportionnée. Israël bénéficie de l’arsenal militaire le plus puissant de la région et est ravitaillé, en permanence, par des chars et F16 américaines. Il bénéficie, de surcroît, d’un blanc seing international pour faire ce que bon lui semble, au nom du droit à l’autodéfense. Les mouvements de résistance sont taxés de mouvements terroristes, et sont privés de toute légitimité internationale, et encore moins arabe.

Le régime officiel arabe préfère, en effet, s’en référer à «la légalité et au droit international», celui qui est entre les mains des puissances de ce monde qui soutiennent aveuglément Israël. C’est pour cette raison que les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, réunis mercredi au Caire, ont décidé solennellement de saisir le Conseil de sécurité pour qu’il décrète un arrêt immédiat des hostilités contre Gaza. Déjà que le Conseil de sécurité était incapable d’adopter une résolution pour dénoncer la guerre, par quel miracle va-t-il forcer la main à l’entité sioniste pour stopper ses agressions ? Pour répondre à cette question, il faut entrer dans la logique des officiels arabes…qui ne font que défendre l’illogique sur fond d’impuissance et de complicités.

H. J.

Sources :
G NET TN

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans SIONISME

Commenter cet article