La Syrie appelle les pays arabes à fermer les ambassades d'Israël

Publié le par Adriana Evangelizt





La Syrie appelle les pays arabes à fermer les ambassades d'Israël



Lors de la réunion rassemblant une partie des pays arable, Bachar al-Assad a appelé les pays arabes à rompre tout contact avec l'Etat hébreu.

Le président syrien Bachar al-Assad a appelé, vendredi 16 janvier à Doha, les pays arabes ayant des relations diplomatiques avec Israël à fermer leurs ambassades et à rompre tout contact avec l'Etat hébreu.

Intervenant à l'ouverture à Doha d'une réunion arabe consacrée à l'offensive israélienne dans le territoire palestinien, Bachar al-Assad a demandé aux pays arabes sans les identifier de "fermer les ambassades d'Israël et de rompre tout contact direct ou indirect avec l'Etat hébreu".

L'Egypte et la Jordanie sont les seuls pays arabes à avoir signé un traité de paix avec Israël et elles accueillent des ambassades israéliennes. La Mauritanie est également liée par des relations diplomatiques avec l'Etat hébreu alors que le Qatar abrite un bureau commercial israélien.

"La réactivation du boycottage"


Tout en appelant à "la réactivation du boycottage" arabe d'Israël, il a rappelé que son pays avait, peu après le déclenchement de l'offensive israélienne, décidé, "après des consultations de la Turquie, de suspendre sine die les négociations indirectes avec Israël", engagées par l'intermédiaire d'Ankara.

Le président Assad a en outre affirmé que l'initiative de paix arabe lancée en 2002 était morte. "Elle a été tuée par Israël et on doit la considérer comme morte".

Le plan de paix arabe, d'inspiration saoudienne, a été présenté lors du sommet arabe de Beyrouth en 2002 puis relancé en mars 2007 au sommet de Ryad.

Il prévoit une normalisation des relations entre les pays arabes et Israël en échange du retrait israélien des territoires arabes occupés depuis juin 1967, la création d'un Etat palestinien avec Jérusalem-est pour capitale et un règlement "équitable et agréé" de la question des réfugiés palestiniens.

Israël a relevé des "aspects positifs" dans cette initiative mais ne l'a pas formellement acceptée, principalement en raison de la mention faite au droit au retour des réfugiés palestiniens.

Sources
Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans ISRAEL SYRIE LYBIE

Commenter cet article