Six jours de guerre, 40 ans de souffrances

Publié le par Adriana Evangelizt

Six jours de guerre, 40 ans de souffrances

par Ed O’Loughlin -

 Theage.com


Des deux côtés, beaucoup de ceux qui se sont battu alors méditent aujourd’hui sur les occasions perdues.

Il y a quarante ans, Israël s’emparait de terres appartenant à la Syrie, à l’Egypte et à la Jordanie, mais ceci ne s’est pas traduit en une paix durable. Des deux côtés, beaucoup de ceux qui se sont battu alors méditent aujourd’hui sur les occasions perdues.

Certains disent que la guerre qui a éclaté au Moyen-Orient, il y a 40 ans cette semaine, a transformé la région toute entière quand elle a pris fin, six jours plus tard. D’autres disent que cette guerre n’est toujours pas finie. De tous les territoires capturés par Israël durant la guerre des Six-jours, seule, la péninsule du Sinaï a été rendue à son ancien propriétaire, l’Egypte, grâce aux accords de Camp David avec l’ancien président des Etats-Unis, Jimmy Carter.

Sur le front nord d’Israël, ses troupes et ses colons occupent toujours le Plateau du Golan pris à la Syrie le 5ème jour de la guerre. Leurs forces conventionnelles ne s’affrontent plus mais un état de fausse guerre survit entre Israël et la Syrie. Quelquefois - comme en juillet dernier par exemple - elle éclate en une violence par procuration au Liban voisin.

En Cisjordanie et à Jérusalem-Est, des dizaines de milliers de soldats et de policiers paramilitaires israéliens sont nécessaires pour le contrôle des 2,5 millions de Palestiniens et protéger les 450 000 colons juifs qui se sont implantés parmi eux depuis la guerre.

Au sud, l’enclave palestinienne isolée de Gaza est toujours, aux yeux des Nations unies, sous occupation militaire israélienne malgré le retrait des 7 500 colons juifs en 2005. L’espace aérien de Gaza, son accès par la mer et ses passages frontaliers terrestres sont toujours sous le contrôle draconien de l’armée israélienne ; l’économie de Gaza est soumise à un embargo israélien soutenu par des puissances occidentales.

Pendant ces deux dernières semaines seulement, des groupes de militants de Gaza ont tiré sur Israël environ 270 roquettes, fabriquées sur place, tuant deux civils, pendant que les obus et les raids aériens israéliens tuaient au moins 40 Palestiniens.

La guerre des Six-jours semblait avoir donné une victoire décisive à Israël mais ses résultats ne se sont jamais transformés en possibilités de paix politique. Dans les derniers mois de la guerre, les hostilités avaient repris avec l’Egypte, le long du canal de Suez.

Les années 70 ont connu la guerre du Yom Kippur, avec une nouvelle vague d’attaques terroristes internationales par les groupes de résistance palestiniens, et le début d’un long et sanglant imbroglio au Liban. En 1987, le premier soulèvement palestinien contre l’occupation militaire israélienne éclate, réapparaissant en une violence redoublée, des deux côtés, en octobre 2000.

Revenir ainsi en arrière sur la guerre et ses conséquences sur 40 années pour les deux peuples, peut aider à comprendre pourquoi ces regrets aujourd’hui.

-  Akiva Eldar, historien et journaliste au quotidien de centre gauche Ha’aretz, a servi durant la guerre comme réserviste dans les renseignements militaires israéliens. Il est de ceux qui pensent que la guerre des Six-jours continue.

« Je pense que nous sommes toujours au septième jour de la guerre » dit-il. « Nous avons gagné les 6 premiers jours mais nous sommes toujours à perdre le 7ème et il ne semble pas que les choses vont s’améliorer dans un proche avenir. Pour la première fois depuis l’établissement d’Israël, nous avions une chance d’obtenir la paix avec les Arabes en échangeant les territoires que nous avions pris à la Jordanie, à la Syrie et à l’Egypte, mais nous sommes tombés amoureux de l’art de négocier. Moshe Dayan (alors ministre de la Défense israélien) avait l’habitude de dire que nous n’attendions qu’un appel téléphonique des Arabes pour discuter de la paix, mais les Arabes ont essayé plusieurs fois de nous appeler depuis, et nous avons refusé de répondre. »

-  David Wilder se trouve à l’autre bord de l’échiquier politique d’Israël. Natif de New Jersey, il fait partie des quelques centaines de Juifs qui vivent sous une puissante protection militaire dans la première et la plus extrémiste de toutes les colonies juives de Cisjordanie, insérée dans le cœur historique de la cité palestinienne d’Hébron. Lui aussi croit qu’Israël a commis une erreur cruciale à l’issue de la guerre des Six-jours, bien que ce ne soit pas celle évoquée par Eldar.

