Se préoccuper des susceptibilités juives, est-ce vraiment le moment ?

Publié le par Adriana Evangelizt



Se préoccuper des susceptibilités juives, est-ce vraiment le moment ?



Par Karin Friedmann et Joachim Martillo

Le blog de Karin Friedman



La chasse aux militants au motif d' « antisémitisme » est une diversion de la lutte contre la tyrannie juive. Dans mon précédent article, je traitais de la nécessité de se protéger contre les patterns juifs comportementaux destructeurs. Ces comportements sont acquis, et non innés.

Des organisations de propagande pro-israélienne comme le David Project vont jusqu’à proposer des ateliers de tactiques de défense linguistique agressive à utiliser chaque fois que quelqu’un utilise le mot ‘juif’ ou critique Israël : Manipulez en permanence la conversation afin que l’attention soit focalisée sur l’accusateur d’Israël. C’est une tactique d’intimidation psychologique qui vise à obliger la personne en question à s’excuser pour avoir heurté les sensibilités juives, ou pour avoir fait l’amalgame entre les juifs et les sionistes, ou encore pour avoir pensé que tous les sionistes sont à jeter. Les juifs ne semblent pas se tenir liés eux-mêmes par les mêmes standards moraux qu’ils entendent trouver chez les autres. Tous les Gentils sont tenus de montrer de la repentance pour l’Holocauste, et pourtant, tous les juifs ne sont pas tenus de s’excuser pour Israël [et puis il y a ce genre de marchandage œcuménique : les juifs acceptent les excuses des chrétiens, dès lors que ceux-ci ne critiquent pas Israël…]

L’argument-massue actuel des juifs semble être le suivant :

a) Tu es antisémite, car tu fais le lien entre le sionisme et le judaïsme.

b) Tu es antisémite, car tu ne reconnais pas le lien particulier entre Israël et la judaïté.

c) Tu ne saurais l’emporter !

d) Tu es dans le camp des mauvais !

e) Par conséquent, nous allons parler de ce que TU as fait, et non pas de ce que les juifs ont fait !

Ainsi, le gars socialement suicidaire qui est en train, courageusement, de faire ce qu’il y a à faire, c’est-à-dire de se battre contre le mal absolu, est bien souvent contraint de se sentir coupable et honteux et extrêmement seul, alors qu’en réalité, c’est le juif qui est celui qui devrait s’excuser au nom de ceux avec qui il/elle décide de s’identifier, et j’insiste sur le « décide », car « juif », c’est une identité choisie. Les juifs sont ceux qui se qualifient eux-mêmes tels. Personne ne sait si vous êtes juif ou non, tant que vous ne le mentionnez pas. Les juifs qui ne veulent pas être partie prenante dans l’hégémonie juive devraient être les premiers, sur la ligne de front, à demander la saisie des avoirs bancaires, l’emprisonnement et l’exécution publique des dirigeants sionistes qui ont fait au peuple palestinien ce que l’on voit, et ne parlons pas, par charité, de ce qu’ils ont fait à l’économie des Etats-Unis…

Les « juifs pour la paix » sont, pour la plupart coordonnés par le gouvernement israélien via les diverses organisations progressistes juives des Etats-Unis. Ils ont pour fonction de détourner le blâme des juifs en tant que groupe, en créant un faux alibi pour les responsables du génocide raciste. Au lieu de se confronter aux partisans du massacre de masse dans leur propre communauté, ils agissent en tant que représentants de la communauté juive, créant une fausse impression de non-soutien juif à Israël. En réalité, même les juifs pour la paix tendent à rejoindre l’extrême-droite dès lors qu’il s’agit de l’existence de l’Israël juif financé par les contribuables américains. Un exemple en est cette union agressive de Tikkun avec l’establishment néocon pour annuler un vote au conseil municipal sur la décision de désinvestir des fonds publics d’Israël adoptée par la municipalité de Somerville, au Massachussetts. Cette organisation sioniste (dite) de « paix » a délibérément induit en erreur l’opinion publique sur les questions soumises à un vote local au sujet du Droit au Retour des réfugiés palestiniens.

N’y allons pas par quatre chemins. L’existence d’Israël est dépendante de la perpétration d’un génocide au moyen de vos impôts. Toutes les agressions qu’Israël perpètre sont commises en défense de sa propre existence.

Par conséquent, eh bien, Israël ne devrait pas exister. Israël ne peut pas à la fois exister en tant qu’Etat juif ET rendre aux gens leurs maisons, tout en leur accordant le droit de vote, auquel ils ont droit en vertu du droit international.

