Le discours du pape à Yad Vashem n'a pas plus en Israel

Publié le par Adriana Evangelizt

Ca ne va jamais de toute façon. Si vous ne passez pas la brosse à reluire aux sionistes, rien ne va. Il aurait fallu que le pape s'applatisse, ça leur aurait fait plaisir. Il n'en a pas dit assez. Mesquinement ils rappellent son "embrigadement" dans les jeunesses hitlériennes comme s'il y était pour quelque chose ! Comme si on demandait aux soldats israéliens leur avis lorsqu'ils sont appelés dans l'armée pour "casser" du Palestinien. De gré ou de force, il faut qu'ils y aillent. Comme nos soldats sont en Afghanistan alors qu'ils s'en seraient bien passé. Bref, y'a toujours polémique dans tous les domaines, histoire d'emmerder le monde. On se demande bien d'ailleurs pourquoi le pape est allé là-bas. Ce n'était pas vraiment nécessaire quand on sait ce que subissent les chrétiens.



Benoît XVI visite les lieux saints de Jérusalem



par Douglas Hamilton et Jeffrey Heller




JERUSALEM (Reuters) - Benoît XVI a effectué mardi une visite des lieux saints de Jérusalem, au coeur du conflit israélo-palestinien, au cinquième jour d'un voyage en Terre sainte qui n'échappe pas à la controverse.


Après un entretien avec le Grand Mufti de Jérusalem, le plus haut dignitaire religieux des musulmans palestiniens, sur le Dôme du Rocher qui domine la Vieille Ville, Benoît XVI s'est rendu au pied du Mur des Lamentations, où il a prié, debout, pendant plusieurs minutes.

En présence du mufti, Benoît XVI a rappelé les racines communes des grandes religions monothéistes dans l'histoire d'Abraham et de Jérusalem.


Le Dôme du Rocher, appelé aussi mosquée d'Omar, a été bâti au VIIe siècle là où, selon la tradition, Abraham s'apprêtait à sacrifier son fils avant que sa main ne soit retenue par un ange, et d'où le prophète Mahomet est monté au Ciel.


Le Mur des Lamentations, principal lieu saint de la religion juive, serait une partie de l'ancienne muraille du second temple de Jérusalem, détruit par les Romains en 70 après J-C.


Comme le veut la tradition, le pape a glissé un morceau de papier entre les interstices du mur avec un message où l'on pouvait lire notamment: "Envoyez votre paix sur cette Terre sainte, sur le Moyen-Orient, sur toute la famille humaine."


La mosquée al Aksa, se dresse également sur le Mont du Temple, ou l'Esplanade des mosquées. La traversée de ce site en 2000 par le futur Premier ministre Ariel Sharon avait été le déclencheur de la deuxième intifada contre l'occupation israélienne.


Benoît XVI devait se rendre ensuite sur le site où la tradition situe la Cène, le dernier repas de Jésus avec ses disciples avant sa crucifixion et sa résurrection.


Le chef de l'église catholique célèbrera ensuite la messe dans le jardin de Gethsémané, au pied du Mont des Oliviers, où la tradition situe l'arrestation du Christ.


DÉCEPTION APRÈS YAD VASHEM


Lundi, le discours du souverain pontife au Yad Vashem, érigé en mémoire des six millions de victimes de l'Holocauste, a suscité la déception en Israël, tandis qu'un discours anti-israélien prononcé en présence de Benoît XVI par un dignitaire religieux palestinien a provoqué la colère aussi bien du Vatican que des Israéliens.


Benoît XVI a saisi l'occasion de sa visite à Yad Vashem pour affirmer qu'il ne faudrait jamais oublier "l'horrible tragédie de la Shoah".


Dans une interview radiophonique, le président du parlement israélien, Reuven Rivlin, a regretté que le pape ait parlé à Yad Vashem "comme un historien".


Le rabbin Israël Meïr Lau, président du Conseil du Yad Vashem, a déploré que le pape n'ait présenté aucune excuse pour l'affaire Richard Williamson - l'excommunication de ce prélat britannique qui avait nié l'existence des chambres à gaz a été levée en janvier par le Saint-Siège - et n'ait exprimé "aucun mot de regret" pour la responsabilité de son pays d'origine et du régime nazi dans l'Holocauste.


"Avec tout le respect dû à Sa Sainteté, on ne peut ignorer le fardeau qu'il porte, en tant que jeune Allemand ayant rejoint les Jeunesses hitlériennes et en tant qu'adulte ayant rejoint l'armée d'Hitler, qui a été un instrument de l'extermination", a déclaré Reuven Rivlin.


Né Joseph Ratzinger, le pape allemand Benoît XVI a été membre des Jeunesses hitlériennes, quand l'adhésion était obligatoire, avant d'être enrôlé dans les forces allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale.


Yad Vashem est depuis des années une source de friction entre juifs et catholiques. Son musée, où Benoît XVI ne s'est pas rendu, contient une photo du pape Pie XII avec une légende déclarant qu'il est resté neutre pendant la guerre. Le Vatican affirme que Pie XII a travaillé secrètement pour sauver des juifs des camps d'extermination.


Benoît XVI souhaite aussi un rapprochement avec les musulmans avec qui les relations sont tendues depuis son discours de Ratisbonne en 2006, interprété comme très critique vis-à-vis de l'islam.


Le pape doit se rendre mercredi à Bethléem, lieu de naissance présumé du Christ, en Cisjordanie, où il rencontrera le président palestinien Mahmoud Abbas et visitera un camp de réfugiés.


Version française Danielle Rouquié, Jean-Stéphane Brosse

Sources
Le Monde

Publié dans Religion

Commenter cet article