Des Israéliens encourent la prison s’ils amènent des Palestiniens en Israël

Publié le par Adriana Evangelizt

 

 

Des Israéliens encourent la prison s’ils amènent

 

 des Palestiniens en Israël

 

 

 

 

Le Grand Soir,28 août 2010

 

par Jonathan Cook

 

 

Près de 600 israéliens se sont engagés dans une campagne de désobéissance civile, promettant de prendre le risque d’aller en prison pour faire entrer illégalement des femmes et des enfants palestiniens en Israël afin de leur donner un bref aperçu de la vie hors des territoires occupés de Cisjordanie.

 

Ces Israéliens disent qu’ils ont été inspirés par l’exemple de Ilana Hammerman, un écrivain qui est menacé de poursuites judiciaires pour avoir publié un article dans lequel elle admettait avoir enfreint la loi en amenant trois adolescentes palestiniennes en Israël pour une journée de vacance.

 

Madame Hammerman a dit qu’elle voulait donner aux jeunes femmes qui n’avaient jamais quitté le Cisjordanie “un peu de bonheur” et l’occasion de voir la Méditerranée pour la première fois de leur vie.

 

Son récit a choqué beaucoup d’Israéliens et provoqué une enquête policière après que des groupes d’extrême-droite aient insisté pour qu’elle soit jugée pour s’être rendue coupable d’un délit contre la sécurité.

 

Il est illégal de faire passer aux Palestiniens les checkpoints vers Israël sans un permis, qu’on obtient rarement. Si elle était jugée et condamnée, Madame Hammerman pourrait avoir à payer une amende et avoir à faire jusqu’à deux ans de prison.

 

Mais les Israéliens qui se sont joints à la campagne disent qu’ils ne se laisseront pas effrayer par des menaces d’emprisonnement.

 

Le mois dernier, un groupe de 11 femmes israéliennes a rejoint Madame Hammerman dans un nouvel acte de désobéissance, en faisant traverser un checkpoint vers Israël à une douzaine de palestiniennes et quatre enfants dont un bébé.

 

Les Israéliennes disent qu’elles projettent de “faire entrer en contrebande” une grande quantité de Palestiniens en Israël dans les semaines qui viennent.

 

“Les Palestiniens qui viennent avec nous veulent seulement avoir un peu de bon temps après des années d’enfermement sous l’occupation, mais pour nous ce qui est le plus important c’est l’acte de désobéissance” a dit Ofra Lyth qui a aidé à établir un forum internet pour les supporters après avoir assisté à une conférence de Madame Hammerman.

 

“Nous voulons obtenir l’abrogation de cette loi immorale qui permet aux Juifs de circuler librement pendant que les Palestiniens sont emprisonnés dans leurs villes et leurs villages dit-elle, se référant aux lois qui interdisent à la plupart des Palestiniens des territoires occupés d’entrer en Israël et aux Israéliens de leur porter assistance. Il y a des exception pour ceux qui ont des laissez-passer qui sont parfois délivrés en cas d’urgence médicale ou à quelques paysans palestiniens.

 

Pour les Palestiniennes, cependant, il ne s’agit pas seulement de marquer le coup ou de s’opposer à une loi injuste dit Madame Lyth.

 

“Les Palestiniennes nous disent : “Vous, vous voulez engranger des gains politiques, mais nous, nous violons la loi pour pouvoir nous distraire un peu et nous rappeler comment était la vie avant les barrages et le mur”. Une femme m’a dit : “Je veux juste pouvoir respirer à nouveau”.

 

Les Palestiniens de Cisjordanie n’ont pas souvent l’occasion de respirer. Le territoire contient une population -en constante augmentation- de 300 000 Juifs dans plus de 100 colonies. Les colons se rendent en Israël sur des routes que l’armée contrôle avec des barrages.

 

J’ai traversé un des ces points de passage pour les Colons près de Beitar Ilit, au sud de Jérusalem, celui que Madame Hammerman a traversé avec les trois adolescentes palestiniennes cette année. Pour les protéger, elle n’a pas donné pas le nom des jeunes filles ni celui du village de Cisjordanie où elles vivent. Elle les appelle Aya, Lin et Yasmin. Elles aussi pourraient être emprisonnées pour avoir enfreint la loi. Dans l’article de Madame Hammerman, publié dans le journal Haaretz en mai, elle reconnaît être consciente que ce qu’elle a fait était illégal.

