La Cisjordanie devient la terre des déchets

Publié le par Adriana Evangelizt



La Cisjordanie devient la terre des déchets


Par Mel Frykberg


Israël a trouvé un moyen facile et bon marché de se débarrasser de ses déchets, dont beaucoup sont dangereux : déchargez-les en Cisjordanie. Quelques Palestiniens peuvent être achetés, les autres ne sont pas en position de se plaindre.

« Cela fait des années qu'Israël déverse ses déchets, y compris les déchets dangereux et toxiques, en Cisjordanie, parce que c'est une alternative plus facile et moins coûteuse que de les traiter correctement en Israël, dans des sites de gestion appropriés, » dit Jamil Mtoor, directeur-adjoint de l'Autorité de l'Environnement palestinien (PEA) à IPS.

Shuqbah, village de 5.000 habitants, est situé près de la frontière d’Israël avec la Cisjordanie, non loin de Ramallah. C’est sur le terrain d’un intermédiaire palestinien du village que les compagnies israéliennes déversent des tonnes de détritus, pour à peine 30$ la tonne, pour à peine 30$ la tonne, beaucoup moins cher que le déversement dans des décharges israéliennes.

« Les compagnies israéliennes déversent ici des déchets solides et dangereux depuis plusieurs années, » dit Mtoor.

« La combustion des déchets toxiques, y compris des articles comme des radiographiques, libère dans l'environnement des éléments cancérigènes qui affectent la population, beaucoup de personnes développent de l'asthme et des maladies liées à ces éléments. »

Les Israéliens ont enseveli les carcasses de milliers de poulets infectés du virus de la grippe aviaire près de Naplouse, en Cisjordanie du nord, dit Mtoor. Le PEA a aussi découvert 500 barils d'insecticide à Hébron, au sud. Là aussi, un intermédiaire palestinien avait été payé pour accepter les barils sur sa propriété.

Tandis que l’Autorité palestinienne a arrêté les individus impliqués et saisi la justice contre plusieurs d’entre eux, il est difficile d’amener les Palestiniens qui coopèrent avec les compagnies israéliennes à rendre des comptes.

« Les Israéliens profitent d’individus extrêmement pauvres, avec des familles nombreuses à charge et des ressources limitées, dans une société où le taux de chômage est très élevé, » dit Mtoor.

Israël exerce un contrôle total sur plus de 40% de la Cisjordanie. Le Territoire est divisé en zones A, B et C. Seule la zone A est sous contrôle de l’Autorité Palestinienne. La zone B est placée sous juridiction israélienne et en partie palestinienne, alors que la zone C est contrôlée par Israël. (1)

« Beaucoup des intermédiaires palestiniens sont protégés par les Israéliens. Si nous voulons les poursuivre, nous devons obtenir les permis israéliens adéquats pour entrer en zones B et C, et ils nous sont souvent refusés, ou il faut un temps fou pour les obtenir, » dit Mtoor.

« De plus, c’est difficile de recenser les nombreuses décharges utilisées par les Israéliens parce que le déversement des déchets est fait soit ouvertement, soit en cachette, quelquefois la nuit. Les lieux utilisés varient, et les Israéliens recouvrent les sites après coup. »

Les colonies illégales israéliennes déversent régulièrement des déchets et des eaux usées dans les rivières et sources de la Cisjordanie. L’ARIJ (Applied Research Institute Jerusalem) dit dans un rapport que « les eaux usées venant des colonies ne consistent pas seulement en effluents domestiques mais il y a aussi des pesticides, de l’amiante, des piles, du ciment et de l’aluminium – qui contiennent des composés cancérigènes et dangereux. »

Comme Israël exproprie approximativement 87 % de l'aquifère souterrain de la Cisjordanie, avec 2.5 millions de Palestiniens survivant sur ce qui reste, la menace à la santé des Israéliens et des Palestiniens est réelle.

« Les colons israéliens consomment jusqu’à 200l d’eau par jour et par personne, alors que le Palestiniens de Cisjordanie survivent avec 30-60l par jour et par personne, » dit Mtoor à IPS.

L’Association Les Amis de La terre – Moyen Orient (
Friends of the Earth Middle East -FoEME), groupe israélien, palestinien et jordanien pour l’environnement, a sorti un rapport d’enquête il y a quelques années appelé : « Une bombe à retardement en sous-sol, la pollution de l’aquifère de montagne par les déchets solides ».

Selon le rapport de FoEME, le déversement non viable de déchets solides a abouti à la percolation de substances toxiques incluant le chlore, l'arsenic et des métaux lourds comme le cadmium, le mercure et le plomb dans les nappes phréatiques.

La menace sur l’eau potable demeure à ce jour,” dit Miri Epstein, porte-parole de FoEME à IPS.

Les sociétés israéliennes produisant des produits potentiellement dangereux ont été délocalisées de l'intérieur de la Ligne Verte aux Territoires palestiniens pour contourner les lois sur l'environnement strictes qui contrôlent les opérations en Israël.

