Un cessez-le-feu unilatéral se profile avec continuation de l'occupation

Publié le par Adriana Evangelizt

La sinistre farce. Livni est partie chercher les "ordres" à Washington. Au grand Kahal. Chaque fois que vous entendez dire qu'un dirigeant sioniste -c.a.d- une marionnette des Zions- se rend là-bas, cela signifie qu'il rencontre la cohorte des "sages" zion pour la feuille de route à venir. Là, la question était : "Devons nous continuer à massacrer ?" Et la réponse fut : "Nous allons faire semblant d'arrêter -promettre comme d'habitude- mais montrer que c'est nous les Maîtres du Jeu et que nous sommes charitables en déclarant un cessez-le-feu unilatéral." Voilà, grosso modo, le profil de la conversation. Et pourquoi un "cessez-le-feu" unilatéral ? Pour ne pas accepter les propositions du Hamas et notamment revenir aux frontières de 1967. Parce que ce n'est pas prévu dans le Plan des Zions. Le Grand Eretz Israël.

« La carte actuelle de la Palestine a été dessinée sous le mandat britannique. Le peuple juif possède une autre carte que les jeunes et les adultes doivent s'efforcer de mener à bien: du Nil à l'Euphrate »

David Ben Gourion, futur Premier Ministre d'Israël, 1937, "Ben Gurion and the Palestine Arabs", Oxford University Press, 1985.


Alors ils parlent d'un cessez-le-feu mais ils restent sur le terrain. Pourquoi se gêner ? Plus on les voit faire et davantage on les déteste. Voilà. Tant que cette cohorte infernale règnera sur Israël, sur les juifs et sur le monde, il n'y aura que ruines et désastres, mort et désolation, ils appliquent à la lettre le parcours biblique du mythique Josué qui n'a jamais existé. Comme David et Salomon. L'avenir s'annonce bien sinistre.

Pourquoi ont-ils encore attaqué une école de l'ONU ? Là, c'est pareil. La loi du talion. Vu qu'ils ont été critiqué à l'ONU, il faut qu'elle paye ! Soit vous vous soumettez, soit BOUM ! Ceci laisse augurer le monde futur que veulent instaurer les IlluminaZions.



Gaza: cessez-le-feu unilatéral israélien à l'horizon de Gaza


Tzipi Livni et Condoleezza Rice le 16 janvier 2009 à Washington photo Mark Ralston , AFP



Trois semaines après le début de l'offensive meurtrière lancée par Israël contre le Hamas, la perspective d'un cessez-le-feu unilatéral israélien se profilait à Gaza, théâtre samedi de nouveaux combats.


Le cabinet israélien de sécurité devait se réunir dans la soirée pour se prononcer pour un cessez-le-feu unilatéral, a déclaré un responsable israélien.


Dans la dernière attaque en date menée par Israël samedi matin, une femme et un enfant ont été tués dans le bombardement d'une école gérée par les Nations unies à Beit Lahiya, nord de la bande de Gaza, selon des sources médicales et des témoins. Des civils fuyant les zones de combats avaient trouvé réfuge dans l'établissement. Onze d'entre eux ont été blessés dans le bombardement qui a provoqué un incendie, a-t-on précisé de mêmes sources.


"Cela illustre à nouveau la tragédie de Gaza. Il n'y a aucun lieu sûr et même une installation des Nations unies n'y est pas en sécurité", a déclaré Christopher Gunness, porte-parole de l'Unrwa, l'agence de l'Onu pour l'aide aux Palestiniens. "A Gaza, il n'y a nulle part où fuir", a-t-il dit à l'AFP.


D'intenses combats se déroulaient autour de l'école où les tanks de l'armée israélienne affrontaient des combattants palestiniens, ont poursuivi les témoins.


Interrogé par l'AFP, un porte-parole militaire n'a pas été en mesure de réagir à cette nouvelle attaque contre une école des Nations unies, la quatrième depuis le déclenchement de la guerre le 27 décembre. Le 6 janvier, quarante-trois personnes avaient été tuées et plus de 100 blessées par une frappe israélienne, selon des sources palestiniennes, dans le périmètre d'une école gérée par l'ONU dans le nord de la bande de Gaza.



