Affaire Dray: le rapport pointe des «comptes collecteurs» à son profit

Publié le par Adriana Evangelizt



Affaire Dray: le rapport pointe des «comptes collecteurs» à son profit



Tracfin, la cellule antiblanchiment du ministère des Finances, a relevé que les «paiements réalisés» par le député socialiste
Julien Dray avec sa carte bancaire «depuis la mi-décembre 2005 s’élèvent, pour les seuls flux supérieurs à 500 euros, à 313.180,56 euros», selon son rapport publié mercredi sur le site de L’Est républicain.

Compte collecteur

Dans son rapport, la cellule dit son «interrogation» quant aux «contreparties» obtenues par les émetteurs des chèques dont le député de l'Essonne est au final bénéficiaire. L'enquête porte sur des mouvements de fonds suspects à partir de comptes de l’association les Parrains de SOS Racisme et de l’organisation lycéenne Fidl, depuis janvier 2006. Les enquêteurs soupçonnent l’élu, âgé de 53 ans, d’avoir bénéficié d’une partie de ces sommes, évaluées au total à 351.027 euros, via des mandataires sur le compte de ces associations.

Selon Tracfin, le compte de Nathalie Fortis, mandataire sur un compte de la Fidl, «semble fonctionner comme un "compte collecteur" fonctionnant par captations de fonds provenant d'associations, ainsi que par des dons de personnes physiques proches de ces associations et/ou de Julien Dray, la grande majorité de ces flux étant ensuite reversée à ce dernier».  Elle aurait invoqué «le paiement de vieilles dettes». Le compte de Thomas Persuy, directeur administratif et financier de SOS racisme, est également visé pour les mêmes raisons.

131.000 € pour des montres

«Nombre de chèques tirés enregistrés posent la question de leur contrepartie. Les émetteurs ont en effet soit leur siège social dans le département dont Julien Dray est l’élu, soit ils ont obtenu un chantier public dans sa circonscription, soit obtenu un marché public avec le Conseil régional d’Ile-de-France», écrit Tracfin dans son rapport.

«Ces flux suscitent les interrogations du service», selon Tracfin. D’après la cellule antiblanchiment de Bercy, qui a analysé les comptes de l’élu socialiste, «les paiements réalisés par M. Dray, avec sa carte "Centurion" [une carte de crédit haut de gamme], depuis la mi-décembre 2005 s’élèvent, pour les seuls flux supérieurs à 500 euros, à 313.180,56 euros». Quelque «134 opérations ont ainsi été réalisées, allant unitairement jusqu’à 18.500 euros», facturés en août chez l’horloger Breguet, selon le rapport.

Environ 131.000 euros ont entre autres été dépensés pour des montres, pour une trentaine d’achats, alors que 15.588 euros d’achats sont rassemblés par les enquêteurs de Tracfin sous le vocable «Luxe stylo». «Cette affaire n’aurait jamais dû être confiée à la justice, car ce n’est en rien une affaire pénale. C’est au mieux un dossier fiscal»,
a estimé Julien Dray.

20minutes.fr


Commenter cet article