Appels contre les violences communautaristes en France

Publié le par Adriana Evangelizt

Il faudra surtout faire attention à ce que les extrêmistes sionistes ne commettent pas d'actes visant à faire croire que l'on s'en prend à la communauté juive. Car ils sont très forts pour perpétrer de tels méfaits et s'indigner ensuite comme des pucelles effarouchées. Tel qu'on connait ses saints, on les honore...



Appels contre les violences communautaristes en France


PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a appelé mardi au respect de l'unité nationale pour éviter toute contagion en France du conflit israélo-palestinien après l'attaque contre une synagogue à Toulouse.


La France "ne saurait tolérer que la tension internationale se traduise par des violences communautaristes", a déclaré Nicolas Sarkozy dans un communiqué.


Pour le président français, l'unité nationale et la solidarité "autour des efforts accomplis par la diplomatie française" pour trouver des "solutions justes et équilibrées" constitue "la seule réponse possible" dans les circonstances tragiques que vit le Proche-Orient.

Nicolas Sarkozy effectue depuis lundi une tournée dans la région pour obtenir une trêve humanitaire de quelques jours et, à terme, trouver une solution politique au conflit, manifesté par l'intervention militaire israélienne dans la bande de Gaza.


Il a demandé aux services de police de mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires pour retrouver et sanctionner les auteurs de l'agression de Toulouse, lundi soir à l'aide d'une voiture bélier.


La ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a jugé qu'il était trop tôt pour dire si cet acte était lié directement aux événements dans la bande de Gaza. Sur RMC, elle a qualifié ce geste de "totalement stupide et révoltant".


Le président de SOS-Racisme, Dominique Sopo, a estimé sur France Info que le climat international avait "tout au moins favorisé" cet acte et s'est inquiété d'un "problème de cohésion nationale" dans le pays.


Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a dit pour sa part qu'"il faut être vigilant pour qu'il n'y ait pas ce type de contagion", soulignant sur LCI que la protection des lieux sensibles avait été d'ores et déjà renforcée.


COCKTAILS MOLOTOV


L'agression de Toulouse, qui n'a pas fait de blessé, est intervenue peu après une réunion organisée par la ministre de l'Intérieur des principaux représentants des communautés juives et musulmanes de France.


Dans un communiqué, Michèle Alliot-Marie a souligné que "préserver l'unité nationale relevait de la responsabilité de chacun." Elle a appelé les représentants des institutions juives et musulmanes "à une particulière vigilance envers les principes républicains."


Des manifestations rassemblant des milliers de personnes ont eu lieu en France ces derniers jours contre l'intervention israélienne à Gaza ou au contraire en soutien à Israël. Des débordements ont eu lieu samedi à Paris.


Les auteurs de l'attaque de Toulouse ont utilisé deux véhicules qui contenaient des cocktails Molotov, selon Anne-Gaëlle Baudoin, directrice de cabinet du préfet de Haute-Garonne.


La première voiture, enflammée par un cocktail Molotov et poussée par un second véhicule, a été précipitée contre la porte de la synagogue qui a pris feu. Les enquêteurs ont retrouvé plusieurs cocktails Molotov dans le second véhicule qui, lui, n'a pas été incendié.


Une douzaine de personnes se trouvaient dans l'édifice et participaient à un cours avec leur rabbin au moment des faits. Les personnes présentes ont réussi à s'échapper à temps et il n'y a pas eu de blessé.


Le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA), SOS Racisme et le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) ont condamné cette agression. L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) s'est déclarée "terrifiée par l'attentat".


Gérard Bon, avec Nicolas Fichot à Toulouse, édité par Gilles Trequesser

Sources
Le Monde

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans RACISME

Commenter cet article