Dans la nuit de vendredi à samedi, une petite fille de deux ans a par ailleurs été tuée par un obus israélien à Beit Hanoun (nord), et trois Palestiniens ont été tués par un obus de char à Karama, dans le même secteur, selon des sources médicales palestiniennes.


Depuis vendredi, l'armée israélienne a poursuivi ses attaques qui ont fait au moins 60 morts. Dix personnes ont notamment été tuées dans le bombardement d'une maison où était rassemblée une famille qui faisait le deuil d'un proche tué plus tôt, selon des sources palestiniennes.


Trois filles d'un médecin palestinien travaillant en Israël, et une de ses nièces dans un raid aérien à Jabaliya (nord), figurent aussi parmi les victimes.


"Ce sont des filles, rien que des filles. On les bombarde. Je veux savoir pourquoi on les a tuées. Pourquoi les a-t-on tuées? C'est ce qui pourrait me calmer. Je veux savoir. Qui a donné l'ordre de tirer?", a déclaré en larmes le père, Ezzedine Abou Eich, en direct à la télévision israélienne.


Sur le volet politique et diplomatique, des assurances égyptiennes et américaines faites à Israël, notamment sur un arrêt de la contrebande d'armes vers Gaza, ont rapproché l'échéance d'un cessez-le-feu.


"Le cabinet de sécurité (israélien) doit voter en faveur d'un cessez-le-feu unilatéral demain (samedi soir) à la suite de la signature d'un accord à Washington et des progrès significatifs réalisés au Caire", a déclaré à l'AFP un responsable gouvernemental israélien, sous couvert de l'anonymat.


Même si Israël décrète une trêve unilatérale samedi, les forces israéliennes resteront positionnées dans le territoire palestinien pour une durée indéterminée, a indiqué ce responsable.


Israël considère que le Hamas s'abstiendra de toute attaque mais, "s'ils décident d'ouvrir le feu, nous n'hésiterons pas à répondre et poursuivre notre offensive", a-t-il ajouté.


L'annonce de la réunion du cabinet de sécurité israélien est intervenue après d'intenses efforts diplomatiques au Caire, où Israël a dépêché son principal négociateur,Amos Gilad, deux fois en 48 heures.


Le Premier ministre israélien Ehud Olmert s'est dit "satisfait des résultats des pourparlers au Caire, qui ont répondu aux exigences de base d'Israël qui voulait une réponse ferme sur la fin des tirs de roquettes et un accord sur une coordination entre Israël et l'Egypte sur l'ouverture des points de passage" avec la bande de Gaza, a expliqué le responsable.


Selon la radio militaire israélienne, il est possible que M. Olmert se rende au Caire dimanche pour la signature d'un accord permettant la mise en place d'un mécanisme de surveillance international pour empêcher le flux d'armes vers la bande de Gaza.


Vendredi, la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice avait signé à Washington avec son homologue israélienne, Tzipi Livni, un accord bilatéral sur la contrebande d'armes et a dit espérer qu'un cessez-le-feu interviendrait "très, très bientôt".


En trois semaines d'offensive, près de 1.200 Palestiniens ont été tués, dont 410 enfants et 100 femmes, et plus de 5.285 blessés, selon les services d'urgence de Gaza. D'après le Centre palestinien des droits de l'Homme à Gaza, 65% des morts sont des civils.


Côté israélien, 10 militaires et trois civils ont péri durant la même période.


A New York, l'Assemblée générale de l'ONU a adopté à une large majorité une résolution exigeant un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza menant au retrait total des forces israéliennes. Le vote a été acquis par 142 voix pour, 6 contre et 8 abstentions. Les résolutions de l'Assemblée ne sont pas considérées comme contraignantes.


Avant l'annonce d'un possible cessez-le-feu unilatéral, le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, avait affirmé que le mouvement islamiste n'accepterait pas les conditions d'Israël pour un cessez-le-feu à Gaza, à l'occasion d'une réunion arabe à Doha consacrée à l'offensive israélienne.

 


Sources APF

Posté par Adriana Evangelizt

 

 Bombardement d'une école gérée par l'Onu le 17 janvier 2009 à Gaza  photo : Mohammed Abed , AFP

 

Publié dans SIONISME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article