« L’erreur que le peuple d’Israël a faite est d’avoir refusé de reconnaître qu’Eretz Israel (le Grand Israël, la terre biblique prétendue d’Israël) était partie intégrante du peuple juif et qu’Hébron et Jérusalem ne faisaient pas moins partie d’Eretz Israel que Tel Aviv et Haïfa » dit Wilder.

« Les Arabes ont une mentalité qui ne comprend que la force, ils méprisent la faiblesse, et Israël a fait preuve de faiblesse toutes ces 20 ou 30 dernières années où il a refusé de reconnaître que c’était notre terre de plein droit, ce qui fait que les Arabes continuent leur terrorisme. Le meilleur exemple, c’est Gush Katif (les colonies de Gaza abandonnées par les Israéliens en 2005). Nous leur avons donné Gush Katif et le résultat, c’est que de là, ils lancent des roquettes contre nous. »

-  A quelques mètres seulement du bureau de David Wilder, dans la partie d’Hébron contrôlée par les Israéliens, se trouve la maison du Sheikh Ayoub al-Awayweh, 65 ans, le dirigeant du clan local palestinien.

Au début de ce mois, deux groupes israéliens pour les droits de l’homme ont signalé que les couvre-feux, les agressions et les harcèlements par les colons avaient chassé 40% des ménages palestiniens hors de la partie d’Hébron contrôlée par Israël. Awayweh se rappelle avec émotion les jours où les rois de Jordanie régnaient ici.

« Avec les Israéliens, nous sentons qu’ils n’ont aucun respect pour quiconque - femmes, hommes, dirigeants et enfants -, pour personne. Les Jordaniens étaient meilleurs. Il n’y a pas de comparaison. Au moins, ils étaient Arabes et ils savaient ce que nous ressentions et de quoi nous avions besoin. »

-  Le Dr Mustafa Barghouti, homme politique indépendant et fondateur d’une œuvre caritative médicale, a été récemment nommé ministre de l’Information de l’Autorité palestinienne, gouvernement purement formel d’un Etat qui n’existe pas. Il avait 12 ans quand les Israéliens ont pris sa ville natale, Ramallah, en Cisjordanie.

Il se souvient : « D’abord nous avons eu l’occupation, puis la limitation des déplacements, et puis, petit à petit, nous avons vu les Israéliens commencer à confisquer nos terres pour leurs colonies ».

« Puis, ils ont confisqué d’autres terres pour la sécurité des colonies, et encore d’autres terres pour les routes. Et maintenant, ils se sont emparés en réalité de plus de la moitié des territoires occupés, et nous ne pouvons pas aller d’un morceau de terre qu’ils nous laissé à un autre... je pense que le système d’apartheid que nous connaissons ici est pire que celui qui existait en Afrique du Sud, car ici ce sont les victimes qu’on tient pour responsables de cela, pas ceux qui ont le pouvoir. »

-  De l’autre côté de la démarcation ethnique, Yuval Steinitz, philosophe et membre de la Knesset pour le parti de droite pur et dur du Likoud, n’a que peu de regrets à propos de la guerre et de ses conséquences. Il pense qu’elles ont construit l’Israël moderne.

« A la veille de la guerre des Six-jours, Israël était un pays pauvre avec seulement 2 millions de Juifs menacés par les armées sur le pied de guerre des autres pays, pas seulement par les terroristes » dit-il.

« Nous avons toujours beaucoup de problèmes et nous sommes confrontés à d’autres menaces mais aujourd’hui, nous sommes un pays plus fort et plus riche... le Sinaï a été démilitarisé. Il n’y a pas d’artillerie syrienne sur le Plateau du Golan. Jérusalem n’est pas divisée et il n’y a aucun snipper jordanien dans Jérusalem-Est. Nos relations avec les Etats-Unis, la Russie, la Chine - toutes les plus grandes puissances - sont meilleures qu’elles ne l’étaient à la fin des années 60 et nous avons des traités de paix avec deux pays arabes importants, la Jordanie et l’Egypte. » Il se montre moins optimiste cependant quand il s’agit des relations avec les Palestiniens dans les territoires occupés.

