Obama-Netanyahou, un flop ou un hic ?

Publié le par Adriana Evangelizt

Voyez la vision sioniste de la rencontre Obama-Netanyahou. Bien évidemment, c'est Obama qui a tort. Reconnaître un état juif est une priorité absolue. Il faudrait peut-être poser la question à tous les juifs du monde pour voir s'ils sont d'accord ! Pour nous, c'est déjà non.





Obama-Netanyahou, un flop ou un hic ?


Par Albert Bellaïche pour Guysen International News



Il se pourrait bien que ce soit les deux à la fois !


Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que c'est bien la première fois en soixante ans de conflit israélo-palestinien que la politique américaine ne concorde pas avec celle de l'Etat Hébreu... C'est peut-être le premier flop et peut-être aussi le seul authentique hic entre les deux Etats amis.

Certains commentateurs distingués, d'aucuns diront avisés, ont paru surpris par cette alternative nouvelle qui met Obama bien en marge par rapport à la position de tous les présidents américains qui l'ont précédé, dans la mesure où pour une fois il défend la position palestinienne en dépit des réactions que cela pourrait susciter en Israël et au sein de son nouveau gouvernement.

Certes Obama qui n'est ni Bush, ni Clinton ni même Carter, avait bien déclaré lors de sa campagne électorale qu'il s'efforcerait en cas de succès, d'instaurer le changement dans tous les domaines possibles...

Le changement n'était -il pas son slogan officiel ?

Alors forcément changement par rapport à L'Iran, à Guantanamo, au Monde musulman, à la Syrie, à l'Irak et partant par rapport à Israël...

Et c'est là que se positionne le hic, c'est là que se trouve le flop, car c'est bien la première fois que les politiques américaines et israéliennes divergent si visiblement.

A quoi cela tient ? Tout simplement et tout naturellement à deux déclarations. : Celle du Président américain qui se déclare ouvertement pour la création d'un Etat Palestinien et qui dit que « la politique israélienne à Gaza ne laisse pas beaucoup d'espoir aux palestiniens » tandis que dans le même temps Benyamin Netanyahou se déclare « pour une simple cohabitation entre les deux peuples. »

Or, si l'on essaye de décrypter la position israélienne on y découvre que l'Etat Hébreu et son peuple en ont assez de concéder, de donner et d'accorder des avantages aux Palestiniens, aux Arabes et aux Musulmans, sans contre parties notables aucune.

A savoir, la reconnaissance de l'Etat d'Israël comme un Etat juif, au même titre qu'une cinquantaine d'Etats sont reconnus comme étant musulmans, de mettre fin au conflit, de renoncer aux violences, à la haine et aux agressions de toutes sortes, jets de pierres, armes blanche ou à feu, aux canons et aux missiles qui ont toujours créé l'escalade du conflit...

Et aussi, avant toute reprise de dialogue que soit libéré le soldat Guilad.

Une fois ces conditions remplies, il est fort à parier qu'il ne faudrait pas avoir fait science-po pour prévoir que Benyamin Netanyahou et son gouvernement se diront avec sérieux et détermination, en faveur de deux Etats pour deux peuples.

Aussi Barak Obama qui se montra « ferme » sinon intraitable lors de son entretien avec Netanyahou, devra tenir compte des préalables israéliens s'il veut rapidement rouvrir la voie de la négociation...

Sources Guysens News

Publié dans SIONISME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article