Le Conseil de sécurité d'accord sur les sanctions contre l'Iran

Publié le par Adriana Evangelizt

Le grand paradoxe et le grand courage des membres du Conseil de Sécurité qui sanctionnent l'Iran alors qu'il n'a rien fait mais laisse l'impunité totale aux sionistes qui commettent crimes et exactions sans cesse. Et vous allez voir que ces "sanctions" ne vont pas plaire au régime israélien, ni à leurs agents de propagande, ils ne vont pas les trouver assez dure, pour sûr ! Attendons-nous à des sous-entendus narquois, à des piques aux gouvernements qui ont pondu ces sanctions qui pour eux n'en seront pas. Et sans doute vont-ils se demander éberlués "mais où sont les sanctions" ? On n'en voit pas l'ombre ! Car pour eux, effectivement, sanctionner c'est faire BOUM ! BOUM ! BOUM !

 

 

 

 

Le Conseil de sécurité d'accord sur les sanctions contre l'Iran

 

 

 

 

NATIONS UNIES (Reuters) - Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité disposant d'un droit de veto sont tombés d'accord sur une liste de firmes et d'individus iraniens ciblés par une nouvelle série de sanctions.

 

 

Cet accord ouvre la voie à l'adoption dès mercredi de ce quatrième train de sanctions contre la République islamique pour la punir de poursuivre ses activités nucléaires sensibles, a déclaré un diplomate occidental.

 

 

Il y a "un accord total" sur le nouveau train de sanctions contre l'Iran, avait déclaré peu auparavant un responsable russe au sein du Conseil de sécurité de l'Onu, ajoutant qu'il n'anticipait au "aucun problème" pour son adoption par le Conseil.

 

 

L'accord est intervenu entre les cinq membres permanents - Russie, Chine, Etats-Unis, Grande-Bretagne et France - et l'Allemagne, qui ont négocié vainement la suspension du programme nucléaire iranien, soupçonné d'avoir des objectifs militaires.

 

 

Hostiles au départ à des sanctions trop paralysantes, la Chine la Russie ont bataillé pour édulcorer les sanctions proposées.

 

 

Le texte convenu devrait être adopté par 12 des 15 membres du Conseil. La Turquie et le Brésil, qui avaient signé avec Téhéran une proposition de compromis qui n'a pas été retenue, devraient voter contre, de même que le Liban, où l'Iran exerce une influence via son soutien au Hezbollah.

 

 

Les nouvelles sanctions accroissent la surveillance des banques iraniennes, y compris la Banque d'Iran, et resserre un embargo sur les armes.

 

 

Marc Delteil, pour le service français, édité par Jean- Loup Fiévet

 

Sources Reuters

 

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans ISRAEL IRAN

Commenter cet article