Luc Chatel et le respect de la démocratie israélienne : renversant !

Publié le par Adriana Evangelizt




Luc Chatel et le respect de la démocratie israélienne : renversant !



Le secrétaire d’Etat français à l’industrie et à la consommation, invité sur Radio Communauté Juive (le communautarisme n’est pas toujours mal vu !), a fait, dimanche, des déclarations particulièrement choquantes, montrant son mépris du peuple palestinien.

Il a en effet affirmé que "la France est l’amie d’Israël" et que la "sécurité d’israël n’est pas négociable", sans dire une seule fois qu’il en allait de même pour la Palestine. Puis, Luc Chatel a osé cette phrase écoeurante : "Nous avons connu des difficultés avec les incidents de Gaza".


Mais ce n’est pas tout. Interrogé par l’animateur de RCJ qui voulait savoir si "l’arrivée au pouvoir de Netanyaou et de Lieberman, sur des positions assez dures, était de nature à inquiter la France", il a eu cette réponse : "La France n’a pas à interférer dans le droit des Israéliens pour choisir leurs représentants et leurs élus. elle prend acte d’un résultat démocratique d’un vote. Il faut respecter les choix des Israéliens".

Mais, comme on l’a vu, la France peut interférer dans le droit des Palestiniens quand ils doivent choisir leurs représentants. Elle ne prend pas acte du résultat démocratique de leur vote. Elle ne respecte pas le choix des Palestiniens. La France boycotte le Hamas, démocratiquement élu, et impose le blocus à toute une population en raison des représentants qu’elle a choisis.

Quel belle illustration du "deux poids, deux mesures".

Voilà, ce que valent la démocratie et l’ensemble des principes affichés par les gens qui nous gouvernent. Des gens qui nous font honte, et dont le double discours s’applique en vérité à tous les domaines : celui du Proche-orient où ils protègent la puissance occupante contre la population occupée, mais aussi celui de la crise, quand M. Chatel prétend dans la même émission que le gouvernement "protège" patrons et travailleurs, alors qu’il renfloue banques et multinationales, pendant qu’il laisse licencier leurs salariés.


CAPJPO-EuroPalestine

Publié dans LA FRANCE COMPLICE

Commenter cet article