Abraham a acheté une grotte, il n’a pas acheté la Palestine

Publié le par Adriana Evangelizt




Abraham a acheté une grotte, il n’a pas acheté la Palestine




Par Iqbal Tamimi



J’ai lu un article de Robin-Yassin Kassab, intitulé “Une visite à Hébron”. Yassin Kassab est l’auteur de “The Road from Damascus”. Cette fois, il n’écrivait pas sur Damas, mais sur ma ville natale Al-Khaleel, connue en Occident sous le nom d’Hébron. Dans son article, il décrit sa visite à Al-Khaleel, accompagné par plusieurs merveilleux écrivains et éditeurs, parmi lesquels Michael Palin, Henning Mankel, Deborah Moggach, Claire Messud et MG Vassanji, et il décrit le malheur des gens de ma ville natale sous occupation israélienne illégale. Ces écrivains ont pu être témoins de la très douloureuse réalité lorsqu’ils sont allés en Palestine pour participer au Festival Palestine de Littérature.

Comme d’habitude, les sionistes étaient prêts, les dents aiguisées, a ruiné le travail d’explication de ce qui se passe réellement en Palestine par leurs méthodes habituelles de hasbara (propagande) en distillant de faux commentaires toxiques. Un commentaire laissé par un de ces sionistes sur son blog se plaignait « qu’aujourd’hui, les Arabes d’Hébron ont accès à 98% de la ville. Les Juifs n’ont accès qu’à 3% d’Hébron. »

Dans le commentaire de ce lecteur « anonyme », qui ressemble à une série innocente de plaintes, le lecteur qui ne connaît pas grand chose à cette partie du monde sera victime de l’impression fausse que la présence de ma ville natale par l’occupation israélienne est justifiée, et non une occupation illégale selon le droit international et même selon les standards israéliens. Ses commentaires sonnaient comme s’ils venaient d’une victime qui est supposée avoir des droits d’accès légaux.

Les 3% des Juifs d’Hébron dont il parlait n’ont rien à faire là ; la force occupante, selon le droit international, n’est pas supposée permettre ou faciliter le transfert de ses propres citoyens dans les zones occupées.

Il se plaint que les propriétaires de la ville – les Palestiniens arabes – ont accès à 98% de leur propre ville, et que les occupants, qui sont appelés, pour des raisons bien connues de manipulation des médias, « les colons », ont accès à 3%. L’expression « colon » semble être un usage très bénin de la langue pour une raison maligne. Evidemment, selon ces chiffres, la population totale d’Al-Khaleel est de plus de 100%, et c’est un bon exemple de ce qui arrive lorsque les autorités israéliennes emploient des cyber-amateurs pour défendre ses crimes contre les Palestiniens, ils travaillent très vite et citent des chiffres qui n’ont aucun sens. L’Etat sioniste emploie chaque année des milliers de personnes pour travailler à assassiner les écrits de ceux qui révèlent la moindre information sur l’absurdité de l’occupation israélienne en Palestine, comme M. Kassab.

Ceci montre jusqu’où ils sont capables d’aller pour fabriquer des mensonges, en citant des chiffres sans aucune vérification ni référence, et, comme d’habitude, les Occidentaux les avalent parce les nombres et les chiffres sont reliés à leur expérience des études et des statistiques, et des méthodes que nous respectons tous, et dont nous ne doutons pas de la crédibilité.

Je vais surprendre « Monsieur l’Anonyme » et lui dire que les gens d’Al-Khaleel sont supposés avoir 100% accès à leur propre ville, parce que c’est chez eux. Il semble que les sionistes sont imbus d’eux-mêmes au point qu’ils pensent que les gens ne peuvent réaliser qu’il est inacceptable pour un étranger d’arriver d’aussi loin que la Russie pour occuper comme des voyous la salle de séjour de n’importe quel Palestinien et lui interdire l’accès à sa propre cuisine, ou à sa salle de bains. Bloquer l’accès des autochtones est prêcher leurs droits de l’homme, et c’est ce que les 3% de “colons” juifs font dans ma ville natale.

Ces « colons » juifs qui ont accès à 3% de chez moi ont tué trois étudiants qui marchaient sur un campus en 1986, sans aucune raison. Ces 400 « colons » brandisseurs de fusils sont gardés et protégés par 1.500 soldats qui sont témoins de leurs attaques quotidiennes sur les Palestiniens locaux sans armes, et ne font rien, même s’ils sont supposés protéger les locaux selon le droit international. Les autorités israéliennes s’affairent à démolir toute maison, si le propriétaire pose une seule brique sans leur permission, mais en même temps, prétendent qu’elles ne peuvent rien faire pour gérer la présence illégale des colons juifs au cœur d’Al-Khaleel, occupant les toits des maisons palestiniennes et jetant sur eux leurs ordures tous les jours, et traitant les Palestiniennes, dès qu’elles ouvrent leurs portes, de “putains”.

