Le comportement de certains palestiniens envers le Hamas

Publié le par Adriana Evangelizt

Pour dire comme ils sont malins. Ils arrêtent le porte-parole du Hamas avec 639 000 euros alors que c'est pour le Peuple Palestinien et ils trouvent le moyen de lui prendre l'argent. Aucune solidarité. Aucune réflexion. Aucune initiative personnelle. Le Hamas se démène comme un diable pour trouver du fric et les sortir de la merde et encore il lui enfonce le couteau dans le dos. Si ça avait été des israéliens qui l'avait arrêté, on aurait compris mais des palestiniens, franchement... d'ailleurs, comment ont-ils su qu'il avait cet argent ?

639 000 euros introduits sous le manteau
Le Hamas tente de contourner le « siège financier » occidental


Le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a été brièvement interpellé hier au point de passage de Rafah, entre l'Égypte et la bande de Gaza, en possession de 639 000 euros dissimulés sous ses vêtements. La réaction du président palestinien, Mahmoud Abbas, n'a pas tardé : il a demandé au procureur général, Ahmad Moughani, de diligenter une enquête. M. Abou Zouhri a regretté d'avoir à utiliser de « tels moyens », mais a assuré que le « peuple palestinien subissait un siège et est affamé ». Il n'a pas indiqué quelle devait être la destination exacte de cet argent. Sur le terrain, de nouveaux heurts ont opposé partisans du Fateh et du Hamas.



Abbas demande au procureur général de diligenter une enquête
Le Hamas tente d'introduire clandestinement des fonds à Gaza



Un haut responsable du Hamas a été interpellé hier à la frontière palestino-égyptienne en tentant d'introduire clandestinement des fonds dans la bande de Gaza. La réaction du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, n'a pas tardé : il a demandé au procureur général de diligenter une enquête.

Le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a été brièvement interpellé hier à la mi-journée au point de passage de Rafah, entre l'Égypte et la bande de Gaza, en possession de 639 000 euros dissimulés sous ses vêtements. « Sami Abou Zouhri revenait de l'étranger et était en possession de 639 000 euros dans une ceinture qu'il portait sur lui », a déclaré à l'AFP un haut responsable palestinien au point de passage. « Je transportais une somme d'argent, des dons faits par notre peuple à l'étranger pour le peuple palestinien, mais malheureusement certaines personnes travaillant au point de passage ont saisi ces fonds », a affirmé M. Abou Zouhri. Il a regretté d'avoir à utiliser de « tels moyens », mais a assuré que le « peuple palestinien subissait un siège et est affamé ». Il n'a pas indiqué quelle devait être la destination exacte de cet argent. « Le président Abbas a ordonné au procureur général d'ouvrir une enquête et d'interroger Sami Abou Zouhri sur l'origine de cet argent », a affirmé une source à la présidence palestinienne.

M. Abou Zouhri a été relâché après l'intervention de Ghazi Hamad, le porte-parole du gouvernement et un conseiller politique du Premier ministre, Ismaïl Haniyeh. « Ceux qui passent ici sont autorisés à être porteurs d'environ 2 000 US dollars. S'ils ont plus, ils doivent le déclarer, dire quelle est l'origine de la somme et quelle est sa destination », a indiqué à l'AFP un porte-parole de la force d'observation européenne à Rafah, Julio de la Guardia. M. de la Guardia a précisé que l'argent avait été remis au procureur général, Ahmad Moughani.


Dans ce contexte de tensions avec le Hamas, M. Abbas rencontrera demain la chef de la diplomatie israélienne, Tzipi Livni, et le vice-Premier ministre israélien, Shimon Peres, à Charm el-Cheikh en Égypte. Il s'agira de la première rencontre officielle entre Israël et l'Autorité palestinienne depuis la victoire électorale du Hamas en janvier.

Sur le terrain, des heurts interpalestiniens ont opposé hier des policiers proches du Fateh à la force paramilitaire du gouvernement Hamas, qui vient d'être déployée à Gaza. Après un face-à-face tendu jeudi entre les deux camps à Gaza, des heurts ont éclaté dans la nuit blessant 2 membres de la police, traditionnellement acquise au Fateh de M. Abbas, et un paramilitaire du
mouvement rival Hamas. Mercredi, des auxiliaires armés de la police appartenant à une nouvelle force de 3 000 hommes sous les ordres directs du ministre de l'Intérieur, Saïd Siam, ont été déployés dans Gaza, malgré l'opposition de M. Abbas qui a, en guise de contrepoids, décidé jeudi de renforcer à Gaza la présence des services de sécurité contrôlés par le Fateh. « Nous ne reviendrons pas sur notre décision » de mettre en place cette nouvelle unité, a assuré hier M. Haniyeh.

Cette situation tendue a amené les États-Unis à appeler à placer les groupes armés dans les territoires palestiniens sous la seule autorité de M. Abbas. « C'est une situation très dangereuse. Il est aussi vrai que beaucoup de Palestiniens innocents sont pris dans les violences et la criminalité qui continuent d'être un problème dans les territoires palestiniens », a déclaré jeudi soir la secrétaire d'État US, Condoleezza Rice. En réponse, M. Abbas a assuré hier que l'Autorité palestinienne « n'a qu'une seule tête ». Il a également appelé la communauté internationale « à donner plus de temps au Hamas » et l'UE à trouver, « dans les plus brefs délais », un nouveau mécanisme d'acheminement de l'aide aux Palestiniens.


Sur cette question, plusieurs milliers de personnes ont manifesté hier dans le camp de réfugiés de Jabaliya, à Gaza, en soutien au gouvernement du Hamas.
Dans la ville de Gaza, des centaines d'autres partisans se sont rassemblés sur la plus importante place de la cité, où le Hamas a récolté des dons de Palestiniens.

Sources : LORIENT LE JOUR

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans HAMAS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
mmmmmmmmmmmmmmmh!!!!!!
Répondre