Quand sera-t-il grand temps de dire halte ?

Publié le par Adriana Evangelizt

Quand sera-t-il grand temps de dire halte ?

par Dr Kamel Khaldoun

Le monde a connu un été des plus horribles, rappelant les actes les plus barbares que l’humanité ait connus.

Israël, voulant libérer deux de ses soldats capturés en territoire hors de sa frontière (alors que leur libération pouvait se réaliser par de simples négociations), a lancé une vaste offensive d’une rare violence au Liban en n’épargnant ni femmes, ni enfants, ni vieillards et détruisant toutes les infrastructures de ce pays : ponts, maisons, hôpitaux et écoles. Fait rare que n’a pas manqué de signaler le prestigieux journal The Lancet (journal exclusivement médical), cette confrontation s’est singularisée par son mépris pour l’être humain. En effet, dans son éditorial (volume 368 number 95 335) du 12 août 2006, il dénonce cette guerre où la population civile n’a pas été épargnée mais ciblée et plus encore l’acheminement des vivres et des médicaments a été empêché comme s’il y avait une volonté d’exterminer ceux qui ont échappé aux massacres. Citant Jean Egeland, un dignitaire international des affaires humanitaires note qu’en plus des victimes 900 000 Libanais sur 4 millions (soit 1 Libanais /4) ont été obligés de se déplacer. On aurait pu s’attendre à une réponse énergique de la part des médias (presse écrite, radio et télévision), souvent enclins à nous émouvoir sur des faits ou événements qui n’ont aucune commune mesure avec ce qu’on vient de voir. Cette guerre d’une autre époque serait même passée inaperçue, n’eut été le travail courageux et remarquable des journalistes d’Al Djazira qu’il nous faut féliciter chaleureusement en ces pénibles moments. Mais ce qui est encore plus navrant, il s’est trouvé avec une mauvaise foi évidente des analystes pour nous expliquer les raisons qui ont poussé Israël à agir de la sorte.

Pour les plus inconditionnels, l’Etat d’Israël a utilisé son droit naturel à défendre sa sécurité, pour les autres, le Hezbollah est un monstre, une puissance militaire (la 4e peut-être comme l’Irak) et qu’il était grand temps de briser et d’anéantir. Les moins favorables sont à regretter, tout en justifiant l’offensive israélienne, qu’on ait déployé toute cette armada. On serait tenté de leur demander combien de morts, de maisons saccagées, d’hôpitaux détruits seraient suffisants pour rendre cette action acceptable et propre ? Les plus hardis qu’il faut féliciter, mais aussi regretter qu’ils ne soient pas plus nombreux, qui ont critiqué sans retenue Israël, se sont vu reprocher cette attitude jugée inconvenante, décevante par les défenseurs du grand Israël. Il est à craindre qu’ils seront rangés dans le musée des antisémites, rejoindre des hommes aussi généreux, humains et justes comme l’Abbe Pierre et Garaudy pour ne citer que ceux-là et dont on sait qu’ils sont désormais exclus du paysage médiatique.

Depuis plus de 50 ans, Israël, basant sa stratégie sur la sécurité s’est octroyé le droit aux attaques préventives. Cela n’empêche pas, à chaque fois qu’il peut, d’annexer des territoires pour augmenter son espace vital (comme l’ont fait d’autres Etats belliqueux avant lui). Le moment n’est-il pas venu, ou comme le dit Jean Daniel : n’est- il pas grand temps de dire halte à ces escalades guerrières, à ces occupations des territoires, à ces violations des droits de l’homme et à ces crimes réitérés contre l’humanité. N’est-il pas venu le temps et de partout que des voix s’élèvent pour lui dire qu’en agissant ainsi, vous faites du mal à vos ancêtres et retourner dans leur tombe les martyrs de l’holocauste. Vous faites mal, beaucoup de mal à ces arabes qui ne sont pour rien dans les souffrances que vous avez connues en Europe, notamment durant la Seconde Guerre mondiale et avec qui au cours des siècles vous avez vécu en bonne harmonie et qui souvent même vous ont protégé.