Ces gens « élus de Dieu » montrent le Tout-Puissant comme un incapable qui n’a même pas pu choisir des gens respectables qui se savent se tenir, lorsqu’il a choisi son propre groupe aimé. J’imagine qu’aucune personne ordinaire ne choisirait pour ami quelqu’un qui aurait une aussi mauvaise réputation et des manières aussi méprisables que celles des colons juifs, et encore moins un Dieu compatissant. Il semble que « les élus » savent que le monde occidental est un gros hypocrite qui soutient leurs plaintes, même si parmi eux, une majorité laïque nie la présence de Dieu. Mais lorsqu’il s’agit d’Israël, soudain ils se mettent à croire sérieusement chaque plainte venant des sionistes, et le halo de l’ange apparaît, lumineux, brillant et rayonnant au dessus de leurs têtes, on peut presque toucher leurs ailes saintes. Même ceux qui se sont convertis au judaïsme hier matin pour des raisons de visa pour pouvoir travailler en Israël et qui se fichent pas mal de Moise, de Jacob, de Salomon ou de tout autre prophète mentionné dans un livre saint, deviennent par un coup de baguette magique rapide des gens très religieux, même lorsqu’ils posent nus dans des magazines pour adulte pour promouvoir le tourisme en « Terre Sainte ».

Mon beau-frère est médecin dans une clinique située au cœur de la ville d’Hébron, où les colons transforment la vie des gens en enfer parce qu’ils sont les morveux élus de Dieu. Il travaille dans un quartier où des gens pauvres, malades et défavorisés ont besoin de soins médicaux. Les soldats qui sont supposés protéger la population locale, selon le droit international, ne le font pas, au contraire, ils aident les colons à occuper les toits des maisons voisines et celui de la clinique, les soldats pissent même dans le réservoir d’eau placé sur le toit de la clinique pour chasser mon beau-frère et évacuer de la zone les derniers Palestiniens qui s’accrochent et essayent de continuer à vivre leurs vies malgré tout.

Pendant des années, il est allé tous les jours à la clinique, même s’il savait qu’il ne pourrait traiter le nombre toujours en diminution de malades qui pouvaient arriver jusqu’à la clinique, non pas seulement à cause de l’intimidation des colons et des problèmes d’hygiène, mais à cause des dizaines de barrages routiers et d’obstacles qui les en empêchent. Mais il n’a jamais abandonné sa mission, il a continué de travailler tous les matins – pour envoyer aux forces israéliennes occupantes le message clair « Je ne partirai pas ». Tous ses malades connaissaient sa lutte quotidienne et avaient l’habitude de frapper à sa porte à n’importe quelle heure pour lui demander de l’aide, et il ne les a jamais renvoyés. On peut imaginer quel genre de vie ce fut pour lui et pour sa femme et ses enfants, qui n’ont pratiquement jamais eu de vie privée, ne pouvant jamais prévoir le moment où on frapperait à leur porte.

Il est arrivé souvent qu’il ne puisse aller à son travail, ou qu’il ne puisse en revenir parce qu’un nouveau couvre-feu était imposé pendant qu’il était à la clinique.

C’est la réalité à laquelle chaque Palestinien de ma ville natale est confronté tous les jours. Je me souviens lui avoir demandé un jour : « Que faisais-tu à la clinique si tu ne pouvais même pas soigner les malades ? » Il a souri et m’a répondu : « J’en ai profité pour aider ma femme. J’ai ramassé presque 30 kg de feuilles d’origan, un été, pour les sécher pour l’usage familial le reste de l’année. »

Conserver la nourriture pendant les couvre-feux est encore un autre problème. Les autorités israéliennes coupent l’électricité de la ville exprès, jusqu’à ce que la nourriture entreposée dans les réfrigérateurs des maisons pourrisse et ne soit plus comestible, en plus de mettre en danger les vies des malades dans les salles d’opération des hôpitaux. Feu mon mari m’avait parlé de plusieurs opérations chirurgicales qu’il avait dû effectuer à l’hôpital Princess Alia, qui ont tournées au défi lorsque l’électricité a été coupée ; de plus, parce que de nombreux médicaments, comme les anesthésiques étaient interdits, de nombreux patients ont été recousu sans anesthésie. Et ceci n’est que quelques-unes des nombreuses souffrances que les gens doivent gérer.

Les unes après les autres, des années de difficultés ont appris aux Palestiniens à trouver leurs propres solutions, les gens savent qu’un couvre-feu peut être imposé à tout moment, pour n’importe quelle raison, personne n’est autorisé à regarder par la fenêtre ou aller marcher dehors pendant ce genre de siège, aucun magasin n’est ouvert, aucune voiture ne peut emmener un mourant à l’hôpital. Les gens d’Al-Khaleel ont dû trouver des solutions devant une réalité aussi dure. Ils ont été obligés de devenir autonomes et d’apprendre à survivre, ils n’ont plus compté sur leur nourriture réfrigérée et ils ont commencé à sécher, à conserver dans le vinaigre, la saumure et à mettre en bouteille le peu qu’ils avaient réussi à cultiver dans leurs jardins.