Tout juif dont la famille a perdu sa maison en Allemagne ou en Pologne a le droit, de par la loi, de réclamer sa propriété. C’est là une notion élémentaire du droit de la propriété. Les droits de l’homme incluent les droits de la propriété. Les juifs doivent rendre ce qu’ils ont volé. L’existence d’Israël dépendait de la résolution 181 de l’Onu. L’existence d’Israël est conditionnée par le fait que les juifs doivent laisser les Palestiniens résider chez eux et leur accorder des droits de citoyennetés égaux. Cela ne s’est jamais produit. Quelques heures, seulement, après avoir voté cet accord, Israël était en train d’épurer ethniquement des centaines de milliers de Palestiniens, en 1948.

Bien des habitants de Gaza ont encore les titres de propriété de parcelles de terres de Sdérot. C’était leur terre, jusqu’à ce que des malfrats juifs ne les en eussent chassés manu militari. Les colons racistes qui vivent sur les biens volés à autrui à Sdérot n’ont strictement aucun droit à s’attendre à vivre en paix et en sécurité. Les Américains qui écoutent des juifs et des non-juifs leur avancer des arguments aussi racistes et génocidaires que fallacieux selon lesquels Israël aurait le droit de se défendre devraient avoir honte. Mais ils en sont loin, puisqu’ils vont jusqu’à exiger de vous que vous vous excusiez d’appeler un juif un juif.

Eh bien, non : je parle bien des juifs. Mon combat est contre l’establishment du pouvoir juif, et non pas contre les Israéliens en tant que tels.

Est-ce que, par hasard, une seule organisation juive soutient le droit à l’existence du Hamas ?

Quand des gens reconnaissent le « droit » d’Israël à exister, ou plus précisément, le « droit » des juifs à assassiner en masse et à piller des non-juifs dont les Américains, ils admettent une idéologie criminelle. L’existence d’Israël n’existe pas dans un vacuum. Elle est le résultat d’organisations juives américaines, ainsi, dans une large mesure, qu’européennes. Tous les Américains sont endoctrinés par les organisations juives américaines à travers les médias et Hollywood, et même le Pentagone se voit dicter tous ses plans stratégiques par les organisations juives.

Tout aussi inquiétant : presque tous les juifs américains subissent un processus d’endoctrinement, encore plus extrémiste, à l’intérieur de la communauté juive. Celui-ci comporte un entraînement à des tactiques de manipulation psychologique, visant à détourner le blâme des juifs dès lors que quelqu’un formule une évidence telle que, par exemple : « Les juifs sont en train de massacrer des Palestiniens ». Le truc consiste, à chaque fois, à amener la personne qui formule l’évidence à s’excuser pour avoir ne serait-ce que pensé que des juifs puissent être susceptibles de tuer des Palestiniens. Tous les témoins doivent être amenés à mépriser la personne énonçant l’évidence au motif qu’elle serait un raciste patenté. C’est là un jeu intéressant. Mais ça ne marche pas éternellement.

La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a strictement rien, derrière la façade juive, derrière les pièges linguistiques des messages à double tranchant. Comme par exemple, ces affirmations banales selon lesquelles on désirerait vivre en paix, accompagnées du refus absolu de faire ce qu’il faudrait faire pour être quelqu’un d’honnête, à savoir rendre aux Palestiniens leurs terres et leur donner des droits à la citoyenneté dans un pays. Peu importe comment vous appelez ça, mais c’est le strict minimum requis pour parvenir à la paix.

Une fois que vous avez amené les gens au point où ils admettent la vérité, à savoir que tous les êtres humains sont créés égaux et que par conséquent l’existence d’Israël est une idée exécrable, ils peuvent soit être d’accord avec vous, ou tenter de vous court-circuiter. Ceux qui savent qu’Israël est une erreur, mais qui ne luttent pas contre son existence, sont exactement comme tous ces Gentils (les non-juifs, ndt) que les juifs condamnent de manière routinière pour « n’avoir rien fait » contre l’Holocauste. Les progressistes juifs devraient cesser de servir de boucliers humains dans une surenchère de culpabilité afin d’empêcher les gens d’étudier les moyens de limiter le pouvoir juif.

La campagne de haine islamophobe actuelle n’a pas été inventée seulement par Israël. Non, elle a été initiée, coordonnée et diffusée aux Etats-Unis par les organisations juives. Chaque juif intégré à la communauté juive participe, d’une manière ou d’une autre, à l’agenda sioniste d’endoctrinement raciste. On les alimente par un déversement continu de propagande antimusulmane et anti-arabe, et on leur fait subir un lavage de cerveau jusqu’à ce qu’ils soient convaincus qu’Israël a le droit d’exister. Si vous n’êtes pas avec les génocidaires, alors pourquoi les protégez-vous ?

Il est loisible à tout un chacun de se soustraire au comportement juif organisé ; cela n’efface pas le fait réel et effrayant que ce crime violent organisé, destructeur, délibéré et bien financé, ainsi que ce racket d’extorsion est soutenu par tous les fantassins juifs bien-intentionnés qui sont simplement loyaux envers « Israël » ou au peuple juif sans savoir pleinement tout ce que cela implique.

