Obama et Netanyahu campent sur leurs positions

Publié le par Adriana Evangelizt





Obama et Netanyahu campent sur leurs positions



A l'issue de sa rencontre avec le premier ministre israélien lundi, le président américain a réitéré son appel à la création d'un Etat palestinien. Benjamin Netanyahu a de nouveau posé comme condition à la reprise des négociations la reconnaissance par les Palestiniens d'Israël comme un Etat juif.

Une réunion au sommet qui n'a débouché sur une aucune avancée. A l'issue de leur rencontre lundi, Barack Obama et Benjamin Netanyahu sont toujours aussi divisés sur la question d'un Etat palestinien. Tandis que le président américain a réitéré son soutien à cette solution à deux Etats «dans l'intérêt de tous», le premier ministre israélien n'a toujours fait nulle mention d'un Etat palestinien proprement dit. Parlant en des termes peu explicites, Benjamin Netanyahu s'est seulement déclaré prêt à envisager un «arrangement» dans lequel Israéliens et Palestiniens vivraient côte-à-côte.


Le chef du Likoud s'est ainsi dit prêt à une reprise immédiate des négociations entre Israéliens et palestiniens à condition que la sécurité d'Israël soit assurée et que lees Palestiniens reconnaissent Israël comme un Etat juif. Une exigence que ces derniers ont toujours rejetée jusqu'à présent, redoutant les conséquences d'une telle promesse sur le dossier du retour des réfugiés de 1948.

Israël «va devoir prendre des décisions difficiles»

Barack Obama a affirmé qu'Israéliens et Palestiniens devaient «prendre au sérieux leurs obligations» au regard des accords passés, comme le plan de paix international pour la paix (la «feuille de route») et les engagements pris à Annapolis sous les auspices de l'ex-président George W. Bush. Israël «va devoir prendre des décisions difficiles», a rappelé le président américain: «La colonisation [autre pomme de discorde entre Washington et Jérusalem, ndlr] doit cesser pour que nous puissions avancer».


En Israël, la visite du premier ministre israélien a été critiquée. Zeev Boïm, député du parti d'opposition Kadima, a reproché au leader du Likoud d'avoir «échoué dans sa mission en manquant l'occasion de créer des liens de confiance avec le président américain». La députée travailliste Youli Tamir a également tiré à boulets rouges contre Benjamin Netanyahu, estimant qu' «en ignorant la solution de «deux Etats pour deux peuples» considérée par les Américains comme clef du conflit avec les Palestiniens, il compromet les intérêts fondamentaux d'Israël».


Face à ce statu-quo l'Autorité palestinienne n'a pas non plus caché son agacement. «Les déclarations d'Obama à propos de sa confirmation d'une solution à deux Etats sont encourageantes mais celles de Netanyahu qui ont ignoré la solution à deux Etats et les droits légitimes du peuple palestinien sont décevantes», a souligné Nabil Abou Roudeina, le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas.


Un point de vue que répétera sans doute directement le président palestinien à Barack Obama dans dix jours. Mahmoud Abbas doit être reçu à la Maison Blanche le 28 mai, deux jours après son homologue égyptien Hosni Moubarak. Ces entretiens serviront à préparer le discours crucial que le 44e président américain doit prononcer à l'adresse du monde musulman le 4 juin en Egypte.

Sources
Le Figaro

Publié dans Netanyahou

Commenter cet article