Le même mercenaire sioniste payé pour attaquer l’article et assassiner l’article de l’écrivain dit : « Près de 100 juifs ont été tués dans la région d’Hébron par des terroristes arabes, de sang froid, au cours des années, et ce chiffre n’inclut pas 67 juifs assassinés à Hébron il y a 80 ans, pendant les émeutes et le massacre de 1929. » (1)

Je mets au défi cette personne qui nous jette à la figure ce premier chiffre arrondi en utilisant l’expression « près de » d’apporter la moindre preuve de son affirmation, mais j’aimerais quand même lui dire que selon les statistiques officielles du Bureau Central Palestinien des Statistiques, le nombre de civils innocents tués à Hébron par les soldats israéliens, en seulement 8 ans, pas en 61 ans, entre le 29 septembre 2000 et le 31 décembre 2008, est de 265 personnes, tous des gens innocents.

Cette même personne, à l’évidence appointée par le Ministre des Affaires Etrangères d’Israël pour blanchir son image détériorée se plaint de ce qu’elle décrit comme le « bruit » dans ma ville natale occupée, il affirme : « L’appel musulman à la prière commence vers 4h du matin et il est répété 5 fois par jour, avec d’autres interludes publics, jusqu’après 11h du soir, réveillant les gens endormis et les empêchant de dormir, avec ce bruit diffusé de nombreux endroits de la ville. »

Pour l’amour de Dieu, si vous n’aimez pas vivre ici, mais repartez donc d’où vous venez ! Vous vivez chez nous, vous n’avez aucun droit de nous dire comment nous comporter ou vous plaindre de nos rituels de culte, nous le peuple non élu qui continue à prier Dieu, contrairement à son propre peuple élu qui a sali son nom. Donc…, cet homme élu par Dieu considère que l’appel à la prière est un « bruit », alors que les bombardements, les tirs et les démolitions de maisons, les balles des snippers qui pleuvent tout le temps, et les avions militaires bourdonnant depuis 1967 n’en sont pas ? Allez donc dormir ailleurs, là où vous aurez le droit de dormir sans être dérangé par le « peuple non élu par Dieu ».

Le même moulin à paroles se plaint aussi de la Mosquée d’Abraham, qui n’est plus traitée avec la dignité et le respect qu’elle mérite, il dit : « La plus grande salle, la Chambre d’Isaac, est interdite aux Juifs pour que les Musulmans puissent y faire leurs prières. » Je pense qu’il oublie de mentionner que les Israéliens occupent plus de la moitié de la Mosquée et en tant que tel, les Musulmans n’ont pas accès à leur propre lieu de culte ; les trois entrées principales sont équipées de portes de sécurité métalliques et les Musulmans ne peuvent entrer que par une seule des entrées, où ils sont fouillés et humiliés, hommes et femmes, avant chaque prière, par le peuple élu de Dieu. Mais il a surtout volontairement oublié de mentionner qu’un juif fondamentaliste raciste a abattu 29 musulmans, agenouillés en prière, dans cette même mosquée, et qu’il est considéré comme un héros par la société sioniste juive.

De plus, il ment comme un arracheur de dents lorsqu’il affirme : « La plupart de ces 400 colons sont des enfants, et ils ne portent pas d’armes à feu. » Ah vraiment ! Quelle information fascinante ! Mais alors… la quatrième armée du monde ne peut pas contenir moins de 400 personnes, dont la majorité sont des enfants ?? Je voudrais conseiller à ce raconteur de bobards des Affaires étrangères que s’il veut concocter des mensonges, qu’il fasse quelques recherches… et qu’il raconte une histoire à l’épreuve des mensonges, parce qu’il y a des gens qui lisent, et il y a ceux qui font leurs propres recherches.

Et, au fait, lorsqu’il y a 4.000 ans, le Prophète Abraham est venu dans ma ville comme un immigrant irakien, il nous a acheté à nous, les Palestiniens, les gens d’Al-Khaleel, une grotte qui est devenue plus tard le lieu de sépulture de sa femme… vous n’êtes certainement pas sérieux si vous croyez que celui qui achète une grotte est propriétaire de tout le pays, et qu’il peut le transmettre en héritage à tous ces fidèles, où qu’ils se trouvent !!!

(1) Au sujet du massacre d'Hébron du 8 juillet 1929, lire le témoignage du Rabbin Baruch Kaplan : "
80ème anniversaire du massacre d’Hébron, une propagande sioniste". (ndt)

(2) Voir à la fin de l'article d'Iqbal Tamimi, sur son blog "
Palestinian Mothers", toute une série édifiante de vidéos et de photos sur l'enfer que vivent les Palestiniens d'Al-Khaleel.

Sources
ISM

Publié dans SIONISME

Commenter cet article