Même lorsqu’on en devine le motif, il est difficile d’embrasser du regard l’ensemble du tableau. Une des raisons, c’est que, dans une société policée, nous ne sommes pas autorisés à débattre du racisme juif. A tout coup, un des petits fantassins de service ramène sa fraise, exigeant une exception à l’accusation globalisante envers les juifs. Mais cette police contre l’antisémitisme, bien loin de répondre d’une manière morale et appropriée, est exactement le comportement juif auquel les juifs ont été programmés par la B’nai B’rith Society. Le rabbin Lerner, qui n’a jamais mis les pieds dans les Territoires occupés, obtient ses « mises à jour » médiatiques et ses arguments de discussion du JCRC [Jewish Community Relations Council : Conseil des Relations publiques de la communauté juive]. Les sionistes de gauche sont formés et coordonnés afin d’assurer la couverture des juifs de droite. Ils n’ont même pas conscience du fait que leur comportement est cliniquement anormal et moralement failli.

Dans un article récent, le philosophe ex-israélien Gilad Atzmon écrit :

« L’Etat juif est la pire menace contre l’humanité et notre notion de l’humanisme. Le christianisme, l’Islam et l’humanisme ont tenté d’amender le fondamentalisme tribal juif et d’y substituer une éthique universelle. Les Lumières, le progressisme et l’émancipation ont permis aux juifs de se racheter de leurs traits tribaux suprématistes ancestraux. Depuis la mi-dix-neuvième siècle, beaucoup de juifs se libéraient de leurs chaînes culturelles et tribales. Mais, tragiquement, le sionisme a réussi à faire revenir de nombreux juifs au bercail. Actuellement, Israël et le sionisme sont les seules expressions collectives qui soient autorisées aux juifs.

Les douze jours écoulés d’offensive sans pitié contre la population civile palestinienne ne laisse aucune place au doute. Israël est bien le plus grave danger qui pèse sur la paix mondiale. Manifestement, les nations ont commis une erreur tragique, en 1947, n donnant à une identité racialement déterminée une opportunité de s’installer dans un Etat-nation. Toutefois, le devoir des nations, aujourd’hui, est de démanteler pacifiquement cet Etat avant qu’il ne soit trop tard. Nous devons le faire avant que l’Etat juif et ses lobbies tout-puissants dans le monde entier n’aient réussi à nous entraîner dans une guerre mondiale au « nom » d’une idéologie populiste banale ou d’une autre (démocratie, guerre au terrorisme, clash des cultures, et ainsi de suite). Nous devons nous réveiller maintenant, avant que notre seule et unique planète ne soit transformée en un furoncle de haine prêt à exploser. »

Je pense que, si un juif (une juive) veut vivre en Terre sainte, il (ou elle) doit accepter de vivre sous la loi d’une majorité : le pouvoir du Hamas. Un Etat islamique moderne, dont la Constitution inclurait une Constitution pour les non-musulmans, est, de fait, la seule option viable pour une paix dans la Palestine Historique. Le Hamas a absolument tous les droits, d’après le droit international, de lutter contre la puissance d’occupation, y compris en balançant des bombes par-dessus la Muraille d’Apartheid. Israël n’a strictement aucun droit à imposer un siège à une quelconque population civile, l’empêchant de rejoindre ses lieux de travail, de s’approvisionner en nourriture ou d’obtenir des services médicaux. Israël n’a aucun droit à édifier une quelconque muraille.

J’ai traversé de bout en bout toute cette pseudo-indignation juive lors des massacres de Jenin, et il est très difficile de m’avoir, aujourd’hui. Parmi les diverses tendances de la pensée juive, du racisme condescendant de Tikkun jusqu’au mouvement ouvertement agressif des colons, il n’y a rien qui me convienne.

Mon but, c’est de mettre un terme au mal ; pour cela, il est nécessaire d’observer le mal, et de l’analyser, et non pas de se contenter de passer son chemin en disant : « quel malheur ! »

Il y a différents niveaux, dans la culpabilité. Il y a :

Ceux qui commettent des atrocités ;
Ceux qui justifient les atrocités ;
Ceux qui dénient les atrocités ;
Ceux qui tirent profit des atrocités ;
Ceux qui participent à une société qui autorise des atrocités…

Aussi, réitérons les évidences :

Israël n’a AUCUN « DROIT » à exister, ni aucun « droit » à se défendre.

Les Nations Unies ont le droit de démanteler Israël.

Quand Israël dit qu’il veut éradiquer le Hamas, il signifie, de fait, quiconque pourrait avoir un jour voté pour le Hamas.
Autant dire : tous les Palestiniens.

Les Palestiniens ONT le droit de lancer des roquettes contre un occupant.

Nous sommes engagés dans un génocide, dès lors que nous négligeons d’employer le mot Palestine dans nos propos.

ASSUREMENT, nous avons besoin d’une bonne stratégie pour éradiquer la tyrannie juive !

Sources
ISM

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans SIONISME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article