La France "lance des fleurs aux terroristes"

Publié le par Adriana Evangelizt

Que Gilllerman sache bien que pour nous, les terroristes sont ceux qui ont massacré le Liban et qui massacrent la Palestine depuis plus d'un demi-siècle. La France a fait son devoir et il a de la chance, Gillerman, que l'on ne soit pas à la place de Chirac parce qu'on lui montrerait de quoi nous serions capables. Nous nous tiendrions sur la même ligne que De Gaulle. Nous interdirions au Crif et à tous les lobbies ou organisations sionistes de se mêler de notre politique. Nous couperions les ponts avec Israël jusqu'à ce que les dirigeants sionistes aient changé leur politique criminelle. Nous boycotterions leur produits. Et peut-être que d'autres pays nous suivraient, qui sait ? Parce que si tout les pays s'unissaient pour condamner ce qui se perpètre depuis des décennies, si tout le monde disait haut et fort que les tirs de roquettes sont dus à la colonisation rampante, à la main mise sur Jérusalem-Est, à la vie effroyable à laquelle les sionistes ont acculé les palestiniens, détruisant leurs maisons, volant leurs terres, leur eau, saccageant leurs oliviers, empoisonnant leurs troupeaux, emprisonnant systématiquement tous les hommes, et nous passerons sous silence les check-points, les humiliations, les assassinats ciblés, l'infâme mur... la liste est longue des crimes commis par les dirigeants sionistes sans foi ni loi, alors que Gillerman s'estime heureux que tous les dirigeants européens soient si lâches... oui, qu'il s'estime heureux. A sa place, au lieu de faire preuve de son éternelle arrogance, nous aurions un profil un peu plus bas, c'est certain. Car quelle conscience faut-il avoir pour criminaliser les résistants palestiniens et faire comme si occuper un pays et se conduire de la pire des façons était normal ? Ils n'ont pas honte.

 

 

 

La France « lance des fleurs aux terroristes »,

s'insurge Israël

 

L'adoption, vendredi dernier, à une écrasante majorité par l'Assemblée générale de l?ONU d'une résolution demandant la fin de toutes les formes de violence entre Israël et les Palestiniens, dont les opérations militaires d'Israël à Gaza et les tirs de roquettes palestiniennes sur l'État hébreu, fait des remous en Israël. Alors que le Premier ministre Ehud Olmert fustigeait les « donneurs de leçons » de l'ONU, l'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Dan Gillerman, s'en prenait directement à la France accusée d?avoir « lancé des fleurs aux terroristes » en poussant à l'adoption de la résolution. Ne souhaitant pas entrer dans la polémique, Paris n'a pas répondu à ces accusations.


Parallèlement, sur le terrain, Israël a lancé un nouveau raid aérien contre Gaza qui a coûté la vie à deux membres de la branche armée du Hamas.

 

 Israël s'insurge contre l'ONU et la France

 

Israël a stigmatisé hier la résolution de l'Assemblée générale de l'ONU appelant notamment à l'arrêt de ses opérations militaires contre des Palestiniens et lancé le même jour un nouveau raid aérien.


Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a dénoncé « les donneurs de leçons » de l?ONU après l'adoption vendredi à une écrasante majorité d'une résolution demandant la fin de toutes les formes de violence entre Israël et les Palestiniens, dont les opérations militaires d'Israël à Gaza et les tirs de roquettes palestiniennes sur Israël. La résolution demande également la création d'une mission d'enquête sur la bavure de l'artillerie israélienne qui a tué 19 Palestiniens, surtout des femmes et des enfants, le 8 novembre à Beit Hanoun, dans le nord de Gaza.


« C'est à ceux qui tirent systématiquement et depuis longtemps contre des civils (israéliens), sans que les donneurs de leçons y voient une raison pour faire voter des résolutions à l'ONU pour les condamner, qu'il faut demander des explications », a affirmé M. Olmert à l'ouverture de la réunion hebdomadaire du cabinet israélien. « Avec une telle attitude, il n'y aura pas de coopération d'Israël », a souligné M. Olmert, laissant clairement entendre qu'Israël ne coopérera pas avec la commission de l'ONU sur les événements de Beit Hanoun.


Le ministre de la Défense, Amir Peretz, a, pour sa part, affirmé qu'il « est regrettable que personne ne suggère la création d'une commission d'enquête au sujet des organisations terroristes, du mouvement islamiste Hamas ».


Par ailleurs, l'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Dan Gillerman, a accusé hier en termes très vifs la France d'avoir « lancé des fleurs aux terroristes » en poussant à l?adoption de la résolution. « La France n'enverrait pas des fleurs à ceux qui se livreraient à des tirs de missiles contre ses villes. Le soutien à cette résolution revient en fait à envoyer des fleurs aux terroristes, des fleurs qui seront peut-être un jour déposées sur la tombe d'une victime israélienne supplémentaire », a affirmé M. Gillerman à la radio publique.


Dans une autre interview au quotidien Haaretz, l'ambassadeur israélien a affirmé que « les Français ont exprimé leur colère vis-à-vis d'Israël à la suite des vols de l?aviation israélienne au-dessus des positions du contingent français au sud du Liban », a également expliqué M. Gillerman.


Toutefois, une source proche du ministère israélien des Affaires étrangères « a tenu à se démarquer de ces déclarations et surtout sur leur ton », soulignant qu'Israël ne cherchait pas querelle à la France par-delà son désaccord sur la position française à l'ONU.


Sur le terrain, deux membres de la branche armée du mouvement islamiste Hamas impliqués, selon l'armée israélienne, dans les tirs de roquettes, ont été blessés, dont un grièvement, dans un raid aérien à Gaza. Un missile a frappé leur voiture, faisant également un mort et huit blessés parmi les passants.


En dépit de l'appel de l'ONU, les groupes armés palestiniens ont poursuivi leurs tirs de roquettes. Trois civils israéliens ont été blessés hier matin par l'explosion de deux roquettes tirées sur la ville de Sdérot, dans le sud d'Israël. Cinq autres roquettes tirées à partir du nord de la bande de Gaza ont explosé en territoire israélien, sans faire de victimes.


Le cabinet sécuritaire israélien consacrera mercredi sa réunion hebdomadaire à la situation dans la bande de Gaza et le sud d'Israël, apprend-on auprès de la présidence du Conseil. « Il n'existe pas de solution magique au problème des attaques de roquettes », a souligné Ehud Olmert, dont l'un des ministres avait assuré qu'il suffisait de donner ordre à l'armée de passer à l?action.


M. Peretz a pressé pour sa part le président palestinien Mahmoud Abbas « d'exercer son autorité pour faire cesser les tirs de roquettes » sur Israël, a annoncé le ministère de Défense. Plusieurs ministres se sont prononcés de leur côté en faveur de « liquidations ciblées » de hauts responsables du Hamas.


Ainsi, le ministre israélien ultranationaliste Avigdor Lieberman avait appelé samedi à envoyer au « paradis » les dirigeants palestiniens du Jihad islamique et du Hamas, notamment le Premier ministre Ismaïl Haniyeh et le chef de la diplomatie Mahmoud Zahar.

 

Sources LORIENT LE JOUR

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LA FRANCE COMPLICE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article