Vous appliquez votre stratégie que rien n’a ébranlé jusque-là, certainement parce que vous êtes convaincus de votre force et de votre invincibilité que vous tirez de l’appui inconditionnel de vos alliés qui se trouvent être les plus puissants de ce monde. Chaque fois que cela est opportun pour vous et pour des raisons parfois d’ordre interne, vous criez au danger et vous attaquez sachant au départ, quoique vous fassiez, il se trouvera beaucoup de gens pour justifier vos agressions et même vous en féliciter. Après tout et en toute circonstance, vous défendez la civilisation, et combattez pour la liberté et la démocratie. Bien sûr, à chaque circonstance, une excuse est inventée. Nasser voulait vous détruire, disiez-vous partout. Les archives et les proches collaborateurs du Raïs affirment que cela n’est pas vrai. Nasser n’a jamais voulu attaquer Israël sachant ses faiblesses et l’appui dont ce pays pouvait bénéficier en cas de guerre. Il devait faire quelque chose qui se résumait à des discours enflammants et patriotiques pour apaiser les masses arabes sans cesse humiliées. Ses paroles qui étaient son seul atout ont servi de chef d’accusation et donner le prétexte à Israël d’attaquer. En la circonstance, la France et l’Angleterre l’ont même aidé militairement. Plus tard, d’autres alliés plus puissants lui permettront de sortir toujours vainqueur de ses confrontations avec les Arabes comme en 1967 et en 1973 en Egypte et dans les années 1980 au Liban.

 Les Israéliens se sont octroyé le droit de détruire et de casser l’Arabe quand ils veulent où ils veulent. Quand son armée se repose, elle confie sa mission à d’autres pour la faire. Les phalangistes libanais armés et encouragés par l’armée israélienne, alors commandée par Sharon, ont tué en l’espace de quelques heures 2000 Palestiniens à Sabra et Chatila. Leur service de sécurité ont l’ordre de supprimer toute personne pouvant nuire ou tout simplement ne pas être d’accord avec la politique de l’Etat d’Israël. D’honorables personnes et parmi elles des juifs non sionistes ont été assassinées. Tous les prétextes sont inventés pour entretenir ce mythe de danger et justifier les guerres préventives. Parfois il y a des pauses, on a recours à la diplomatie pour montrer leur désir de paix. Que de fois, après de dures et longues négociations, n’avions pas entendu que la fin de la guerre est au bout du tunnel. Mais au dernier moment, la ratification du traité est reportée, pour des raisons électorales ou un changement du gouvernement, qui bien entendu va geler les négociations et faire d’autres propositions.

Une fois cependant la paix était à la portée de la main, le traité d’Oslo signé par Arafat et Rabin pouvait signifier qu’enfin on allait s’acheminer vers un arrangement définitif dans l’intérêt des deux peuples. On sait ce qui est arrivé, Rabin est tué par des extrémistes religieux (ce qui signifie que les militaires et les religieux sont les décideurs de la politique israélienne) et la paix est définitivement perdue. Durant 50 ans, Israël a utilisé toutes les arguties pour appliquer sa stratégie de guerre et c’est toujours le même refrain, on fait la guerre parce que les méchants arabes veulent détruire notre Etat. Il est certain que la rancœur de ces derniers est grande tant il est vrai qu’ils se sentent humiliés. Mais après des défaites cuisantes et surtout la surprotection sécuritaire dont bénéficie Israël de la part des grands de ce monde, les Arabes ont compris que cet Etat pour la plupart d’entre eux est devenu acceptable. Cependant, pour être accepté, il faut qu’Israël retourne aux frontières que lui a conférées l’ONU en 1949. Cela est possible et nécessaire, si l’on veut que cette région connaisse enfin des moments de paix.

Tout le monde sait et les Arabes le savent mieux que quiconque que remettre en cause l’existence d’Israël est une chimère. Faire la guerre à Israël, c’est faire la guerre à l’Amérique, comme le répétait souvent le président Saddat. Pour prouver aux Israéliens que la page est tournée, il fera l’humiliant voyage de Tel-Aviv. En retour, il n’obtiendra pas grand-chose, en même temps que son honneur, il perdra la vie et son espoir de voir triompher la paix et rentrer dans l’histoire. Vous êtes un peuple fier et conquérant disait De Gaule, il aurait ajouté, s’il était de ce monde, que vous faites partie désormais d’un Etat banal capable des pires atrocités. Il est grand temps pour Israël de faire son autocritique. Maintenant que voulez-vous et surtout quels arguments vous allez utiliser pour justifier vos futures attaques ? Combien de vies humaines vous faut-il encore ? Combien d’enfants, de vieillards et de femmes devront être immolés pour votre sécurité ? Dites-nous quel espace désirez-vous pour bâtir le grand Israël ?