« Je ne vois aucune solution. Dans les années 80, je militais à la Paix Maintenant, mais je suis passé au Likoud parce j’ai compris avec tristesse et regret que le but des Palestiniens n’était pas l’établissement d’un Etat palestinien mais la destruction de l’Etat juif. Pour certaines personnes, il est plus important de détruire l’autre que de construire pour elles-mêmes. »

 Taysir Jamal, 33 ans, est encore moins réconfortant pour l’avenir. Membre du Fatah et officier de la garde présidentielle de l’Autorité palestinienne, il dit qu’il est sur une liste d’hommes à abattre dressée par le mouvement rival du Hamas.

Il y a deux semaines, son camarade Baha Abu Harad, 32 ans, commandant des Brigades des Martyrs d’al-Aqsa, a été abattu dans la rue à l’extérieur de la résidence au nord de Gaza où tous les deux s’étaient mis à l’abri, c’est l’une des dizaines de victimes d’une querelle latente entre le Hamas et le Fatah.

Cette semaine, Taysir Jamal semblait presque mélancolique en montrant sa prestigieuse Kalashnikov made in Russie, et un sac de nouvelles grenades autopropulsées, fabriquées en usine.

« La situation a complètement changé depuis la guerre des Six-jours » dit-il. « Maintenant, il y a une Kalashnikov dans chaque maison, des groupes de résistance partout qui tirent tout le temps. Avant 1967, si les Egyptiens (qui contrôlaient alors Gaza) vous surprenaient avec simplement une balle, vous pouviez être exécuté pour cela. »

« Avant 1967, tous les Palestiniens étaient unis mais maintenant, nous avons des groupes laïcs, des groupes religieux, des centristes, des extrémistes, le Hamas, le FPLP (Front populaire pour la libération de la Palestine), le Jihad islamique, le Fatah. C’est la pagaille, partout. »

-  Yakof Attias aussi est nostalgique d’une période où il était trop jeune pour s’en souvenir lui-même. Né en 1966, de parents marocains immigrés, il a été élevé durement dans la moitié juive du quartier de Mosrara à Jérusalem, divisé par la ligne d’armistice de 1948. Aujourd’hui, il tient un parc de stationnement familial dans ce qui est toujours indiqué sur les cartes des Nations unies comme « no man’s land ». « Dans mon enfance, j’avais un million d’amis arabes dans la Vieille Ville, mais aujourd’hui je n’irais même pas m’y promener » dit-il.

Il pense qu’Israël a gaspillé plusieurs chances de faire la paix avec les Palestiniens avant que le mouvement islamique radical du Hamas ne gagne les élections de l’Autorité palestinienne, l’année dernière. Maintenant, pour lui, c’est top tard. Israël est peut-être plus riche théoriquement, dit-il, mais c’est devenu un pays moins agréable, moins égalitaire et plus divisé.

« Pour moi, c’est regrettable. Il y a 15 ou 20 ans, nous étions l’un des meilleurs pays au monde pour y vivre, mais maintenant, ce n’est pas aussi bien. Les colons accaparent tous nos jeunes soldats pour garder leurs maisons et ils récupèrent tout l’argent de l’Etat pour leurs colonies. L’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin a monté les gens d’Israël les uns contre les autres. »

-  A 100 km et à un monde de Jérusalem, Mona Hamed, assistance sociale, 45 ans, faisait ses courses à Gaza ville, mercredi, pour donner à manger à son époux et ses huit enfants. Comme beaucoup de fonctionnaires palestiniens, elle vit depuis des mois avec peu, ou pas de salaire, conséquence du boycott international du gouvernement dirigé par le Hamas.

« La situation est bien pire qu’elle ne l’était avant 1967. Je ne veux pas dire que ces jours-là étaient bien, mais maintenant c’est pire. Il y avait alors des règles stables pour la guerre, mais maintenant, les Israéliens bombardent n’importe quoi. Il n’y avait alors aucun conflit interne, mais maintenant il y a une guerre civile. Les gens ne s’apprécient plus entre eux comme ils le faisaient. »

« Ils sont toujours en colère les uns contre les autres et parce que le monde nous boycotte, la situation financière est très mauvaise. Elle est comme nos vies qui se sont arrêtées. »

 Taysir Jamal, 33 ans, est encore moins réconfortant pour l’avenir. Membre du Fatah et officier de la garde présidentielle de l’Autorité palestinienne, il dit qu’il est sur une liste d’hommes à abattre dressée par le mouvement rival du Hamas.

