Veolia : Appel aux experts internatiionaux

Publié le par Adriana Evangelizt

Pour boycotter Veolia, nous pensons qu'il faudrait cesser tout simplement de payer notre facture d'eau... si tout le monde s'y mettait, sûr que cette société changerait sa politique...

Appel aux experts internationaux pour qu’ils se retirent

 de l’Institut Veolia



L’Institut Veolia Environnement a été créé et est subventionné par Veolia, la compagnie impliquée dans la réalisation de la ligne de tramway israélienne illégale à Jérusalem Est occupée.

Un certain nombre d’experts internationaux, qui travaillent dans cet Institut, ont montré par le passé leur respect de la loi internationale et des droits de l’homme. Il semble qu’ils ne soient pas au courant du rôle de Veolia dans l’occupation israélienne des territoires palestiniens.

Cet appel est destiné à informer les experts internationaux et leur demander de prendre leurs distances vis-à-vis des pratiques illégales de Veolia et de mettre un terme à leur collaboration avec cet institut.

L’Institut Veolia Environnement

C’est une association sans but lucratif, fondée en septembre 2001 à l’initiative de H. Proglio, président directeur général de Veolia Environnement.

La mission de l’Institut est de "proposer une plate-forme de dialogue et d’échange avec le milieu académique, les organisations institutionnelles et les différentes composantes de la société civile" (1).

La multinationale française Veolia Environnement est active dans les domaines de l’eau, des déchets, de l’énergie et des transports.

Les membres fondateurs de l’Institut Veolia Environnement sont Veolia Environnement, Veolia Eau, Veolia Services environnementaux, Veolia Energie, Veolia Transport et l’Institut d’Environnement urbain. Les membres fondateurs subventionnent l’Institut et encadrent ses activités.

Veolia et la ligne de tramway illégale

Selon la loi internationale, une puissance occupante n’est pas autorisée à annexer ou à modifier fondamentalement l’infrastructure des territoires qu’elle occupe.

L’avis consultatif de la Cour Internationale de Justice, en juillet 2004, a confirmé qu’Israël est une puissance occupante et que la construction du mur et des colonies juives sur les territoires palestiniens occupés est illégale.

Cependant, la ligne de tramway prévue traverse les territoires palestiniens occupés. L’implication de Veolia dans sa construction rend la compagnie complice des violations israéliennes de la loi internationale. (2)

Veolia a reçu beaucoup de critiques depuis la première annonce de ses intentions de participer à ce projet illégal. Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le président français Jacques Chirac ont discuté du partenariat problématique de Veolia dans le projet de tramway dès l’été 2005. Amnesty International France a souligné le caractère illégal de sa construction à Jérusalem Est dans un rapport public du 1er mars 2006 (4).

La Campagne Irlandaise de Solidarité avec la Palestine (Ireland Palestine Solidarity Campaign - IPSC) a révélé en août 2006 que Veolia Transport Irlande a renoncé à former le personnel israélien qui doit travailler sur la ligne, suite aux protestations des syndicats inspirés par IPSC.

Les Juifs européens pour une Paix juste ont exprimé leur désaccord avec Veolia sur ce sujet et des militants français ont protesté lors de la réunion des actionnaires cette année.

En novembre, la banque danoise ASN a rompu ses relations avec Veolia par une lettre adressée à la compagnie :

« (...) Nous croyons que l’implication de Veolia dans le projet de tramway n’est pas compatible avec les demandes des Nations Unies d’arrêter tout soutien aux colonies israéliennes, et n’est donc pas compatible avec les critères sociaux de la Banque ASN.

Etant donné la nature directe de l’investissement de Veolia (5% d’intérêts dan le consortium et comme futur opérateur), nous considérons que les activités de Veolia à Jérusalem vont à l’encontre des résolutions des Nations Unies. C’est pourquoi, à partir de cette information, Veolia sera retiré de nos investissements. »

Appel aux experts internationaux

Six experts internationaux font partie d’un « comité de prospective qui participe à la définition des principales pistes de recherche et contribue aux débats menés par l’Institut ». Dix-sept experts internationaux font partie du réseau de l’Institut et apportent leur expertise.

Il semble que les experts internationaux ne soient pas au courant de l’implication de Veolia dans le projet illégal de ligne de tramway à Jérusalem Est.

Certains d’entre eux ont par le passé montré leur respect des lois internationales et des droits de l’homme, par exemple :

Mamphela Ramphele, médecin né en Afrique du Sud, ancien directeur général de la Banque mondiale, membre du Comité de prospective de l’Institut Veolia Environnement,

Jack Jones, de l’Organisation mondiale de la Santé, spécialiste de santé scolaire au Département des maladies chroniques et de la promotion de la santé,

Bernard Kouchner, ancien ministre français de la Santé, fondateur de Médecins sans Frontières et ancien représentant spécial chargé de mission par les Nations Unies au Kosovo,

Freddy Karup Pedersen, président jusqu’il y a peu de la Croix Rouge danoise. Il a par le passé critiqué Israël pour les punitions collectives des Palestiniens à Gaza (5),

Koichiro Matsuura, directeur général de l’UNESCO depuis 1999.

Un appel est lancé à tous les experts internationaux qui collaborent avec l’Institut Veolia Environnement pour qu’ils s’informent sur le projet israélien illégal de tramway à Jérusalem Est.

Vous pouvez prendre position en faveur de la justice en mettant un terme à vos relations avec l’Institut Veolia Environnement, comme la Banque ASN l’a fait avec Veolia.

Pour être sûrs que vous avez accès à cette information, une copie de cet article a été adressée à M. G. Valentis, directeur de l’Institut Veolia Environnement, lui demandant de vous la communiquer.

Cet appel peut être soutenu par les militants des pays concernés et par les organisations palestiniennes.

Notes de lecture :

[1] The Institut Veolia Environnement Lien

[2] Stop the Wall Lien

[3] Principled Dutch ASN Bank ends relations with Veolia, Adri Nieuwhof (26 November 2006) Lien

[4] Amnesty International (France) Lien

[5] Danish Palestinian Friendship Association Lien

Adri Nieuwhof est consultant et militant pour les droits de l’homme. Dans les années 80, il a participé à de nombreux projets BDS dans le Comité Néerlandais pour l’Afrique du Sud (KZA).

A lire également du même auteur : La Israel-Veolia "Connexxion"

Jérusalem - 11-12-2006 Source : Electronic Intifada Traduction : MR pour ISM



Sources Geostratégie

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans palestine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article