Abbas adopte la fillette orpheline de la plage

Publié le par Adriana Evangelizt

Et comme si le malheur des gens ne suffisaient pas, nous avons lu sur le site de Guysens que les obus qui auraient tué les 7 palestiniens ne seraient pas israéliens mais palestiniens. Le cynisme et la cruauté sont bien l'apanage des sionistes. Même avec les crimes sous les yeux, ils nient. Nous, voyez vous, quand nous avons fait une faute, nous n'avons pas honte de reconnaître les faits. Nous n'accusons pas les autres à notre place. Il y a deux catégories de personnes, ceux qui sont clairs et ceux qui sont noirs dans l'âme. Il serait bien qu'un jour tout le monde soit clair. Car ceux qui sont noirs font rejaillir l'opprobre, le déshonneur et le ressentiment des autres sur ceux qui sont clairs. Que celui qui a des oreilles entende...

 

Les images des victimes du bombardement choquent les Israéliens

Abbas « adopte » une fillette dont la famille a été tuée sur la plage de Gaza

Le président palestinien Mahmoud Abbas a décidé d’adopter la petite Houda Ghalya, 10 ans, dont la famille a été tuée vendredi dans un bombardement israélien sur une plage de la bande de Gaza. « Je considère désormais cette enfant comme ma propre fille », a déclaré M. Abbas en recevant l’orpheline à son bureau de Gaza. « Cette enfant a perdu toute sa famille. Qu’a-t-elle fait pour mériter cela ? Il s’agit sans aucun doute d’un crime contre l’humanité », a-t-il ajouté.

Houda Ghalya est l’unique survivante de sa famille tuée sur la plage d’al-Soudania, au nord de Gaza. Son père Ali, sa mère Raïssa et ses trois frères et sœurs âgés d’un an et demi, trois ans et dix ans ont trouvé la mort dans le bombardement israélien. Les télévisions du monde entier ont largement diffusé des images bouleversantes de la petite Houda criant sa douleur devant le cadavre de son père sur la plage. Le bombardement a fait au total huit morts. Ces images ont d’ailleurs suscité hier le choc et les interrogations de la presse israélienne. « Tragédie sur la plage de Gaza » titre le quotidien à grand tirage Yediot Aharonot, avec une photo en une de la fillette hurlant sa douleur en serrant contre elle un vêtement ensanglanté. « La vision de la fillette de la plage de Gaza, dont la vie a été mise en lambeaux sous nos yeux, doit nous tirer de la torpeur dans laquelle nous sommes plongés depuis des années », affirme l’écrivain israélien David Grossman, l’une des grandes voix du camp de la paix, dans une tribune du Maariv. « L’armée israélienne jadis audacieuse et inventive fonctionne depuis des années comme un piston stupide, assénant ses coups aux Palestiniens les uns après les autres avec pour seul résultat d’exacerber leur humiliation, leur colère et leur désir de vengeance. »

Sources : LORIENT LE JOUR

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article