Les assassinats continuent

Publié le par Adriana Evangelizt

Encore une « bavure » israélienne à Gaza : 17 tués et blessés dont plusieurs enfants

L’État hébreu mène un raid meurtrier au nord de Gaza tuant trois Palestiniens, dont deux enfants

Alors que le président palestinien Mahmoud Abbas mettait en garde hier les groupes armés contre la poursuite des tirs de roquettes contre Israël, rendant ces groupes responsables d’éventuelles représailles, l’État hébreu a mené un raid aérien meurtrier à Gaza tuant 3 enfants palestiniens et blessant 14 autres personnes. Selon une source militaire israélienne, cette attaque « visait principalement Imad Abou Hamad, un chef local des Brigades, qui servait comme officier de liaison entre les Brigades et la milice chiite du Hezbollah », au Liban. Cette nouvelle « bavure » intervient 48 heures avant une rencontre « informelle » prévue pour la première fois entre M. Abbas et le Premier ministre israélien Ehud Olmert en Jordanie, en présence du roi Abdallah II. Parallèlement, le sommet qui était prévu aujourd’hui entre le président égyptien Hosni Moubarak et son homologue syrien Bachar el-Assad a été reporté à une date non précisée.

Alors qu’un nouveau round de dialogue interpalestinien censé mettre fin à la crise politique touchait hier à sa fin, le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé les groupes armés à « cesser immédiatement » les tirs de roquettes contre Israël. L’État hébreu a par ailleurs mené un raid meurtrier hier dans la bande de Gaza, tuant trois Palestiniens, dont deux enfants.

Le président Abbas « appelle tous les groupes armés à cesser immédiatement les tirs de roquettes et à respecter pleinement la trêve », selon un communiqué officiel. « Toute faction qui ne respecterait pas la trêve porterait l’entière responsabilité des destructions et des victimes qui résulteraient d’une agression israélienne dans la bande de Gaza », poursuit le communiqué. Israël a menacé les groupes armés palestiniens d’une action d’envergure dans la bande de Gaza si les tirs de roquettes contre son territoire continuent. M. Olmert, le ministre de la Défense Amir Peretz « et moi-même sommes parvenus à la conclusion que personne ne sera à l’abri si le terrorisme des (roquettes) Qassam continue », avait affirmé hier le président de la commission parlementaire des Affaires étrangères et de la Défense, Tzahi Hanegbi.

Olmert renouvelle ses menaces contre le Hamas
M. Olmert a également renouvelé ses menaces implicites hier contre le mouvement islamiste Hamas au pouvoir. « Il n’y aura pas d’immunité pour quiconque est impliqué dans le terrorisme, peu importe ce qu’il fait et à (quel mouvement) il appartient », a déclaré M. Olmert devant le 35e congrès sioniste mondial à Jérusalem.
Hier, un nouveau tir de roquette, revendiqué par le groupe radical Jihad islamique, a visé Sdérot, au moment où le maire, Elie Moyal, un dirigeant du Likoud (opposition de droite), appelait ses 20 000 administrés à observer une grève illimitée. Un peu plus de 600 roquettes sont tombées sur Sdérot, dans le désert du Néguev (Sud), depuis septembre 2000, faisant cinq tués et des dizaines de blessés, selon un porte-parole militaire. La veille, M. Peretz, le numéro un travailliste, avait laissé entendre qu’Israël pourrait répondre massivement aux tirs de roquettes. « Nous n’avons pas l’intention de tergiverser (...) Dans quelques dizaines d’heures, il y aura un changement drastique au niveau sécuritaire, et aucun des membres des groupes terroristes ne pourra jouir de l’immunité », a-t-il déclaré. M. Peretz a cependant ordonné la suspension des bombardements de l’artillerie, à la suite d’une explosion imputée à celle-ci par les Palestiniens, ce qu’elle nie. Le drame s’est soldé le 9 juin par la mort de huit civils palestiniens sur une plage de Gaza.
Hier, deux enfants et un adolescent ont été tués et 14 personnes blessées, dont cinq enfants, dans une attaque aérienne israélienne qui a visé des membres d’un groupe armé à bord d’une voiture au nord de Gaza, selon des sources médicales et sécuritaires palestiniennes. Les deux enfants tués dans l’attaque, survenue entre la ville de Gaza et Jabalia, sont un garçon de 5 ans, Mohammad Jamal Roqa, et une fillette, Sania al-Charif, 6 ans. La troisième victime est un adolescent de 16 ans, Bilal al-Hissi. Parmi les enfants blessés, âgés de trois mois à 12 ans, trois sont grièvement atteints.
L’armée israélienne a confirmé « une attaque contre un véhicule transportant des membres des Brigades des Martyrs d’al-Aqsa (groupe armé lié au Fateh de M. Abbas) impliqués dans la planification d’attaques contre Israël ». Les deux activistes qui se trouvaient à bord du véhicule visé ont réussi à s’enfuir, selon les sources palestiniennes. Ces nouveaux décès portent à 5 113 le nombre de personnes tuées depuis le début de l’intifada en septembre 2000, dont une grande majorité de Palestiniens, selon un bilan établi par l’AFP.

Rencontre Olmert-Abbas demain à Pétra
Par ailleurs, MM. Abbas et Olmert s’apprêtent à se rencontrer en Jordanie pour la première fois demain, en présence du roi Abdallah II à Pétra, selon le palais royal à Amman. La rencontre se tiendra en marge du forum intitulé « Pétra II : un monde en danger », auquel participent 25 lauréats du prix Nobel et une trentaine d’autres personnalités mondiales. Selon un haut responsable du palais royal à Amman, « le roi recevra jeudi à un petit-déjeuner MM. Abbas et Olmert, en présence du vice-Premier ministre thaïlandais (Chidchai Vanasathidya) et du prix Nobel de la paix Elie Wiesel » de la Fondation pour l’humanité qui cosponsorise le forum des prix Nobel.

Le Hamas réaffirme qu’il ne reconnaîtra pas Israël
L’annonce de cette rencontre survient alors que des représentants des factions palestiniennes, dont le Fateh de M. Abbas et le Hamas du Premier ministre Ismaïl Haniyeh, tentent de finaliser un accord scellant un deuxième round de « dialogue national ». Ce nouveau round expire en principe aujourd’hui. Cependant, un membre du bureau politique du Hamas a réaffirmé hier soir au Caire que son mouvement ne reconnaîtrait pas Israël et qu’il rejetait le référendum sur un document dit « d’entente nationale » comportant une reconnaissance implicite de l’État hébreu.

Sources : Lorient le jour

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article