La société de pesticides israélienne Geshuri a été obligée de mettre un terme à ses opérations à Kfar Sava en Israël en 1985 et les a
transférées à Tulkarem, dans le nord de la Cisjordanie, suite à une décision judiciaire en réponse à une pétition des résidants israéliens qui ont accusé la société d’une augmentation de problèmes de santé liés à la pollution.

La communauté internationale et des ONG ont essayé d'améliorer la situation. Le gouvernement allemand a construit un nouveau projet d'élimination des déchets solides près de Ramallah, tandis que la Banque mondiale et la Commission européenne, l’organe exécutif de l'UE, a construit une usine pour les déchets solides près de Jenin, au nord de la Cisjordanie.

« Nous bénéficions de la sympathie de la communauté internationale, mais la situation ne sera pas résolue sans une solution politique au conflit israélo-palestinien, » dit Mtoor.

Le Comité d’Experts Environnementaux Palestinien et Israélien, établi conformément aux Accords d'Oslo, ne s'est pas réuni depuis 1999 et il n’y a aucune coordination sur les déchets solides.

La Bande de Gaza fait maintenant face à un désastre environnemental après la guerre dévastatrice d'Israël contre le territoire côtier au début de l'année, qui a tué 1,400 Palestiniens, pour la plupart des civils et a blessé environ 5.000 autres.

"La situation environnementale dans la Bande de Gaza est extrêmement grave et c'est notre priorité d'examiner les défis environnementaux et les priorités de réhabilitation," dit à IPS Achim Steiner, sous-secrétaire général des Nations Unies et
Directeur du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (UNEP).

Steiner a effectué récemment une
visite de la Bande de Gaza et de la Cisjordanie, au cours de laquelle il a rencontré des fonctionnaires palestiniens et le personnel de l’ONU pour évaluer la situation dans les enclaves palestiniennes - la Bande de Gaza et la Cisjordanie.

L’UNEP doit envoyer une équipe de huit experts dans la Bande de Gaza ce mois-ci pour examiner, entre autres, les retombées environnementales de l'utilisation par Israël d'armes illégales comme le phosphore blanc.

L'équipe est composée de spécialistes de l’eau et de la gestion des eaux usées, de l’amiante et du contrôle des déchets dangereux, de l’évaluation environnementale côtière et marine et de l'évaluation institutionnelle et économique.

« La situation avant la guerre était déjà grave en raison de l'infrastructure inadéquate de Gaza et de l’impossibilité de réparer les usines de traitement des déchets et de l’eau, » dit Achim à IPS. Et aujourd’hui, c’est bien pire.

L'embargo d'Israël a bloqué les approvisionnements en matériaux de construction nécessaires à la réparation de l'infrastructure décimée de la Bande de Gaza et en quantités suffisantes de carburant nécessaires au fonctionnement des usines de traitement de l’eau et des déchets.

« Les déchets dangereux et les déchets hospitaliers restent non traités. Les eaux usées non traitées ont été envoyées dans la mer, elles se sont infiltrées dans la nappe phréatique et les ressources en eau potable de Gaza, créant une menace potentielle à la santé, » dit Steiner.

L'armée israélienne a installé plus de 600 points de contrôle et barrages routiers partout en Cisjordanie, restreignant sévèrement le mouvement et empêchant les camions-citernes collectant les eaux usées d’atteindre beaucoup de villages et villes.

« A cause des bouclages et des barrages routiers en Cisjordanie, les Palestiniens n'ont pas un accès suffisant aux décharges publiques ni la capacité de traiter correctement leurs déchets, » dit Steiner à IPS.

Notes ISM :

(1) Les accords d’Oslo ont divisé la Cisjordanie en trois zones, signant de fait l’enfermement des Palestiniens dans des enclaves entourées de colonies et de «routes de contournement», derrière des frontières (avec Israël, la Jordanie et l’Egypte) entièrement contrôlées par l’Etat occupant.

La zone A, soi-disant sous total contrôle de l’Autorité palestinienne, a été prestement ré-envahie sous prétexte de Deuxième Intifada, en 2000. Il s’agit des grandes villes de Cisjordanie, Jénine, Qalqilya, Tulkarem, Naplouse, Ramallah, Bethléem.

La ville d’Hébron s’est vue attribuer un statut spécial. Elle est divisée en deux zones :

- zone H1, où l’Autorité palestinienne est supposée exercer les pouvoirs civils et de police tandis que les autorités israéliennes conservent la « sécurité » des colons qui y vivent.

- zone H2 – le centre ville, qui abrite 20.000 Palestiniens, 400 colons parmi les plus extrémistes ainsi que les environ 2.000 soldats chargés de les protéger – est sous contrôle israélien.

La zone B est supposée être sous contrôle de l’Autorité palestinienne en ce qui concerne les affaires civiles, et sous contrôle israélo-palestinien pour la « sécurité ». C’est là que se retrouvent la majorité des villes, villages et camps de réfugiés palestiniens. Les terres et les zones constructibles qui dépendent des villages se retrouvent en zone C.

La zone C, qui représente 70% de la Cisjordanie, comprend notamment les colonies, les installations militaires, les terres domaniales, les routes. Elle est sous total contrôle israélien.

Sources
ISM


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article