Cinq Palestiniens tués dans deux écoles de l'ONU

Publié le par Adriana Evangelizt

Ces criminels savent très bien que les civils vont dans les écoles de l'ONU et ils les bombardent sciemment. En tout, 159 enfants palestiniens sont morts. Ils bombardent toutes les maisons et tous les immeubles. Les Palestiniens vivent l'enfer et la communauté internationale, cette prostituée du sionisme, laisse faire. Ce crime perpétré par le sionisme pour écraser la Résistance à l'oppression et à la colonisation est un crachat sanglant sur tous les peuples du monde qui voient la Liberté bafouée par des voleurs de terre sans foi ni loi. Plus que jamais... NOUS SOMMES TOUS PALESTINIENS ! Dans le monde entier.




Cinq Palestiniens tués dans deux écoles de l'ONU



De nombreux Palestiniens s'étaient réfugiés dans ces deux bâtiments gérés par l'ONU à Gaza-ville et au sud de la bande. Les combats ont gagné désormais les zones urbaines. Au moins 575 Palestiniens et neuf Israéliens sont morts depuis le début de l'offensive.

Cinq Palestiniens sont morts mardi 6 janvier au cours de bombardements israéliens sur deux écoles gérées par l'ONU à Gaza-Ville et dans le sud de la bande de Gaza, ont annoncé une source médicale et un porte-parole de l'ONU.

Trois personnes ont été tuées dans un raid aérien israélien à Gaza-ville contre l'école Asma, dans le camp de réfugiés de Chati, gérée par l'Unrwa, l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, a affirmé un porte-parole de l'agence, Adnane Abou Hasna.

Il a précisé que 450 personnes s'étaient réfugiées dans cette école pour fuir les bombardements dans d'autres quartiers de la ville.

A Khan Younès (sud de la bande de Gaza), un obus de d'artillerie a touché l'entrée d'une seconde école, tuant deux personnes, dont les identités n'étaient pas connues dans l'immédiat, selon une source médicale.

Combats dans les zones urbaines

Les combats entre les troupes israéliennes et le Hamas se sont étendus mardi 6 janvier aux zones urbaines surpeuplées de la bande de Gaza.

Après une nuit marquée par de violents accrochages, notamment dans les quartiers de Zeitoun, Choujaïya et Touffah à l'extrémité de Gaza-ville, des affrontements se sont poursuivis mardi matin dans les mêmes secteurs ainsi que dans des zones urbaines à Jabaliya et Beit Lahya, dans le nord de la bande de Gaza, Khan Younès, Boureij et Deir el-Balah dans le sud.

Plus de 575 morts palestiniens

Dans la nuit, huit Palestiniens, dont six combattants, ont notamment été tués lors d'un accrochage avec une force israélienne à Deir el-Balah alors que huit autres Palestiniens ont péri à Jabaliya et trois dans le quartier de Zeitoun, selon les sources palestiniennes.
Deux des victimes de Zeitoun sont mortes sous les décombres d'un immeuble de quatre étages frappé par l'aviation alors que des recherches continuent dans les ruines pour trouver une vingtaine d'autres personnes, selon des témoins.
Depuis son lancement le 27 décembre, l'offensive israélienne dans la bande de Gaza, dont l'objectif déclaré est de mettre fin aux tirs de roquettes palestiniennes, a fait plus de 575 morts palestiniens, dont des dizaines de civils parmi lesquels 159 enfants, et plus de 2.780 blessés, selon des sources médicales palestiniennes.

Pénurie

L'inquiétude grandissait face au risque d'une aggravation de la crise humanitaire dans ce territoire pauvre et surpeuplé, où l'offensive israélienne a provoqué une grave pénurie de denrées, de carburant et d'eau courante ainsi que des coupures électriques, selon des agences de l'ONU.
L'armée israélienne a par ailleurs annoncé que quatre de ses militaires, dont un officier, avaient été tués et 24 blessés lundi soir dans le nord de la bande de Gaza lorsqu'un char israélien avait fait feu "par erreur" sur leur position.
Au total, cinq militaires israéliens ont péri et 79 ont été blessés depuis le début de l'offensive terrestre, selon le bilan officiel israélien.

Des roquettes possibles encore plusieurs semaines

Malgré l'offensive, une dizaine de nouvelles roquettes ont été tirées mardi matin sur le sud d'Israël, selon l'armée. Quatre Israéliens sont morts dans ces tirs depuis le 27 décembre.
Une de ces roquettes s'est pour la première fois abattue à plus de 45 km au nord-est de la bande de Gaza en tombant sur la ville israélienne de Gedera, blessant légèrement un nourrisson, a indiqué un porte-parole de l'armée.
Selon un rapport des renseignements militaires israéliens dont le quotidien Maariv a rendu compte mardi, le Hamas est en mesure de tirer des roquettes contre Israël pendant encore plusieurs semaines.
L'armée israélienne a affirmé mardi avoir tué 130 combattants du Hamas depuis le début de la phase terrestre de son offensive à Gaza samedi.

Sources
Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LE MARTYRE DE GAZA

Commenter cet article