Israël punit la Turquie

Publié le par Adriana Evangelizt

 

 

 

Israël punit la Turquie

 

 

par Mansour Aboul-Azm

 

 

 

 

Le crime commis par Israël contre la flottille de la paix et l’assassinat des activistes sur le navire turc la semaine dernière sont un message acerbe adressé par le gouvernement de Tel-Aviv à la Turquie.

 

Il s’agit en fait d’une punition israélienne infligée à Ankara à cause de ses dernières positions considérées comme antagonistes.

 

En fait, depuis le coup adressé par le premier ministre turc, Recep Erdogan, au président israélien, Shimon Pérès, au forum économique de Davos, un grand changement s’est produit dans la politique étrangère turque envers Israël, notamment après la guerre contre Gaza.

 

En effet, Ankara a essayé de se dérober avec diplomatie à l’accord de coopération stratégique avec Israël, de se rapprocher davantage des causes arabes, de renforcer la coopération avec la Syrie, de trouver une entente avec l’Iran et de comprendre sa position envers son programme nucléaire fortement refusé par Israël et l’Occident.

 

Bien plus, Ankara a joué le rôle d’intermédiaire entre Téhéran et l’Occident pour empêcher l’imposition de sanctions contre Téhéran.

 

De plus, sa position envers la cause palestinienne est devenue plus radicale et plus claire qu’auparavant.

 

La Turquie avait décidé, il y a trois ans, de revenir au monde arabe, sa profondeur stratégique naturelle, tant que l’Union européenne continue à lui tourner le dos et ne veut pas accepter son adhésion.

 

Comme l’a fait l’Iran auparavant en élargissant son pouvoir et sa popularité dans le monde arabe à travers la porte de la cause palestinienne, Ankara aussi est revenue au Moyen-Orient et au monde arabe à travers la même porte.

 

Tout a commencé par la vive opposition affichée de la Turquie contre la guerre israélienne contre Gaza qui entraînait une escalade des positions entre les deux parties et des sentiments de haine contre Israël.

 

Ces sentiments se sont reflétés dans plusieurs feuilletons diffusés par la télévision turque contre lesquels Tel-Aviv s’est vivement opposé.

 

C’est pourquoi Israël a voulu adresser un message violent à la Turquie.

 

En effet, de nombreux hommes politiques israéliens avaient réclamé l’adoption de positions tranchantes contre la politique turque hostile à Israël.

 

Après ces événements désolants, la Turquie continuera-t-elle à approfondir ses relations avec les deux mondes arabe et islamique aux dépens de ses relations avec Israël ?

 

Ou bien reculera-t-elle face aux pressions étrangères et aux intérêts ?

 

Sources : Al-Ahram

 

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Turquie-FLOTTILLE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article