Il est à craindre que vos revendications soient toujours évasives, disproportionnées, boulimiques et enfin de compte insensées et inacceptables. Vos voisins ont aussi le droit de vivre et le plus légitimement du monde dans cette région. Nous craignons de votre part les pires extravagances et les plus graves dérives. Quand allez-vous nous sortir le problème de l’eau ? Dans cette guerre en voulant arriver jusqu’au fleuve Lethanie, ce problème ne trottait-il pas déjà dans la tête de vos stratèges ? Toutes les nations et les personnes éprises de paix et d’équité doivent connaître les ambitions de conquête, de domination, d’extension, qui sont en fait les seules raisons qui poussent Israël à faire la guerre à ses voisins. Tous les autres arguments ne sont que prétexte et alibi. L’image d’Epinal d’Israël doit être dénoncée par tous les intellectuels et les sages de ce monde si on veut un changement dans cette région et espérer que la paix y règne définitivement.

Les intellectuels doivent dire avec force clarté et sans concession à Israël qu’il est en grande partie responsable des malheurs qu’on observe depuis près de 50 ans et qu’il doit réviser sa politique de guerre et agir pour vivre en paix avec ses voisins. En cette période, on ne peut que regretter un peu plus des hommes de l’ossature de J. P. Sartre qui au risque de sa liberté et parfois de sa vie a dénoncé la torture et s’est déclaré partisan de l’indépendance de l’Algérie. 121 de ses compagnons et lui-même ont mobilisé des intellectuels, écrivains et journalistes qui par leur action ont fait prendre conscience au peuple de France que leur pays était dans l’erreur. Nul ne peut contester que les manifestations de Charronne et dans les autres villes de province ont été déterminantes pour forcer le gouvernement français à entamer des négociations avec ceux qui combattaient pour leur liberté. Ce sont des actions comme celles qu’on a vues au cours de la guerre d’Algérie dont le monde a besoin pour secouer cette léthargie qui nous habite et obliger Israël à arrêter ses fantasmes guerriers.

On doit rappeler aux fils des martyrs de l’holocauste qu’ils doivent plus que quiconque veiller à être fidèles à leur mémoire et surtout agir pour que leur Etat ne soit plus ce qu’il est devenu un Etat barbare et terroriste. Bien qu’ils soient conscients, on doit leur rappeler que forts du soutien des puissances de ce monde, leur sécurité est assurée et qu’en fait, ils ne sont menacés que par eux-mêmes et leurs itératives provocations. L’instabilité dans le monde ou tout au moins en grande partie est due aux guerres qu’Israël provoque au Moyen-Orient. Il y a au fond de chacun, Arabe et Israélien, un sentiment de lassitude et surtout, un besoin de vivre en paix et de profiter au maximum de ce que nous offre en culture, en paysage, en musées en sites historiques… le monde actuel. Nous ne devons plus penser à recevoir des éclats de bombe quand on prend un train ou un avion et vivre dans n’importe quelle région sans la peur d’être écrasé par des chars ou tué par les bombardements d’avion. Les intellectuels doivent dire tout cela et agir pour qu’une lame de fond s’élève d’un peu partout afin d’imposer la paix et prêcher l’amour du voisin partout sur notre terre. Les médias de tous les pays doivent agir de concert et bannir de leur programme toute personne n’agissant pas dans cette dynamique. Ils doivent aider à rapprocher les personnes qui sont en conflit et notamment les jeunes qu’on peut aider à se parler par des débats télévisés par exemple ou à se côtoyer dans des centres qui seront créées pour eux. Faisant cela, ces jeunes apprendront très vite que leur salut et leur avenir sont dans un environnement paisible. Ils doivent leur faire comprendre, qu’il n’y a pas de personnes plus civilisées que les autres et que la civilisation est un patrimoine mondial et qu’il appartient à tout un chacun d’enrichir. On ne doit pas les préparer à un choc civilisationnel mais les élever dans le culte du partenariat entre civilisation et harmonie entre les peuples. Cela fait, les forces progressistes israéliennes se sentiront aidées et encouragées pour protester et surtout obliger leur gouvernement à adopter une dynamique de paix. Les médias qui ont été investis par des personnes prônant le racisme, la violence, la force et la haine doivent revoir leurs copies. Il est indispensable qu’ils envisagent des programmes qui appellent à la paix, à l’amour du prochain et à l’entraide. Il y a des régions où l’on meurt pour un bol de riz ou de lait, n’est-il pas temps que toute notre énergie et les immenses richesses qui existent de par le monde soient déployées en priorité envers eux ? Il est donc grand temps que toutes les personnes qui ont une certaine emprise sur l’opinion publique, les intellectuels et les médias s’attachent à dénoncer les prétextes et alibis qu’utilise Israël et les autres Etats belliqueux pour employer la force et exercer continuellement leur domination. Il est grand temps et pour tous que la conscience humaine se réveille si l’on veut espérer un monde meilleur où des gens vivent dans la paix, la sérénité, la prospérité et le bonheur.

Sources : El Watan

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article