Paix au PO: Paris et Washington sur la "même longueur d'onde"

Publié le par Adriana Evangelizt




Paix au PO: Paris et Washington sur la "même longueur d'onde"



TEL-AVIV - La France et les Etats-Unis sont "exactement sur la même longueur d'onde" concernant le processus de paix au Proche-Orient, a affirmé dimanche un conseiller du président français Nicolas Sarkozy.


"On est exactement sur la même longueur d'onde" avec les Etats-Unis, a déclaré à l'AFP Henri Guaino, conseiller spécial du président Nicolas Sarkozy, à la veille de la première rencontre à Washington entre le président américain Barack Obama et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu depuis l'entrée en fonctions des deux hommes.


"Jamais les positions de l'Europe, de la France et des Etats-Unis n'ont été aussi proches", a-t-il ajouté à Tel-Aviv, où il participait à un colloque sur Israël et les défis stratégiques au Proche-Orient.


"Il n'y a jamais eu autant de raison d'espérer", a ajouté M. Guaino, affirmant que la position des Etats-Unis était "tout a fait différente de ce qu'elle était il y a quelques mois."


"Paradoxalement, les conditions n'ont jamais été aussi bonnes pour trouver une solution, car le monde entier est prêt à trouver une issue. La solution est qu'il y ait un Etat palestinien aux côtés d'un Etat d'Israël", a-t-il dit, en référence au plan de paix élaboré par le Quartette international pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Union européenne, Russie et ONU).


La rencontre clé entre Barack Obama et Benjamin Netanyahu se déroule sur fond de désaccords sur le règlement du conflit au Proche-Orient, le chef du gouvernement israélien refusant d'endosser la création d'un Etat palestinien coexistant avec Israël. M. Obama insiste en revanche sur une "solution à deux Etats" pour résoudre le conflit israélo-palestinien.


"Nous arrivons à un moment crucial, on ne peut plus attendre, il faut en finir avec les souffrances" chez les deux peuples, a encore dit M. Guaino. "Tout le monde veut la paix, tout le monde veut que les Palestiniens aient un Etat et tout le monde ne veut pas qu'on reparte de zéro en ce qui concerne l'ensemble des négociations et des acquis", a-t-il estimé.


Il a affirmé que la paix devait "être fondée sur le sentiment de justice" pour les Palestiniens, tout en assurant que la France serait "toujours aux côtés du peuple israélien pour garantir sa sécurité."


Sources Romandie 
 

Publié dans LA FRANCE COMPLICE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article