 

Elle a dit aux jeunes filles de 18 et 19 ans d’enlever leur hijabs pour la journée et de porter des vêtement occidentaux pour ne pas attirer l’attention des soldats au checkpoint. Elle leur a aussi appris une expression hébraïque facile a retenir : “hakol beseder” c’est à dire “tout va bien” au cas où les soldats leur parleraient (Ils le font quand ils veulent s’assurer qu’il n’y a pas de Palestiniens dans l’auto NdT).

 

Puis elle les a emmenées visiter Tel Aviv, la cité universitaire, un musée, un centre commercial et la plage qu’aucune d’elles n’avait jamais vue bien qu’elle ne soit qu’à 40 km de leur village.

 

Selon Gisha, un organisme israélien des Droits de l’Homme, Israël a mis en place le système de permis pour limiter les mouvements des Palestiniens à l’extérieur de la Cisjordanie au début des années 90, à peu près à l’époque où ces jeunes filles sont nées.

 

Madame Hamemman a écrit qu’elles se sont trouvées en danger une fois pendant l’excursion lorsqu’un policier en civil leur a demandé leurs papiers. Madame Hammerman a menti à l’officier de police et lui a dit que les jeunes femmes étaient des Palestiniennes de Jérusalem-Est et que donc elles avaient le droit de venir en Israël.

 

En juin dernier, il a été annoncé que Yehuda Weinstein, le procureur général, avait décidé d’ouvrir une enquête suite à la plainte d’une organisation de colons appelée “the legal forum for the land of Israel”.

 

Les rangs des supporters de Madame Hammerman ont grossi depuis que le groupe a placé une publicité intitulée “Nous refusons d’obéir” dans le journal Haaretz ce mois-ci. La publicité dit que le groupe agit “dans l’esprit de Martin Luther King”, le leader américain des droits civils et exige que les Palestiniens soient traités comme “des êtres humains et non comme des terroristes”.

 

Au cours des dernières semaines, le forum internet a enregistré plus de 590 signatures de personnes prêtes à imiter l’acte de désobéissance civile de Madame Hammerman. “Cela m’a vraiment surprise et cela m’a encouragée” dit-elle. “je ne m’étais pas rendu compte que tant d’autres Israéliens en avaient assez de cette ignoble loi”.

 

Cependant en Israël la couverture médiatique de Madame Hammerman et de ses supporters a été largement hostile. Au cours d’une interview télévisée, la semaine dernière, elle a été accusée de mettre en danger les Israéliens avec ses excursions. Le présentateur de l’émission lui a demandé si elle avait contrôlé les sous-vêtements des jeunes femmes palestiniennes pour s’assurer qu’ils ne contenaient pas d’explosifs avant de les laisser monter dans la voiture.

 

Mais elle ne se laisse pas intimider. Elle dit que le groupe est en train d’organiser d’autres sorties avec de Palestiniens et projette de les emmener prier à Al-Aqsa, la mosquée de Jérusalem où il leur est impossible de se rendre depuis au moins dix ans et aussi visiter des parents palestiniens qu’ils ne peuvent pas voir à Jérusalem ou en Israël.

 

“Nous devons faire en sorte que les Israéliens recommencent à rencontrer des Palestiniens et à sortir avec eux pour qu’ils les voient comme des êtres humains qui ont les mêmes droits qu’eux”.

 

Elle dit que son but premier était d’amorcer un débat parmi les Israéliens au sujet de la moralité et de la légalité des lois israéliennes et de mettre en question “l’obéissance aveugle” des gens à l’autorité.

 

Madame Lyth a ajouté que les Palestiniennes “que nous avons emmenées en excursions sont devenues les héroïnes de leur village. Elles et leurs familles savent qu’elles ont pris un grand risque en violant la loi mais le harcèlement fait déjà partie de leur vie quotidienne”.

 

“Jusqu’à présent nous n’avons emmené en excursion de contrebande en Israël que des femmes et des enfants, dit Madame Hammerman. “C’est plus difficile d’emmener des hommes sans que les autorités ne s’en aperçoivent et puis ils seraient traités beaucoup plus durement s’ils étaient pris”.

 

Jonathan Cook

 

Jonathan Cook est un journaliste et écrivain basé à Nazareth, Israël. Ses derniers livres sont “Israël et le choc des civilisations : Iraq, Iran et le projet de réfection du Moyen Orient (Pluto press) et “la Palestine en voie de disparition : Les expériences d’Israël dans le domaine du désespoir humain” (Zed books).

Pour consulter l’original : http://dissidentvoice.org/2010/08/i…

Traduction : D. Muselet

 

EN COMPLEMENT :

S’il y a un ciel : Ilana Hammerman, une journée d’amusement à Tel Aviv et la désobéissance civile

 

http://algerienetwork.org/info/inde…

 

Sources SIGNES DES TEMPS

 

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article