Il y a deux semaines, son camarade Baha Abu Harad, 32 ans, commandant des Brigades des Martyrs d’al-Aqsa, a été abattu dans la rue à l’extérieur de la résidence au nord de Gaza où tous les deux s’étaient mis à l’abri, c’est l’une des dizaines de victimes d’une querelle latente entre le Hamas et le Fatah.

Cette semaine, Taysir Jamal semblait presque mélancolique en montrant sa prestigieuse Kalashnikov made in Russie, et un sac de nouvelles grenades autopropulsées, fabriquées en usine.

« La situation a complètement changé depuis la guerre des Six-jours » dit-il. « Maintenant, il y a une Kalashnikov dans chaque maison, des groupes de résistance partout qui tirent tout le temps. Avant 1967, si les Egyptiens (qui contrôlaient alors Gaza) vous surprenaient avec simplement une balle, vous pouviez être exécuté pour cela. »

« Avant 1967, tous les Palestiniens étaient unis mais maintenant, nous avons des groupes laïcs, des groupes religieux, des centristes, des extrémistes, le Hamas, le FPLP (Front populaire pour la libération de la Palestine), le Jihad islamique, le Fatah. C’est la pagaille, partout. »

#  Yakof Attias aussi est nostalgique d’une période où il était trop jeune pour s’en souvenir lui-même. Né en 1966, de parents marocains immigrés, il a été élevé durement dans la moitié juive du quartier de Mosrara à Jérusalem, divisé par la ligne d’armistice de 1948. Aujourd’hui, il tient un parc de stationnement familial dans ce qui est toujours indiqué sur les cartes des Nations unies comme « no man’s land ». « Dans mon enfance, j’avais un million d’amis arabes dans la Vieille Ville, mais aujourd’hui je n’irais même pas m’y promener » dit-il.

Il pense qu’Israël a gaspillé plusieurs chances de faire la paix avec les Palestiniens avant que le mouvement islamique radical du Hamas ne gagne les élections de l’Autorité palestinienne, l’année dernière. Maintenant, pour lui, c’est top tard. Israël est peut-être plus riche théoriquement, dit-il, mais c’est devenu un pays moins agréable, moins égalitaire et plus divisé.

« Pour moi, c’est regrettable. Il y a 15 ou 20 ans, nous étions l’un des meilleurs pays au monde pour y vivre, mais maintenant, ce n’est pas aussi bien. Les colons accaparent tous nos jeunes soldats pour garder leurs maisons et ils récupèrent tout l’argent de l’Etat pour leurs colonies. L’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin a monté les gens d’Israël les uns contre les autres. »

#  A 100 km et à un monde de Jérusalem, Mona Hamed, assistance sociale, 45 ans, faisait ses courses à Gaza ville, mercredi, pour donner à manger à son époux et ses huit enfants. Comme beaucoup de fonctionnaires palestiniens, elle vit depuis des mois avec peu, ou pas de salaire, conséquence du boycott international du gouvernement dirigé par le Hamas.

« La situation est bien pire qu’elle ne l’était avant 1967. Je ne veux pas dire que ces jours-là étaient bien, mais maintenant c’est pire. Il y avait alors des règles stables pour la guerre, mais maintenant, les Israéliens bombardent n’importe quoi. Il n’y avait alors aucun conflit interne, mais maintenant il y a une guerre civile. Les gens ne s’apprécient plus entre eux comme ils le faisaient. »

« Ils sont toujours en colère les uns contre les autres et parce que le monde nous boycotte, la situation financière est très mauvaise. Elle est comme nos vies qui se sont arrêtées. »

ED O’Loughlin est journaliste au John Fairfax Holdings, un groupe de médias australiens. Né à Toronto en 1966, il a étudié les arts libéraux au Trinity College à Dublin. Il a commencé sa carrière comme journaliste indépendant au Congo belge en République démocratique du Congo. Il travaille pour le Morning Herald et The Age d’abord en Afrique du Sud où il fut basé pendant huit ans, couvrant l’Afrique. Depuis 2002, il est à Jérusalem et écrit sur Israël et la Palestine.

Sources Info Palestine

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans OCCUPATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article