Aide humanitaire et reconstruction du Liban

Publié le par Adriana Evangelizt

Triste, triste, triste constat. Tout ce que l'on construit est systématiquement détruit de toute façon, ce qui se passe en Palestine en est un bon exemple. La communauté internationale est une vache à lait qui doit payer pour les exactions commises par les dirigeants sionistes d'Israël. L'argent des autres ne leur coûte pas cher. Ils doivent même ricaner en détruisant les infrastructures construite par la France, par exemple, ce qui à nous, nous fait beaucoup moins sourire. Car, voyez vous si l'argent est le nerf de la guerre, il serait bien qu'il soit employé à autre chose qu'à "raquer" les destructions des barbares qui ne respectent rien.

Aide humanitaire et reconstruction du Liban

La communauté internationale se mobilise

par Rabah Beldjenna

La communauté internationale commence à se mobiliser pour l’après-guerre afin de reconstruire le Liban plongé dans une grave crise humanitaire.

Le sixième conflit libano-israélien s’est achevé, hier matin, avec 1145 victimes, dont plus de 1000 civils parmi lesquels un nombre élevé d’enfants et de femmes, 3628 blessés et la région du Liban-Sud presque en ruine. Près d’un million de déplacés et 220 000 personnes auraient quitté leur pays suite aux bombardements qui ont dévasté une bonne partie du Liban. Face à cette tragédie, la Ligue arabe a proposé la tenue d’une réunion extraordinaire des chefs de la diplomatie dans les prochains jours - probablement vendredi prochain — pour mettre en place un plan d’aide au Liban. L’ordre du jour sera axé sur trois questions principales, dont l’application de la résolution 1701 et l’action arabe pour aider le Liban dans le domaine de la reconstruction, précise la ligue. Les 22 chefs d’Etat arabes envisagent également d’entreprendre des démarches auprès du Conseil de sécurité de l’ONU en septembre prochain pour un règlement durable du conflit au Proche-Orient et arrêter la tenue d’un sommet arabe. La Ligue arabe compte mettre en place un plan global pour aider le Liban financièrement et matériellement, en consultation avec les pays donateurs afin de lancer le processus de reconstruction et permettre le retour des réfugiés. La Tunisie a appelé à la tenue d’un sommet arabe d’urgence afin d’évaluer la situation et de coordonner les efforts, en vue d’adopter une « position solidaire ferme » et un « engagement commun » pour « contribuer efficacement à la reconstruction de la Palestine et du Liban ».

L’article 6 de la résolution onusienne, adoptée vendredi dernier, demande à la communauté internationale de prendre des mesures immédiates pour prêter son concours financier et humanitaire au peuple libanais, en facilitant le retour en toute sécurité des personnes déplacées et en rouvrant les aéroports et les ports sous l’autorité du gouvernement libanais. Les pays arabes ont déjà pris l’initiative de débloquer une première aide de 2,5 milliards de dollars pour contribuer à la reconstruction des infrastructures économiques et sociales au Liban, alors que la Suède s’est déclarée hier prête à accueillir, le 31 août, une conférence internationale d’aide économique et humanitaire en faveur du pays du Cèdre.

La France s’est également engagée à contribuer dans la reconstruction du Liban par l’envoi de spécialistes du génie afin de dresser un bilan de l’état des routes libanaises et déterminer les actions de reconstruction qui pourraient être menées. Cela dit, l’acheminement des aides a commencé hier après la cessation des hostilités de l’Etat hébreu. Des milliers de personnes se trouvent toujours prises au piège au Liban-Sud, isolées derrière le fleuve Litani. Un convoi de 24 camions chargés d’aides humanitaires se dirigeait, hier matin, vers la ville portuaire de Sour, dans le sud du Liban. Deux convois d’aides humanitaires, organisés par les agences des Nations unies, étaient hier en route pour la ville portuaire de Tyr, dans le sud du Liban. Vingt-quatre camions, constitués de deux convois, transportant des vivres, des médicaments et de l’eau, ont quitté Saïda, 43 km au sud de Beyrouth, pour Tyr, une quarantaine de kilomètres plus au Sud, qui n’était plus ravitaillée que par la mer depuis plus d’une semaine, ont annoncé les Nations unies dans un communiqué, repris par les agences de presse. Un ferry Roll-on Roll-off a accosté à Beyrouth, dimanche, chargé de vivres et d’autres produits de secours des agences de l’ONU et d’ONG. Ce ferry, le Anamcara, sera utilisé pour ravitailler le sud du pays et une première rotation est prévue sur Tyr cette semaine. Un convoi pourrait se diriger dès aujourd’hui vers Rmeich, un village chrétien proche de la frontière avec Israël, a indiqué un porte-parole de l’ONU. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a appelé auparavant à la mise en œuvre rapide de la résolution du Conseil de sécurité relative au cessez-le-feu au Liban pour faciliter l’acheminement des aides nécessaires à des centaines de milliers de civils déplacés. La ministre finlandaise du Commerce extérieur et de l’Aide au développement, Paula Lehtomdki, et le commissaire européen pour le Développement et l’Aide humanitaire, Louis Michel, ont entamé hier une visite au Liban et en Israël pour évaluer les effets du conflit.

Sources : El Watan

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans ISRAEL LIBAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article