Le président de l'A. G de l'ONU appelle au boycott d'Israël

Publié le par Adriana Evangelizt





Le président de l'A. G de l'ONU appelle au boycott d'Israël




"Avec sa connerie habituelle, Dershovitz a déjà réagi à cette déclaration : “Brockman est un prêtre catholique, l’Eglise catholique a toujours été antisémite”… C’est si simple, la vision du monde sioniste. Si t’es pas avec nous 100%, t’es forcément antisémite…"


De sa tribune officielle, le président de l’Assemblée Générale appelle les Nations au Boycott d’Israël, pays Apartheid

[Malka Marcovic - 24/11/2008]


En 2001, lors de la Conf
érence mondiale contre le racisme à Durban, le document des ONG appelait les Nations à considérer Israël comme un pays d’Apartheid et à appliquer les mêmes sanctions que celle utilisées jadis contre le régime Sud Africain. Il aura fallu 7 ans pour que -  de textes en rapports, de résolutions en réunions - le processus fasse son chemin et que le Président de l’Assemblée Générale, le prètre sandinistre Miguel d’Escoto Brockman lance cet appel le 24 novembre depuis la tribune de l’Assemblée Générale de l’ONU.


J’ai parlé ce matin de l’Apartheid et de la manière dont les politiques israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés sont similaires à l’Apartheid à une époque plus ancienne sur un autre continent.


Je pense qu’il est important que nous utilisions ce terme ici aux Nations Unies. Nous ne devons pas avoir peur d’appeler les choses pour ce qu’elles sont. Ce sont les Nations Unies après tout qui ont adopté la Convention internationale contre le crime d’Apartheid, posant ainsi clairement à la face du monde que ce type de pratiques officielle de discrimination doit être considéré comme illégal où qu’elles se déroulent.


Il y a plus de vingt ans, nous, au sein des Nations Unies, avons pris la suite du leadership de la société civile lorsque nous avons reconnu que les sanctions étaient nécessaires, comme moyen non-violents pour faire pression sur l’Afrique du Sud afin qu’elle cesse ses violations.

Aujourd’hui, nous, les Nations Unies, devons suivre le mouvement de la nouvelle génération de la société civile qui demande des campagnes non violentes de boycott similaires, de désinvestissement et de sanctions afin de pousser Israël à cesser les violations.


J’ai assisté à un grand nombre de réunions sur les droits du peuple Palestinien. Je suis surpris que certains continuent d’insister et demandent patience alors que nos frères et sœurs sont crucifiés.

La patience est une vertu en laquelle je crois. Mais il n’y a rien de vertueux à être patient avec la souffrance d’autrui. (…)


J’ai beaucoup d’amour pour le peuple Juif, et cela a été vrai toute ma vie. Je n’ai jamais hésité à condamner les crimes de l’holocauste ou tout autre des nombreux abus commis contre nos frères et sœurs juifs.


Pourtant, cela ne les autorise à en abuser contre autrui, en particulier contre ceux qui ont eut historiquement des relations exemplaires avec le peuple Juif. “


Sources Libertés et Internet

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans ONU ISRAEL

Commenter cet article