Les grandes puissances se consultent sur le nouveau gouvernement

Publié le par Adriana Evangelizt

Gouvernement palestinien d'union:

les grandes puissances se consultent

Les grandes puissances se consultaient lundi sur l'attitude à adopter à l'égard du nouveau gouvernement palestinien d'union nationale, qui parait d'ores et déjà diviser les Occidentaux.

La secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, a consulté lundi par téléphone ses homologues du Quartette international pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Union européenne, Russie et ONU) pour "faire un état de la situation", a annoncé le porte-parole du département d'Etat, Sean McCormack.

Mme Rice recevait en outre lundi à Washington une importante délégation européenne venue préparer le sommet annuel Etats-Unis/UE, prévu fin avril.

Le gouvernement palestinien d'union regroupant les deux principaux partis, le Fatah et le Hamas, devait figurer au centre de ses entretiens avec le Haut représentant de l'UE pour la politique extérieure, Javier Solana, la Commissaire européenne aux Affaires extérieures, Benita Ferrero-Walter, et le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, qui assure la présidence de l'UE.

Or si Européens et Américains s'accordent à considérer le Hamas comme une organisation terroriste, l'UE apparaît désireuse de reprendre son aide envers le gouvernement palestinien, suspendue depuis un an, tandis que Washington a rappelé à plusieurs reprises les principes du Quartette qui exige que le nouveau gouvernement reconnaisse d'abord le droit à l'existence d'Israël et les accords israélo-palestiniens passés, et qu'il renonce à la violence.

De son côté, le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a jugé "décevantes" les premières déclarations du gouvernement d'union sur le "droit légitime" du peuple palestinien à "la résistance sous toutes ses formes".

La Russie, qui ne considère pas le Hamas comme un mouvement terroriste, s'est abstenue de tout commentaire depuis l'investiture du gouvernement samedi.

Le nouveau gouvernement palestinien parait aussi provoquer de rares divergences entre l'administration du président George W. Bush, qui a donné un nouveau signe d'infléchissement de sa politique étrangère en se déclarant prête à garder le contact avec certains responsables palestiniens, et le gouvernement israélien qui y est catégoriquement opposé.

M. McCormack a rappelé que les Etats-Unis ne traiteraient pas avec les ministres palestiniens issus du Hamas, qualifiant d'"inquiétant" la réaffirmation par le Premier ministre Ismaïl Haniyeh du droit des Palestiniens à la résistance.

Mais Washington est prêt à traiter avec certaines personnes "au cas par cas", a-t-il indiqué.

"Au sein de ce gouvernement d'union nationale, il y a des individus avec lesquels nous avons eu des contacts par le passé", a-t-il poursuivi. "Notre position est que nous ne suspendrons pas les contacts sur la seule base de l'appartenance d'une personne au gouvernement d'union nationale".

Il a notamment cité le ministre des Finances Salam Fayyad, un ancien haut fonctionnaire du Fonds monétaire international (FMI) qui jouit de la confiance des pays donateurs après un premier passage remarqué à la direction du Trésor palestinien.

Washington gardera également le contact avec Mohammed Sahlane, le nouveau Conseiller à la sécurité nationale du président palestinien Mahmoud Abbas, que les Etats-Unis soutiennent.

Mme Rice se rend à la fin de la semaine dans la région pour de nouveaux efforts destinés à relancer le processus de paix israélien. Elle rencontrera M. Abbas, mais aucune rencontre avec d'éventuels ministres palestiniens n'est encore prévu, a indiqué M. McCormack sans toutefois l'exclure.

Le porte-parole a minimisé les divergences entre grandes puissances sur le nouveau gouvernement palestinien.

"Chaque Etat décidera de ses propres contacts" avec ce gouvernement, a-t-il déclaré. "Ce que nous espérons, c'est que ces décisions seront conformes aux principes fondateurs pour la paix énumérés" par le Quartette.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans PALESTINE EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article