Sous de faux prétexte, l'armée israélienne continue de squatter le Liban Sud

Publié le par Adriana Evangelizt

S'ils ne partent pas c'est qu'il y a bien une raison. Notons que la Finul observe des violations quotidiennes de la soldatesque israélienne. Il le font sans doute exprès. Ils espèrent que les soldats de la Finul tirent sur eux pour répliquer comme de bien entendu... et déclarer une guerre au monde entier.

L’État hébreu n’a toujours pas communiqué à la Finul de date

pour le départ de ses troupes

Prétextant des « questions en suspens »,

l’armée israélienne retarde de « deux ou trois jours »

son retrait du Sud

Le Liban-Sud devra attendre quelques jours de plus avant de recouvrer liberté et souveraineté. L’armée israélienne ne se retirera pas du territoire libanais avant vendredi, ni même vendredi, comme annoncé précédemment par le ministre de la Défense Amir Peretz, a annoncé mercredi le chef d’état-major, Dan Haloutz, à la radio publique.
« Nous avions beaucoup espéré que le retrait se produirait d’ici à vendredi mais dans les contacts que nous avons avec les Nations unies et l’armée libanaise, il reste encore des questions en suspens », a affirmé M. Haloutz.
« J’espère qu’elles seront réglées dans les deux ou trois jours après la fête » du nouvel an juif, Rosh Hashana, qui débute vendredi soir, a-t-il ajouté, s’exprimant à l’occasion d’un point de presse.
Interrogé plus tôt par des journalistes qui lui demandaient si l’armée israélienne allait se retirer avant le jour de l’an juif, M. Peretz avait indiqué : « C’est ce que nous avons l’intention de faire. Nous voulons vraiment achever » le retrait.
« Espérons qu’il n’y ait pas d’accrocs et de retards dans la coordination avec l’armée libanaise et les forces internationales » de l’ONU, qui se déploient actuellement au Liban-Sud, avait-il ajouté.
Rappelons que mardi, le général Haloutz avait déclaré devant une commission parlementaire qu’il « espérait que les derniers soldats auraient quitté le sud du Liban d’ici Rosh Hashana ».
Avant l’annonce faite par le général Haloutz, aussi bien le représentant personnel du secrétaire général de l’ONU au Liban, Geir Pedersen, que le ministre de la Défense, Élias Murr, avaient fait part de leur optimisme concernant un retrait israélien d’ici à vendredi.
M. Murr avait indiqué que l’armée libanaise était prête à se déployer dans les zones encore occupées par les soldats israéliens dans le Liban-Sud dès leur départ.
« L’armée israélienne se retirera vendredi en principe complètement du territoire libanais », avait déclaré à la presse M. Murr, à l’issue d’un entretien à son domicile de Rabieh avec M. Pedersen.
« Samedi, tout le Liban sera libéré et l’armée libanaise se déploiera dans tous les villages jusqu’à la ligne bleue », avait-il ajouté.
« Nous avons évoqué la situation au Liban-Sud. Le ministre Murr et moi attendons l’ultime retrait israélien et la coordination entre l’armée libanaise et la Finul. Les prochaines semaines seront importantes pour le Liban et pour la situation au Liban-Sud », avait indiqué M. Pedersen à l’issue de la rencontre. « Nous nous attendons à un retrait israélien à la fin de la semaine, et je crois bien que nous assisterons à un développement réel », avait-il précisé, avant de mettre l’accent sur la volonté de l’ONU d’obtenir la fin des violations israéliennes de la ligne bleue.
De son côté, le porte-parole de la Finul, Alexander Ivanko, a indiqué hier dans un communiqué qu’« Israël n’avait pas communiqué à la Finul une date pour son retrait des territoires occupés au Liban-Sud », précisant que « les forces israéliennes se retireront fin septembre ».
M. Ivanko a par ailleurs affirmé qu’il y avait eu « une avancée importante et concrète concernant le retrait israélien et le déploiement de la Finul et de l’armée lors de la réunion qui s’est déroulée hier entre les parties libanaise et israélienne sous la présidence du commandant en chef de la Finul, Alain Pellegrini », la sixième du genre, selon le communiqué. Il a également exprimé sa crainte face aux violations israéliennes de la ligne bleue, estimant que la Finul préparait un rapport pour recenser ces violations.
Dans le même ordre d’idées, les effectifs des forces de l’ONU au Liban ont atteint 5 000 hommes, a annoncé M. Ivanko, c’est-à-dire le seuil exigé par Israël pour achever le retrait de ses troupes du Liban-Sud.
« Nos effectifs ont atteint 5 000 hommes. La première phase du déploiement de la Finul est maintenant terminée », a-t-il déclaré. Il a toutefois refusé de préciser combien de ces hommes avaient déjà pris position dans le Liban-Sud.
L’arrivée progressive des contingents italien, français et espagnol a permis à la Finul d’atteindre ce chiffre qui était, avant le conflit entre Israël et le Hezbollah, de 2 000 hommes, a indiqué l’ONU.
M. Ivanko a souligné le « cauchemar logistique » que représentait le déploiement « d’un nombre aussi considérable de soldats en aussi peu de temps » dans cette région où l’influence du Hezbollah reste incontestable. Il a ajouté que l’installation des troupes au Liban-Sud se poursuivrait dans « les prochaines semaines ».

Sources : LORIENT LE JOUR

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans ISRAEL LIBAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article