Israël menace de durcir encore ses opérations

Publié le par Adriana Evangelizt

Alors qu'est-ce que ça va être ? Plus de 240 palestiniens qui ont été tués depuis le 28 juin. Où va s'arrêter le carnage ?

Israël menace de durcir encore ses opérations

dans la bande de Gaza

Israël a menacé dimanche de durcir encore ses opérations militaires dans la bande de Gaza, où 22 Palestiniens, dont la moitié au moins de militants, ont été tués depuis jeudi.

L'objectif déclaré de cette politique est de tenter de mettre fin aux tirs de roquettes palestiniennes vers le sud d'Israël ainsi qu'à la contrebande d'armes en provenance d'Egypte.

"Nous allons déployer tous les efforts pour empêcher ces tirs et cette contrebande, ce qui comprend des attaques terrestres et aériennes contre les infrastructures et les terroristes", a affirmé à la radio militaire Amos Gilad, un haut responsable du ministère de la Défense.

"Le Hamas qui se renforce constitue une menace pour la sécurité d'Israël", a ajouté ce responsable à propos du plus important mouvement islamiste palestinien, qui est à la tête du gouvernement.

Interrogé sur une vaste opération militaire qu'Israël pourrait lancer dans le sud de la bande de Gaza pour reprendre le contrôle de la frontière avec l'Egypte en vue de mettre fin à la contrebande d'armes, Amos Gilad a maintenu le flou.

"La sagesse et l'expérience nous ont appris à ne pas aborder ce genre de question en public afin de préserver l'effet de surprise", a-t-il affirmé. Il a également souligné que les "résultats obtenus par les Egyptiens pour empêcher le trafic d'armes pourraient être grandement améliorés".

Selon la radio, des dizaines de lance-roquettes anti-chars de fabrication russe du même type que ceux utilisés par la milice chiite du Hezbollah durant la guerre au Liban cet été, ont été récemment introduits dans la bande de Gaza.

Le ministre de la Défense Amir Peretz, cité par les médias, a affirmé qu'Israël "a tiré les leçons de la guerre au Liban. Nous allons agir immédiatement pour empêcher les organisations terroristes de s'armer et de se renforcer".

Le Yédiot Aharonot, le quotidien le plus diffusé, estime pour sa part que "la guerre est désormais au coin de la rue".

"Les incidents de ces derniers jours dans la bande de Gaza ne constituent qu'un avant-goût d'un big bang. Israël se dirige les yeux grands ouverts vers une confrontation directe avec l'Autorité palestinienne contrôlée par le Hamas dans la bande de Gaza. Les deux parties se préparent soigneusement à cet affrontement en ayant le sentiment qu'il est inéluctable", a ajouté le journal.

Depuis le 28 juin, soit trois jours après la capture d'un de ses soldats à la lisière de la bande de Gaza, l'armée israélienne a multiplié les opérations dans ce territoire pour obtenir la libération du militaire et mettre fin aux tirs de roquettes sur Israël. Plus de 240 Palestiniens ont été tués depuis dans ces opérations.

Cette offensive n'a toutefois pas mis fin à ces tirs qui ont continué notamment contre la ville israélienne de Sdérot, située près de la bande de Gaza.

Le gouvernement Hamas a pour sa part dénoncé samedi dans un communiqué les "crimes odieux perpétrés contre des civils, qui marquent une volonté d'escalade militaire de la part du gouvernement d'occupation (Israël)".

Le Hamas a également lancé un appel à "l'unité palestinienne", en faisant allusion aux violences ayant opposé ces dernières semaines des partisans du Hamas à des militants du Fatah du président Mahmoud Abbas qui ont fait une douzaine de morts.

Les deux mouvements ne sont toujours pas parvenus à surmonter leurs divergences pour mettre en place un cabinet d'union nationale et ouvrir la voie ainsi à une reprise des aides financières internationales directes au gouvernement palestinien, suspendues depuis l'arrivée du Hamas au gouvernement en mars.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article