Israël ou le permis de tuer … en masse

Publié le par Adriana Evangelizt





Israël ou le permis de tuer ... en masse


par Anwar Patel



"Le monde à l'envers nous apprend à subir la réalité au lieu de la changer, à oublier le passé au lieu de l'écouter et à accepter l'avenir au lieu de l'imaginer." Eduardo Galéano

Si ce n'était le lourd tribut d'innocents, de femmes et d'enfants tués chaque jour en toute impunité par Tsahal, les quelques gesticulations diplomatiques sur la grande scène de théâtre du monde, cette valse sans fin dont on nous bassine les oreilles depuis le déclenchement de ces attaques, prêteraient à sourire.

On le sait depuis fort longtemps, et à plus forte raison les diplomates qui sont en principe les mieux informés de la situation (à moins de se payer nos têtes), l'Etat Hébreu fort du soutien de son allié et complice de toujours, les Etats-Unis (ce ne sont pas les dernières élections qui changeront les choses), n'en n'ont cure des discours et des négociations. Avec ces gens là on ne négocie pas, ils imposent et toute tentative de discussion pour faire entendre raison, pour rétablir un tant soit peu un
minimum de justice, est vouée à l'échec. Oser s'opposer et résister à leur dessein et à leur stratégie meurtrière, c'est prendre le risque d'être érigé en voyou ou en terroriste contre lesquels il conviendra de mobiliser par le jeu des propagandes habituelles une opinion publique cependant plus difficile à convaincre.

Quant à compter sur l'appui des actuels monarques du Golfe, les peuples du Moyen Orient ont perdu toute illusion de les voir esquisser un moindre geste efficient de solidarité à leur égard, tant ceux-ci sont préoccupés à préserver leurs intérêts, à exploiter les travailleurs asiatiques en leur fournissant des conditions de vie misérables, leur passeport confisqué, dans la plus parfaite des injustices. Ce ne sont pas les projets pharaoniques actuels des Emirats sur lesquels on est prompt à esquisser de grands soupirs ébahis et admiratifs qui viendront démentir cette triste réalité, loin s'en faut. Une tour de plus de 800 mètres de haut nous montre ainsi que l'indécence n'est pas encore pris de vertige …

Le glissement médiatique du traitement de l'information sur les nouvelles attaques de l'armée israélienne ces derniers jours n'a pas échappé à bons nombres d'observateurs. En effet, pour cautionner cette énième agression, il fallait bien donner l'impression qu'il s'agit d'une réaction légitime de défense. Et pour que ce discours soit ainsi rendu crédible, il fallait lui donner un ennemi à la mesure. On en est donc venu à multiplier les reportages sur ces foyers israéliens « terrorisés » et
vivant dans la hantise de recevoir les roquettes - de fortune – des « terroristes » (de la résistance) du Hamas ! Les enfants de Sdérot vivent donc dans la peur !!!

Dans cette agression que perpétue les gouvernements successifs d'Israël depuis des décennies en Palestine, il existe une alternative pour avoir une vue sur la réalité toute autre du terrain au quotidien. Avec internet, nous avons aujourd'hui des témoignages, une autre vision des crimes, impunis certes et qui le resteront on le sait bien, mais qu'il devient de plus en plus difficile à cacher au monde, sauf à éliminer les observateurs gênants peut-être ou à empêcher la presse coûte que coûte à être
présente ! Cette réalité poignante d'un peuple qui subit en toute impunité une politique de colonisation brutale doublée d'une stratégie d'épuration ethnique lente, sournoise et méthodique. Un peuple à qui il n'est même pas donner d'accéder aux droits humains les plus élémentaires …

C'est une constante lorsqu'il s'agit de l'Etat Hébreu, la « Communauté Internationale », cette masse informe, est soudainement prise d'un accès d'immobilisme et d'amnésie sélective. On se souvient en effet que Sharon a été réhabilité par les élections malgré les massacres perpétrés notamment à Sabra et Shatila en 1982. Pire même, il a été toujours soutenu par nos grandes démocraties promptes à donner des leçons au monde (musulman ?) sur les vertus de notre forme représentative du pouvoir qui montre aujourd'hui ses limites lorsque les peuples sont sous l'influence d'une information tronquée, d'une communauté internationale inapte à aller au-delà des discours de condamnation et de compassion pour faire cesser ces massacres inqualifiables. La bonne conscience est sauve !!

Au demeurant cela est une question de circonstance. Qu'un pays musulman aurait accompli le centième de ce qu'a commis l'Etat Hébreu rien qu'en Palestine, en Syrie ou au Liban, et on aurait vu les même diplomates céder la place à la pression de la force. Il suffit de regarder ce qui s'est passé en Afghanistan et en Irak où il a même fallu inventer un mensonge, aujourd'hui avéré, pour pouvoir attaquer « par anticipation » ce pays et mettre à genoux un peuple déjà exsangue après une longue
peine d'embargo imposée injustement et qui a causé là aussi de nombreux morts d'innocents. Cela s'appelle tout simplement une politique du deux poids, deux mesures dans une histoire qui se répète. « Le langage en politique est conçu pour que les mensonges sonnent vrai, que le meurtre paraisse respectable et pour donner une apparence de solidité à du pur vent », jamais cette citation de George Orwell n'aura apparu aussi cruellement démonstrative dans la réalité qui nous est livrée
aujourd'hui !

N'avait-on pas promis un monde plus juste pour bannir à jamais le risque d'un autre « 11 septembre » ? Les attitudes actuelles des puissants tendent à tordre le cou à cette pieuse déclaration. Un mensonge de plus à digérer hélas. Et comme l'individualisme du marché a fait voler en éclat la conscience critique des peuples pour assoupir le moindre feu de révolte, nous sommes les témoins contemporains de ce jeu de massacre à répétition, comme l'ont été ceux avant nous, convaincus de
leur impuissance à faire changer le cours des choses. Un jour, ne faudra-t-il pas répondre de nos démissions ?

Alors rien que pour dire NON au carnage, au nom de nos consciences humaines, sortons de nos demeures pour dire encore NON à l'injustice, pour dire OUI à la paix, pour crier fort notre détermination pour ne plus voir des enfants allongés la tête gisant dans la poussière et le sang. Ne laissons pas les salauds « terminer le travail » dans le temps qui leur a été imparti par ceux qui pensent avoir le pouvoir pour l'éternité. Non, la fin de l'Histoire ce n'est pas tant d'inhumanité qu'il nous est donné d'accepter sans broncher…


Sources
Zarabes

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans SIONISME

Commenter cet article