BDS : L’Iran doit rompre ses liens avec Veolia et Alstom

Publié le par Adriana Evangelizt

On voit là encore l'hypocrisie, on critique l'Iran mais on fait des affaires avec elles. Quel nom donner à ces individus ? Devant tout le monde, ils font la fine gueule pour complaire aux Zionistes et par derrière, l'argent n'a pas d'odeur. Monde pourri. Monde voué à s'éteindre sous peu. La déliquescence des valeurs est telle que notre Terre ressemble à un cloaque puant où tous les peuples étouffent.



BDS : L'Iran doit rompre ses liens avec Veolia et Alstom



Ce mardi, les associations de la société civile palestinienne ont demandé à Téhéran de couper ses liens avec deux sociétés françaises qui exploitent les activités de colonies israéliennes en Cisjordanie occupée.

Un jour après que e président iranien Mahmoud Ahmadinejad ait été sous les feux de l’actualité en ayant critiqué Israël lors d’une conférence des Nations unies à Genève, la Campagne palestinienne pour le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions (BDS) a critiqué l’Iran pour ses liens commerciaux avec les sociétés françaises Veolia Environnement et Alstom.


Selon le Tehran Times, la municipalité de Téhéran est engagé dans des négociations avec Veolia Environnement pour le développement du système de transport urbain de la ville .


Alstom dispose d’un siège à Téhéran et a obtenu un certain nombre de grands contrats, dont un contrat de 192 millions d’euros en 1999 avec l’Iran pour l’amélioration des chemins de fer, et plus 375 millions d’euros en 2002 pour un contrat de fourniture à l’Iran de 50 turbo compresseurs.


Les deux entreprises sont les investisseurs impliqués derrière le consortium Citypass qui a remporté en 2002 un appel d’offres lancé par les autorités israéliennes pour une ligne de tramway qui relie Jérusalem aux colonies de peuplement en Cisjordanie occupée. Le consortium est responsable de la construction, de l’exploitation et de la maintenance du système pour une période de 30 ans.


Le Comité national palestinien BDS (BNC) a demandé à Téhéran de « prendre les mesures nécessaires pour interdire tout contrat et toute opération en faveur de Veolia et Alstom ou de leurs filiales dans le pays. »

Alstom et Veolia ont déjà été la cible de campagnes de boycott dans les pays européens. En 2006, la Banque néerlandaise ASN a décidé d’exclure Veolia de son portefeuille à cause des activités de l’entreprise dans la partie occupée de Jérusalem.


En 2008 l’entreprise a perdu un appel d’offres pour un contrat sur une durée de huit ans et une valeur de 3,5 milliards d’euros à Stockholm, en partie en raison d’un fort ressentiment public contre la société pour sa participation au projet ferroviaire de Jérusalem.


Plus tard, le gestionnaire suédois de fonds de pension AP7 a placé Alstom sur sa liste noire, en partie pour sa participation au projet de Jérusalem.


Il y a moins d’une semaine, Veolia a perdu un contrat de 750 millions d’euros à Bordeaux, en France, après une campagne de militants pro-palestiniens.


Le discours du président Ahmadinejad à l’ONU lors de « la Conférence d’examen de Durban contre le racisme [Durban II] » a déclenché une sortie des diplomates européens [pro-israéliens] et a entraîné la condamnation des responsables israéliens et occidentaux [pro-israéliens].


Ahmadinejad a dénoncé Israël comme étant « le plus cruel et plus raciste des régimes » lors de son discours.

Sources
Info Palestine

Publié dans ISRAEL IRAN

Commenter cet article