L'ONU divisée sur Gaza: Rice, Kouchner et Miliband restent à New York

Publié le par Adriana Evangelizt



L'ONU divisée sur Gaza: Rice, Kouchner et Miliband restent à New York



Les ministres des Affaires étrangères américain, français et britannique ont décidé mercredi de prolonger leur séjour à New York pour tenter de débloquer au Conseil de sécurité de l'ONU les tractations avec leurs collègues arabes sur la situation à Gaza.


"Nous pensons avoir encore du travail. Nous prolongeons notre séjour", a déclaré la chef de la diplomatie américaine Condoleezza Rice à la presse à l'issue de consultations intensives entre Occidentaux et Arabes sur la réponse que le Conseil de sécurité de l'ONU peut apporter à l'opération militaire israélienne contre le mouvement radical palestinien Hamas dans la bande de Gaza, qui a fait plus de 700 morts en 12 jours.

Mme Rice et ses homologues français Bernard Kouchner et britannique David Miliband, arrivés mardi à New York pour participer à une réunion exceptionnelle du Conseil consacrée à la situation à Gaza convoquée à la demande des pays arabes, s'étaient donnés initialement jusqu'à mercredi soir pour parvenir à un résultat.

Les pays arabes, et notamment l'Arabie Saoudite, font pression pour un vote du Conseil de sécurité sur une résolution contraignante appelant à un cessez-le-feu, ce qu'Israël, appuyé par les Etats-Unis, refuse. La France, qui assure la présidence du Conseil en janvier, a donc proposé dans l'après-midi une déclaration non contraignante mettant simplement "l'accent sur l'urgente nécessité d'un cessez-le-feu immédiat et durable".


Pour éviter un veto américain au projet de résolution arabe, présenté par la Libye au Conseil, les ministres ont décidé de poursuivre leurs entretiens, qui doivent reprendre jeudi matin à 10H00 (15H00 GMT).

"Le monde doit entendre la voix unie du Conseil de sécurité", a déclaré M. Miliband à l'issue d'une énième réunion avec les ministres de la Ligue Arabe qui se sont montrés très discrets sur l'avancement des négociations.


"Tout ce que je peux dire, c'est que nous avons encore du travail", a indiqué le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa. "Nous avons encore du travail", a déclaré en écho le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit.


Les pays arabes font d'un vote au Conseil de sécurité un moyen de pression sur Israël pour qu'il accepte formellement l'initiative présentée mardi par le président égyptien Hosni Moubarak. "Tant qu'Israël n'annoncera pas son acceptation de l'initiative égyptienne ou un cessez-le-feu, le groupe arabe ne voit pas d'autre moyen de le provoquer que de soumettre ce projet de résolution au vote", a déclaré à la presse l'ambassadeur d'Egypte à l'ONU, Maged Abdelaziz.


L'armée israélienne a intensifié tôt jeudi son offensive contre le sud de la bande de Gaza avec l'entrée de dizaines de chars en provenance du territoire israélien dans cette zone et des raids aériens contre la ville de Rafah, près de la frontière égyptienne, ont rapporté des témoins. Israël a également annoncé l'envoi d'émissaires au Caire pour discuter du plan de sortie de crise en trois points, annoncé mardi par M. Moubarak à l'issue d'une rencontre avec son homologue français Nicolas Sarkozy, à Charm el-Cheikh (mer Rouge).


Ce plan prévoit notamment "un cessez-le-feu immédiat pour une période limitée", permettant l'établissement de couloirs humanitaires et laissant le temps à l'Egypte d'oeuvrer pour un cessez-le-feu "global et définitif". Il appelle également à une réunion d'urgence en Egypte avec Israéliens et Palestiniens, en présence de représentants de l'Union européenne et d'"autres parties", pour parvenir à "des engagements et des garanties".


Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  

Publié dans ONU ISRAEL

Commenter cet article