Un « test pour notre humanité », affirme l’ONU

Publié le par Adriana Evangelizt



Un « test pour notre humanité », affirme l'ONU


Les agences humanitaires de l’ONU et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont exprimé, hier, leur « frustration croissante » de ne pouvoir secourir efficacement la population sans défense de la bande de Gaza.

La situation est « de plus en plus frustrante pour nous », a affirmé le directeur des opérations à Gaza de l’Unrwa, John Ging, qui a déploré le peu d’écho rencontré par les messages sur « les conséquences horribles de ce conflit » sur les civils « pris au piège ».

Pour l’Unrwa, le sort des Palestiniens constitue « un test pour notre humanité » en conformité avec les conventions de Genève. Selon M. Ging, le territoire palestinien subit une véritable « crise pour la protection » des populations civiles. Il s’est dit « bouleversé par la nature des blessures infligées » à certaines victimes, sur fond d’interrogations sur l’usage par l’armée israélienne d’armes controversées.

Le sort des enfants est également jugé particulièrement préoccupant par le Comité de l’ONU pour les droits de l’enfant, qui a dénoncé « les effets dévastateurs des combats » sur eux.

« Ces événements auront des effets émotionnels et psychologiques graves pour toute une génération », a averti le Comité.

Sur le plan de l’acheminement de l’aide, l’accès sûr et sans entrave aux populations civiles demeure la priorité pour les acteurs humanitaires. L’agence de l’ONU pour l’aide humanitaire d’urgence a insisté sur la « réouverture durable de tous les points de passage ». Dans un communiqué commun, le CICR et la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont renouvelé leur appel pour un accès sans entrave aux blessés, alors que le président du CICR, Jakob Kellenberger, effectuait hier une visite dans Gaza. « Il est absolument nécessaire et non négociable que les équipes médicales (...) soient protégées », a affirmé M. Kellenberger.

En outre, l’ONG Action contre la faim a annoncé avoir entamé des distributions d’eau en urgence. Cette distribution doit se dérouler pendant les huit prochaines semaines. De son côté, le président tunisien, Zine el-Abidine ben Ali, a décidé l’envoi d’une aide humanitaire supplémentaire composée de médicaments et équipements sanitaires, a rapporté l’agence tunisienne TAP. Cette aide sera convoyée par un avion-cargo.

Tunis avait acheminé une première aide humanitaire pour la population de Gaza et organisé une collecte de sang et de fonds pour les blessés palestiniens.

D’autre part, le bateau affrété par des militants propalestiniens pour tenter de livrer de l’aide médicale devrait quitter Chypre aujourd’hui, après réparation d’un problème technique qui l’avait obligé à regagner l’île, a indiqué un organisateur.

Par ailleurs, un navire iranien transportant une cargaison humanitaire a été bloqué par la marine israélienne, a rapporté la radio nationale iranienne.

Pour sa part, Paris va envoyer en Israël deux avions chargés au total de 76 tonnes d’aide humanitaire destinée aux populations de Gaza, a annoncé le ministère français des Affaires étrangères.

Le premier appareil doit partir aujourd’hui. Le deuxième devrait suivre vendredi. La France a également un projet d’installation d’un hôpital de campagne.

En outre, les organisateurs de la Conférence internationale sur l’aide aux Palestiniens de décembre 2007 se réuniront jeudi soir à Paris pour examiner cette assistance à la lumière du conflit et la possibilité d’une nouvelle conférence.

De même, une délégation de cinq députés français, représentant tous les groupes politiques, devrait se rendre au Proche-Orient du 1er au 3 février.

Sources
Lorient Le Jour

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LE MARTYRE DE GAZA

Commenter cet article